Navigation – Plan du site
2007

Les premiers Hommes en Normandie

Responsable(s) des opérations : Dominique Cliquet
Notice rédigée par : Dominique Cliquet

Texte intégral

Date de l'opération : 2007 (PC)
Inventeur(s) : Cliquet Dominique (SRA)

1Le projet collectif de recherche « Les Premiers Hommes en Normandie » a maintenant sept ans, en principe… « l’âge de raison ». Les nombreux travaux réalisés et ceux en cours sembleraient confirmer cette « maturité ». En effet, l’année 2007 a permis l’aboutissement et la « livraison » de deux importantes monographies, la première consacrée au site de boucherie de Ranville (Calvados), la seconde, aux occupations paléolithiques des Pléistocènes moyen et supérieur du site du Long-Buisson à Évreux (Eure).

2Ces travaux apportent leur concours à la connaissance des modes de vie des Néandertaliens d’Europe occidentale dans un cadre environnemental et chronologique de plus en plus précis.

3Parallèlement, l’activité de terrain a été plus importante cette année, tant au plan des opérations de fouilles que des prospections.

4Enfin, comme l’an passé, parmi les points forts des activités conduites en 2007, figure la mise en place d’une cartographie vectorisée relative aux matières premières potentiellement utilisables par les pré- et protohistoriques (Anne Ropars, J.P. Coutard et Dominique Cliquet). Le travail sera poursuivi en 2008 et complété par la collecte de matières premières suivant un protocole bien établi, visant à la constitution d’une lithothèque, pour la Basse-Normandie.

5Une nouvelle fois, les sondages programmés à Rânes ont dû être reportés en raison des intempéries (sol gorgé d’eau toute l’année).

6Parmi les axes de recherches privilégiés figure depuis maintenant six ans la constitution d’un cadre chronologique fondé sur les méthodes physiques. Cette année encore, nous avons pu compléter notre information à la faveur d’un important terrassement effectué dans la carrière de Tourville-la-Rivière (Seine-Maritime), site majeur pour le Pléistocène moyen et supérieur de la vallée de la Seine. Ce site a livré à Gérard Carpentier, qui a assuré le suivi des travaux, de nombreux vestiges de faune et des artefacts lithiques qui avaient motivé la conduite de trois importantes campagnes de fouilles dirigées par Luc Vallin (SRA Nord–Pas-de-Calais) entre 1982 et 1984. Le principal horizon archéologique est estimé à environ 200 000 ans, soit sub-contemporain du site de Ranville, récemment étudié.

7Toujours pour les périodes anciennes, plusieurs opérations ont pu être menées dans des espaces géographiques diversifiés :

8  •    à Barneville (Manche), un sondage a été pratiqué dans une paléoplage rapportable sur base altimétrique et chronostratigraphique au stade isotopique 9 (?). Cette plage a livré quelques artéfacts (galet aménagé en schiste, éclats et outils en silex). Ceux-ci constituent le plus ancien témoignage d’occupation de Basse-Normandie avec l’éclat de façonnage de biface collecté en sondage à Gatteville ;

9  •    à Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), le niveau archéologique fouillé durant l’été 2005 a fait l’objet d’une seconde campagne. Si aucune structure tangible n’a été mise au jour, de nombreux groupements de petits éléments et d’esquilles pourraient témoigner de postes de débitage, de façonnage et d’entretien des outils. La série lithique (en cours d’analyse) comprend plusieurs milliers de pièces lithiques où figurent des éléments de chaînes opératoires de débitage et de façonnage, et quelques outils dont des bifaces. Par ailleurs, le niveau archéologique a livré de rares pièces de faune mal conservées ;

10  •    à Digulleville (Manche), des artefacts avaient été mis au jour par l’implantation de réseaux. Ces objets lithiques se rapportaient, fait exceptionnel, à l’Acheuléen. Les travaux envisagés par la commune (rectification d’un virage) ont motivé la conduite d’un sondage visant à préciser l’état sanitaire de ce site où s’était implantée une carrière de granite et de « tuf » (granite arénisé). Plusieurs niveaux d’occupations ont pu être reconnus. L’intérêt majeur de cette opération réside dans la grande diversité des roches locales, autres que le silex, mises en œuvre par les Paléolithiques (grès, granite, quartz, micro-granite, diorite, dolérite). Toutes ces matières premières proviennent d’un environnement proche, le littoral de l’époque (utilisation de galets). Ces occupations pourraient se rapporter à l’avant-dernier interglaciaire et au début de l’avant-dernière glaciation (vers 200 000 à 180 000 ans ?).

11Si les témoignages du Paléolithique inférieur s’avèrent peu nombreux en Basse-Normandie, l’année 2007 apporte de nouveaux éléments sur les cultures des premiers peuplements. La découverte sur une ancienne terrasse de l’Orne à Biéville-Beuville (Calvados) de pièces bifaciales confectionnées sur masse centrale dans du silex et dans du grès illustre une nouvelle fois les périodes anciennes et surtout la mise en œuvre de grès allochtones. Des sondages devront être tentés afin de préciser le contexte chronostratigraphique de cette industrie.

12Notre activité s’est aussi portée sur les peuplements du Paléolithique moyen, notamment avec l’examen des séries collectées à Rânes depuis les années 1970 (Collection ancienne, Orne), la reconnaissance d’un niveau moustérien à Portbail (Manche) et la fouille d’une occupation moustérienne à Saint-Pierre-Eglise.

13Les mobiliers collectés à Rânes (Orne) présentent les mêmes caractéristiques que le matériel issu de la fouille du site de Saint-Brice. Si les modules s’avèrent plus importants, la série apparaît constituée de bifaces, de pièces bifaciales partielles et de racloirs à retouche bifaciale.

14L’érosion des rivières qui débouchent dans le havre de Portbail (Manche) met au jour diverses structures historiques, et fait plus rare, préhistoriques. C’est un niveau d’occupation du Paléolithique moyen qui a été ici mis en évidence. L’assemblage comporte, outre un biface, de nombreux produits de débitage où la méthode Levallois est attestée (Fig. n°1 : Débitage Levallois (commune : Porbail)). L’intérêt de cette découverte apparaît multiple, du fait de la rareté des occupations paléolithiques dans le centre de la Manche et par la présence d’une pièce bifaciale.

15Enfin, la découverte d’une grande pièce bifaciale pour le gisement de Saint-Pierre-Église – Clitourps avait suscité notre intérêt du fait de la rareté des « faciès » à outils bifaciaux dans le Cotentin et justifié une campagne de sondages visant à préciser la localisation d’un éventuel site de production. Par ailleurs, rappelons que le Cotentin « continental » n’a livré jusqu’alors que peu de vestiges, hormis quelques pièces trouvées hors contexte (Bricquebec, Auderville). Les sondages effectués à Saint-Pierre-Église en 2006 avaient révélé la conservation partielle de niveaux d’occupation rapportables au Paléolithique moyen.

16La campagne de fouille conduite en 2007 a permis de mettre en évidence l’existence d’une nappe de vestiges correspondant à une implantation sur un sommet topographique, le mont Etolan. Si les niveaux superficiels ont été démantelés, les implantations dans les dépressions du substrat constitué d’un conglomérat du Trias ont été préservées.

17Les observations conduites en 2007 confirment celles de 2006, à savoir un âge tardif pour ces industries (post-stade 5). Les apports principaux de la fouille consistent :

18  •    en la mise en évidence, à l’intérieur des terres, d’un gisement à pièces bifaciales du Paléolithique moyen, « faciès » rarissime en Cotentin,

19  •    dans la mise au jour d’une occupation rapportable au dernier Pléniglaciaire,

20  •    et dans la mise en œuvre de matières premières locales autres que le silex (grès, quartz, conglomérat du substrat).

21Par rapport aux objectifs que nous nous étions fixés, deux opérations n’ont pu être menées à bien en raison des conditions atmosphériques. Cependant, le bilan de l’année 2007 s’avère une nouvelle fois très positif avec la conduite de trois opérations de terrain menées parallèlement aux travaux de post-fouille et de publication.

22Les objectifs pour 2008 seront aussi ambitieux que ceux de 2007. Parallèlement à la poursuite des études portant sur les sites fouillés dans le but de proposer une synthèse portant sur l’ensemble de la Normandie, nous envisageons d’achever la fouille du site de Saint-Pierre-Église – Clitourps (Manche), de procéder aux sondages sur le gisement de Rânes (Orne) et de tenter un décapage intégral du niveau d’occupation du Paléolithique final d’Ouilly-le-Tesson (Calvados).

23CLIQUET Dominique pour l’ensemble des acteurs du PCR 

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Débitage Levallois (commune : Porbail)

Fig. n°1 : Débitage Levallois (commune : Porbail)

Auteur(s) : Cliquet, Dominique (SRA). Crédits : Cliquet, Dominique (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Débitage Levallois (commune : Porbail)
Crédits Auteur(s) : Cliquet, Dominique (SRA). Crédits : Cliquet, Dominique (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/7323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Cliquet, « Les premiers Hommes en Normandie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/7323

Haut de page

Responsable d'opération

Dominique Cliquet

SRA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org