Navigation – Plan du site
2005

Saint-Pierre-lès-Elbeuf – Le Mont Enot

Responsable(s) des opérations : Jean-Pierre Lautridou et Dominique Cliquet
Notice rédigée par : Jean-Pierre Lautridou et Dominique Cliquet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 76 640 001

Date de l'opération : 2005 (MH)

1Les investigations conduites sur le site de Saint-Pierre-lès-Elbeuf s’inscrivent dans le programme de recherche visant à une meilleure caractérisation des industries paléolithiques de Normandie. Ce projet avait motivé la reprise de la grande coupe de référence en 2004 pour un réexamen de la stratigraphie à la faveur des récents acquis chrono-stratigraphiques issus des travaux conduits sur le Nord de la France, sous l’impulsion de Pierre Antoine et de Jean-Pierre Lautridou, et des progrès enregistrés dans le domaine des datations radiométriques. Parallèlement, un programme visant à réviser les tufs pléistocènes avait conditionné l’ouverture d’un sondage ponctuel dans la briqueterie limitrophe. Ce prélèvement avait révélé la présence d’un horizon archéologique en place et motivé la conduite d’une opération durant l’été 2005 (Fig. n°1 : Croquis de localisation des anciennes carrières et du tuf localisés à Chédeville).

2Le stratotype de Saint-Pierre et le site archéologique se situent à l'est d'Elbeuf, à la confluence de la Seine et d'une petite rivière, l'Oison. La séquence stratigraphique enregistrée dans la grande coupe correspond aux dépôts lœssiques du Pléistocène moyen et supérieur (Fig. n°2 : Profil de la paroi loessique des coupes 1 et 2 et coupe de la « Propriété Garenne »). L'épaisseur exceptionnelle de lœss ancien s'explique par la présence d'une falaise fossile élevée, associée à la terrasse moyenne dite de « 30 m », et qui a protégé le limon de l'érosion.

3La stratigraphie observée sur la coupe classée, retouchée au sommet (silex gélifractés), conserve, sus-jacents à la nappe alluviale d'Elbeuf, cinq lœss séparés par des horizons Bt de sols bruns lessivés, peu différents de celui du sol de surface, dénommés : Elbeuf I, II, III et IV et de type interglaciaire.

4À l’extrémité sud-ouest de la grande paroi, la coupe 2, révèle quelques granules calcaires qui jalonnent l'extrémité ouest du tuf calcaire qui contient la célèbre faune malacologique. Juste au-dessus, un limon argileux de couleur marron foncé, à faces de glissement (slickensides), appelé « liseré chocolat », de 1 cm à 5 cm d'épaisseur, est interprété comme un horizon B bêta ; les argiles d'illuviation liées à la pédogenèse lessivante d'Elbeuf III, immédiatement au-dessus, se bloquent sur un horizon carbonaté dont il ne subsiste ici que quelques traces. Au niveau du site paléolithique, le tuf est épais de 0,1 m à 1 m. Son sommet est affecté de petites dépressions qui évoquent des marmites formées par des tourbillons de l'Oison. Comme dans la partie sud-ouest du site classé, le paléosol Elbeuf III, très tronqué, a affecté le lœss sus-jacent au tuf et l'illuviation s'est bloquée sur le tuf calcaire (liseré chocolat). L’horizon archéologique se situe au-dessus du liseré chocolat dans le lœss postérieurement affecté par la pédogenèse Elbeuf III. Sur la base chronostratigraphique, l’occupation se trouve associée à un lœss corrélé avec le stade 10 de la chronologie isotopique, soit daté d’environ 350 000 ans.

5Ces données semblent corroborées par les datations OSL effectuées sur sédiment et par le cortège malacologique issu du tuf sous-jacent qui peut être mis en parallèle avec les tufs rapportés au stade isotopique 11. Cette malacofaune très majoritairement terrestre est fortement dominée par les mollusques forestiers : espèces disparues, gastéropodes dont la répartition actuelle est soit plus océanique, voire méridionale, soit centre-européenne. Comme le soulignait N. Limondin-Lozouet, cette composition fait la spécificité des faunes des tufs septentrionaux de cette période, elle permet de définir un environnement de forêt humide assez dense.

6Le décapage effectué autour du sondage pratiqué dans le cadre de la reprise de l’étude du tuf a mis en évidence une grande fosse comblée de rejets de sédiments et de fragments de terres cuite, et la présence d’un grand four à brique, amputant une partie du site. La couche d'occupation a été par ailleurs détruite sur environ 70 m2, par l’extraction des limons dans sa partie ouest et par l’incision et l’encaissement de la vallée au cours du Pléistocène, à l’est. Ce sont cependant environ 170 m2 de sol archéologique qui ont fait l’objet d’observations fines. L’exceptionnelle conservation de ce niveau d’occupation, le plus anciennement connu à ce jour en Normandie, confère une valeur toute particulière au site.

7L’analyse taphonomique du niveau archéologique laisse supposer une faible perturbation du niveau d’occupation (faible dispersion verticale des artefacts au sein du lœss, déplacements limités malgré un pendage de la couche archéologique non négligeable, grande densité de petits éléments, raccords de pièces fracturées peu dispersés).

8La série lithique comporte 3397 objets dont 58 blocs et galets bruts pouvant éventuellement correspondre à des « réserves » de matière première. Les éléments débités regroupent de très nombreuses petites pièces (n : 2435) qui constituent plus de 70 % du corpus. Les artefacts de grandes dimensions témoignent de la mise en œuvre de chaînes opératoires de débitage et de façonnage.

9Le débitage est illustré par un grand nombre d’éclats bruts, quelques enlèvements retouchés, de nombreux nucléus et blocs testés, et le façonnage par une abondante série d’éclats de façonnage et seulement deux pièces bifaciales. Tous les éléments des chaînes de débitage et de façonnage sont représentés sur le site : éclats de décorticage, éclats de plein débitage, d’entretien et de réaménagement, enlèvements de confection (façonnage et retouche), et  multitude de petits éléments et d’esquilles.

10Les éclats de façonnage proviennent d’au moins deux blocs différents ; le mieux représenté correspond à la mise en volume et à l’affûtage d’un biface qui n’a pas été retrouvé sur la partie du sol d’occupation analysée. Les nucléus illustrent les conceptions de débitage mises en œuvre par les paléolithiques de Saint-Pierre. Les méthodes employées témoignent essentiellement de l’utilisation de schémas à faible prédétermination, gérant une ou plusieurs surfaces. La gestion sécante l’emporte sur la gestion parallèle. On pourrait y voir une recherche de produits plutôt larges et épais, au talon incliné. Les méthodes expédientes sont illustrées par le « test » de certains nucléus et le débitage direct.

11Cependant rappelons que certains enlèvements typo-levallois pourraient être issus de schémas opératoires Levallois. Aucun nucléus Levallois n’a cependant été mis en évidence sur l’espace analysé.

12Les outils confectionnés sur éclats ne comportent que des enlèvements issus de chaînes opératoires de débitage ; aucun éclat de façonnage ne semble avoir été modifié. La panoplie instrumentale apparaît constituée de pièces affectées de coches, de rares racloirs et de deux pièces bifaciales.

13Les investigations conduites sur le site de Saint-Pierre-lès-Elbeuf ont donc livré un abondant matériel (environ 3 400 objets). Ces vestiges lithiques attestent d’un apport de matières premières brutes ou testées constituant d’éventuelles réserves et témoignent de la mise en œuvre de chaînes opératoires de débitage et de façonnage sur le site. De très nombreux petits éléments et esquilles participant à l’aménagement des blocs ont été collectés dans des espaces relativement circonscrits. Outre les deux bifaces, l’outillage ne compte qu’un racloir et quelques pièces à encoche.

14Si le gisement de Saint-Pierre-lès-Elbeuf faisait déjà référence au plan chronostratigraphique (coupe classée), il en va désormais de même pour les implantations acheuléennes en contexte lœssique du Pléistocène moyen d'Europe du nord-ouest (occupation du stade isotopique 10, vers 350 ka.). C’est actuellement le seul site normand conservé en place pour cette période. Ce niveau d’occupation fera l’objet d’investigations complémentaires durant l’été 2007, dans ses parties non détruites, afin de procéder à une meilleure approche de l’occupation de l’espace en vallée de Seine et des procédés techniques mis en œuvre par les paléolithiques pour la constitution de leur outillage.

15La présence inattendue de vestiges de faune laisse présager la conservation et la découverte d’autres éléments organiques qui participent à l’analyse environnementale du site.  

16CLIQUET Dominique  et LAUTRIDOU Jean-Pierre

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Croquis de localisation des anciennes carrières et du tuf localisés à Chédeville

Fig. n°1 : Croquis de localisation des anciennes carrières et du tuf localisés à Chédeville

Auteur(s) : Cliquet, F. ; Fauq, B.. Crédits : Fauq, B. et Cliquet, F. (2005)

Fig. n°2 : Profil de la paroi loessique des coupes 1 et 2 et coupe de la « Propriété Garenne »

Fig. n°2 : Profil de la paroi loessique des coupes 1 et 2 et coupe de la « Propriété Garenne »

Auteur(s) : Cliquet, F. ; Fauq, B.. Crédits : Fauq, B. et Cliquet, F. (2005)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Croquis de localisation des anciennes carrières et du tuf localisés à Chédeville
Crédits Auteur(s) : Cliquet, F. ; Fauq, B.. Crédits : Fauq, B. et Cliquet, F. (2005)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/8088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Fig. n°2 : Profil de la paroi loessique des coupes 1 et 2 et coupe de la « Propriété Garenne »
Crédits Auteur(s) : Cliquet, F. ; Fauq, B.. Crédits : Fauq, B. et Cliquet, F. (2005)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/8088/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Pierre Lautridou et Dominique Cliquet, « Saint-Pierre-lès-Elbeuf – Le Mont Enot », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/8088

Haut de page

Responsables d'opération

Jean-Pierre Lautridou

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Dominique Cliquet

SDA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org