Navigation – Plan du site
2007

Cavaillon – Impasse Viala, rue Dupuy-Montbrun

Responsable(s) des opérations : François Guyonnet
Notice rédigée par : François Guyonnet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8469

Date de l'opération : 2007 (EX)
Inventeur(s) : Guyonnet François (COL)

1Un projet de construction d’un foyer-logement pour personnes handicapées est à l’origine de sondages d’évaluation effectués par le Service d’archéologie du département de Vaucluse les 22 et 23 octobre 2007 dans une parcelle bordée par l’impasse Viala et la rue Dupuy-Montbrun.

2Le site se trouve au coeur du centre ancien de Cavaillon, à proximité immédiate de la Grand’Rue dont l’axe est supposé être celui du cardo antique. Les découvertes archéologiques du début des années 1990 ont largement contribué à accroître nos connaissances sur les origines de la ville de Cavaillon. La meilleure illustration de cet apport de l’archéologie est la fouille de la place du Cloître, distante d’environ 100 m au nord de l’impasse Viala. Sur ce site, des niveaux d’occupation antérieurs à la conquête romaine ont été découverts et ont permis de relancer le débat sur le développement de la ville. Ainsi, l’idée reçue d’un abandon de l’oppidum de la colline Saint-Jacques au Ier s. av. J.‑C. au profit d’une agglomération de plaine créée ex nihilo est désormais écartée. Par conséquent c’est avec un certain optimisme que nous avons effectué quatre sondages sur un terrain d’une superficie d’environ 250 m2 (Fig. n°1 : Plan général du site).

3Signalons que le site avait malheureusement fait l’objet de terrassements sur une profondeur de 1 m après la démolition des maisons implantées sur cette parcelle. La plupart des niveaux médiévaux et la partie supérieure de la stratigraphie antique ont pâti de ce décaissement sans surveillance archéologique, rendant désormais difficile l’analyse du site pour les périodes de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge.

Aire d’ensilage médiévale et jardin antique

4Hormis un sondage négatif dont le résultat se limite au repérage d’une ancienne cave comblée, trois autres excavations ont livré des vestiges archéologiques assez surprenants.

5Dans la partie méridionale du site, deux sondages ont fait apparaître des silos dont l’abandon pourrait être daté du XIe s. Ces seuls vestiges du Moyen Âge repérés sur le site peuvent être mis en perspective avec les observations de la place du Cloître où une vaste aire d’ensilage avait été exhumée en 1993. On peut légitimement se poser la question de la présence d’importantes aires de stockage dans ce secteur de la ville autour de l’an Mil (entrepôt privé, réserves collectives, etc.).

6Les indices stratigraphiques et chronologiques concernant ces deux sondages sont très pauvres et n’apportent que peu d’informations pour les périodes antérieures au XIe s. Jusqu’à une profondeur conséquente (69,40 NGF ; 3 m sous le niveau de la rue), on rencontre une alternance de séquences stériles et de remblais qui auraient parfaitement pu s’adapter à une mise en culture.

7Un constat s’impose : cette partie du site est probablement toujours restée libre de toute construction. Des jardins ont pu se développer à cet emplacement, subissant parfois les crues de la petite rivière du Calavon dont on peut reconnaître les dépôts alluvionnaires.

La voirie antique

8Le quatrième sondage, implanté au nord du site, perpendiculairement à l’impasse Viala se démarque des deux précédents par la qualité des vestiges découverts. Un mur construit avec des blocs en grand appareil, disposés maladroitement sur une fondation de moellons liés à la terre, bordait une rue d’orientation nord-ouest – sud-est.

9Cette rue, identifiée par ses imposantes recharges de gravier, est pourvue en son centre d’un collecteur principal, recouvert de dalles épaisses (Fig. n°2 : Rue antique avec collecteur central). Un égout secondaire, traversant la fondation du mur, vient se jeter dans le collecteur.

10Ces aménagements de voirie et d’assainissement semblent avoir été réalisés aux environs du changement d’ère et ont nécessité la démolition de constructions préexistantes – peut-être des habitats protohistoriques – comme en témoigne un mur détruit et recouvert par la rue. Le mur bordant la voie est peut-être celui d’un bâtiment ou d’une construction annexe placée dans un jardin repéré plus au sud. Néanmoins, des enduits peints mouchetés, placés sur le parement intérieur, démontrent un grand soin apporté à la décoration de ce mur.

11L’utilisation de cette rue ne paraît pas avoir dépassé le Ier siècle de notre ère puisque d’importants remblais viennent sceller l’ensemble pour une remise en culture du terrain. On peut s’étonner d’une durée si brève d’utilisation de cet axe mais qui corrobore – ou presque – les données apportées par des fouilles antérieures.

12À l’évidence, dès le IIe s., la ville antique se rétracte et la plupart de ces quartiers septentrionaux sont abandonnés. Dans ce cas de figure, le processus serait plus précoce et inexpliqué. Un autre point, certainement plus intéressant, doit être souligné en raison de son incidence sur les recherches concernant le réseau viaire antique. En effet, l’orientation de cet axe découvert n’est absolument pas conforme au schéma directeur défini à partir des fouilles anciennes.

13La rue n’est pas perpendiculaire à la Grand’Rue ni à la voie découverte sur le site de la place du Cloître. Il ne s’agit pas d’une trame urbaine antérieure car la voie découverte au Cloître est en activité du IIe s. av. J.‑C. au IIe s. apr. J.–C. Dès lors, on peut s’étonner de cette surprenante découverte qui vient compliquer notre réflexion sur l’urbanisme antique de Cavaillon.

14Dans le cadre d’une poursuite des investigations, il conviendra de répondre à quelques interrogations sur le tracé de cette voie : peut-elle correspondre à un second tracé directeur des rues antiques de Cavaillon ou s’agit-il d’un cas isolé de voie desservant une parcelle ou un îlot privilégié ?

15GUYONNET François

16Avec la collaboration de D. Carru, I. Doray, V. Faure, B. Portet et N. Duverger.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général du site

Fig. n°1 : Plan général du site

Auteur(s) : Guyonnet, François. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Rue antique avec collecteur central

Fig. n°2 : Rue antique avec collecteur central

Auteur(s) : Guyonnet, François. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général du site
Crédits Auteur(s) : Guyonnet, François. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. n°2 : Rue antique avec collecteur central
Crédits Auteur(s) : Guyonnet, François. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

François Guyonnet, « Cavaillon – Impasse Viala, rue Dupuy-Montbrun », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6665

Haut de page

Responsable d'opération

François Guyonnet

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org