Navigation – Plan du site
2005

Les occupations gravettiennes dans le bassin de Brive

Responsable(s) des opérations : Mahaut Digan

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 122374

Date de l'opération : 2005 (PC)

1Situé au sud-ouest du Massif central, le bassin de Brive se trouve entre les plateaux métamorphiques du Limousin au nord-est et les calcaires jurassiques au sud est. Il est creusé dans les grès du Permo-trias où se développe un pseudo-karst favorable à la formation d’abris sous roche mais aussi de grottes au sens strict. Une grande partie de ces formations renferme des occupations se rapportant au Paléolithique supérieur (environ 40 sites répertoriés). Deux cultures sont particulièrement bien représentées : l’Aurignacien et le Gravettien. Les séries lithiques gravettiennes ont été étudiées et publiées par différents préhistoriens mais surtout par P.-Y. Demars qui depuis plus de trente ans, a mené un travail important sur les industries du Paléolithique supérieur du bassin de Brive (Demars, 1982, 1994). Ces travaux fondamentaux pour la connaissance des industries lithiques du Paléolithique supérieur pour cette région, portent principalement sur des analyses typologiques et lithologiques. Cependant, les séries n’ont pas été étudiées selon une approche technologique, sources de données essentielles pour cette culture dont on connaît encore assez peu les savoir-faire lithiques, mis à part quelques travaux récents. C’est donc de ce constat qu’est née l’idée de reconsidérer ces anciennes collections sous l’angle technologique afin d’obtenir de nouvelles données sur les savoir-faire de ces groupes préhistoriques.

2Cette première année de PCR nous a permis de faire l’état des lieux et de réaliser le diagnostic de l’ensemble des industries lithiques gravettiennes du bassin de Brive. Le bilan de ces premiers travaux associe paradoxalement des points négatifs, mais aussi positifs pour la suite des recherches.

3 Le premier handicap résulte tout d’abord de l’ancienneté de la plupart des fouilles de ces gisements - exploités pour la plupart avant les années 50 - mis à part les fouilles relativement récentes des années 1970 de G. Mazière (Mazière, 1978). Cependant, ce handicap de l’ancienneté des opérations archéologiques menées dans cette région est relativisé par la grande qualité des travaux de J. et A. Bouyssonie et L. Bardon qui ont fouillé la majorité des sites.

4Malheureusement tout ce potentiel archéologique a été énormément altéré par la suite, en raison de problèmes de conservation du matériel. Les séries lithiques ont été extrêmement fractionnées et conservées par différentes personnes, et une grande partie des données de terrain ont disparu.

5Finalement, deux et peut-être trois séries seulement présentent un intérêt pour de futures analyses technologiques : la série de Lacoste sera réexaminée pour certains aspects et la série de Bassaler-Nord, bien que quantitativement faible, pourrait peut-être faire l’objet d’une étude universitaire. Mais c’est surtout le site de Puyjarrige 2 qui présente un intérêt indéniable et important pour la connaissance du Gravettien de phase ancienne, dont les sites sont rares en France et qui reste une culture encore peu étudiée (Digan, 2006).

6C’est pourquoi nous prévoyons de poursuivre l’étude de cet ensemble lithique dans l’objectif de publier ces résultats.

7Mahaut Digan avec la collaboration de Thierry Bismuth, Pierre-Yves Demars et Guy Mazière.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Les occupations gravettiennes dans le bassin de Brive », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/7892

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org