Navigation – Plan du site
2007

Peynier – Vallon de l’Homme Mort

Responsable(s) des opérations : Christophe Vaschalde
Notice rédigée par : Christophe Vaschalde

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8220

Date de l'opération : 2007 (PT) ; 2006 (SD)
Inventeur(s) : Vaschalde Christophe (AUT)

1Le vallon de l’Homme Mort est situé au sud-ouest de la commune de Peynier, en limite avec les communes de Belcodène et de La Bouilladisse. Grâce à l’étude des archives, ce secteur est connu pour avoir accueilli diverses activités liées à l’exploitation de la forêt et de ses ressources. En 1347, la communauté de Peynier fait du bois du vallon de l’Homme Mort un défens dans lequel les productions de chaux et de charbon de bois, ainsi que la pâture des troupeaux sont réglementées. En 1479, le prieur de Saint-Victor passe un contrat d’accapte en faveur d’un habitant de Peynier, qui pourra ainsi y installer des cultures pendant quelques années, ce qui atteste la présence d’une exploitation agricole au moyen de brûlis dans ce secteur. Enfin, en 2006 une opération de sondage avait été effectuée sur un four à chaux du XVIIe s. (four PEY1 A5), accompagné d’une place de charbonnière, d’une cabane d’artisan et de divers points d’extraction de pierre calcaire (BSR PACA, 2006 : 160).

2Avant le Moyen Âge, une occupation protohistorique est connue grâce à la présence de quatre tumuli du premier âge du Fer, faisant partie de la nécropole de la Sérignane (Verdin, 1995, III : fiche n° 95 ; Mocci, Nin, 2006 : 601-602), qui n’avaient pas été signalés par Henry de Gérin-Ricard au début du XXe s. (Gérin-Ricard, 1909 ; Gérin-Ricard, 1910).

3La prospection de 2007 portait sur une parcelle (AH 92) de 82 ha. Elle a révélé presque exclusivement la présence de structures artisanales (Fig. n°1 : Répartition des structures repérées) Chaque type de site est désigné par une lettre différente :

4A : four à chaux ;

5B : four à plâtre ;

6C : four à poix ;

7D : four à cade ;

8E : place de charbonnière ;

9F : cabane ;

10G : point d’extraction de matière première, etc.

Les fours à chaux

11Onze fours ont été repérés. Ils se présentent tous sous la forme de « trou de bombe » avec, en général, la présence de chaux carbonatée et de terre rubéfiée ou cuite à proximité. L’implantation en fond de vallon est exclusive, avec une gueule, lorsque les vestiges en sont visibles, orientée vers l’aval du vallon. À proximité se trouve souvent une place de charbonnière. Les deux derniers fours à chaux ayant fonctionné dans ce secteur ont été implantés en 1885 et 1887 par André Blanc, habitant de La Bourine (actuellement La Bouilladisse).

L’extraction de pierre calcaire

12L’alimentation des fours à chaux a nécessité une extraction du calcaire, abondamment présent dans le vallon (calcaire portlandien). Cette activité était probablement réalisée au moyen de barres à mine et de leviers, ce qui expliquerait l’absence de fronts de taille stricto sensu. Seulement quatre points d’extraction ont été identifiés de manière certaine. Ceux-ci étaient incontestablement plus nombreux, mais il est souvent malaisé de les différencier des affleurements naturels de calcaire.

Les places de charbonnières

13Ces structures sont les plus fréquentes : dix-huit ont été repérées. Ce sont des replats circulaires aménagés qui forment une anomalie dans le relief, mesurant environ 8 m de diamètre. Pour la plupart implantées en fond de vallon, elles sont repérables grâce à la présence d’une couche de terre noire très charbonneuse en surface.

Les cabanes

14Les vestiges de l’habitat des artisans sont présents, bien qu’en nombre plus restreint que les structures de production de chaux et de charbon. Sept cabanes ont été découvertes. Généralement de petite dimension, leur plan peut être circulaire ou quadrangulaire. Les murs sont en pierre sèche, tandis que la couverture, probablement construite en matériau périssable, n’existe plus.

Datation

15La datation de ces structures n’est pas sans poser de problèmes. Si les activités de production de chaux et de charbon sont attestées au moins depuis le XIVe s. dans ce secteur, aucun marqueur chronologique ne permet de dater chacune des structures repérées. Eu égard au bon état de conservation de certaines de ces structures, il faut probablement envisager une datation relativement récente, dans le courant de l’époque des Temps Modernes.

16Les derniers fours à chaux traditionnels semblent fonctionner dans le courant du XIXe s., tandis que les derniers charbonniers exercent leur activité à Peynier jusqu’après la seconde guerre mondiale.

17VASCHALDE Christophe

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Répartition des structures repérées

Fig. n°1 : Répartition des structures repérées

Auteur(s) : Vaschalde, Christophe. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Répartition des structures repérées
Crédits Auteur(s) : Vaschalde, Christophe. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6733/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christophe Vaschalde, « Peynier – Vallon de l’Homme Mort », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6733

Haut de page

Responsable d'opération

Christophe Vaschalde

AUT

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org