Navigation – Plan du site
2007

Cavalaire-sur-Mer – Avenue Pierre et Marie Curie

Responsable(s) des opérations : Aurélie Dumont et Jean-Marie Michel
Notice rédigée par : Aurélie Dumont et Jean-Marie Michel

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8314

Date de l'opération : 2007 (EX)
Inventeur(s) : Dumont Aurélie (INRAP) ; Michel Jean-Marie (INRAP)

1Une opération archéologique a été menée avenue Pierre-et-Marie-Curie dans le cadre d’un projet immobilier [ (Fig. n°1 : Localisation des découvertes antérieures (B : rue du Port ; C : rue Charles-de-Gaulle) et implantation des tranchées 2007 (A : avenue Pierre-et-Marie-Curie)), A]. Le terrain se situe en zone urbaine au sud-est du centre ville, à proximité du port de plaisance, à une altitude de 2,90 m NGF. À ce jour, les principales découvertes faites dans le centre ville de Cavalaire et dans l’emprise du port sont d’époque romaine.

2Une villa viticole [ (Fig. n°1 : Localisation des découvertes antérieures (B : rue du Port ; C : rue Charles-de-Gaulle) et implantation des tranchées 2007 (A : avenue Pierre-et-Marie-Curie)), B], située rue du Port et occupée de la fin du Ier s. ou du début du IIe siècle de notre ère. jusqu’au IVe s., a été fouillée dans les années 1990 (SRA DRAC-PACA, Aix-en-Provence ; Brun, Oberti, 1993 ; 1999 : 330-331).

3Au cours de l’année 2002, à l’angle de l’avenue Charles-de-Gaulle et de la rue du Port, trois îlots d’habitations, avec rue et passage datés de la fin du Ier siècle de notre ère et du début du IIe siècle de notre ère, ont été mis au jour [ (Fig. n°1 : Localisation des découvertes antérieures (B : rue du Port ; C : rue Charles-de-Gaulle) et implantation des tranchées 2007 (A : avenue Pierre-et-Marie-Curie)), C].

4L’occupation du quartier dure jusqu’à la fin du IIIe siècle de notre ère. Et dans le courant des IVe s. et Ve s., deux sépultures sont installées dans les ruines du quartier.

5La découverte de ces îlots a permis d’identifier l’agglomération d’Heraclea Caccabaria, portus signalé dans l’Itinéraire maritime d’Antonin et d’y rattacher les aménagements viticoles de la rue du Port (BSR PACA, 2002 : 149-151).

Continuité avec le site de la rue Charles-de-Gaulle

6Un long mur MR10 orienté est-ouest a été suivi sur près de 38 m [ (Fig. n°1 : Localisation des découvertes antérieures (B : rue du Port ; C : rue Charles-de-Gaulle) et implantation des tranchées 2007 (A : avenue Pierre-et-Marie-Curie)), TR6 à TR8 et TR11] ; sa limite occidentale n’a pas été trouvée et il semble se poursuivre en dehors de l’emprise de la parcelle sondée. Cette fondation de mur est faite de blocs de pierres brutes locales (micaschistes et gneiss). Aucun liant de chaux n’a été observé et c’est plutôt un liant de terre qui assemble les structures.

7Au nord de cette construction, à une distance d’un peu plus de 5 m est établi un autre mur MR11 d’orientation similaire ; ce dernier n’a été observé que dans l’espace du sondage TR7 et n’a été recoupé dans aucune autre tranchée (notamment la TR9). Une seule assise de 0,57 m de large a été dégagée ; elle conserve dans son blocage quelques éléments de tegulae. Un troisième mur MR13 est apparu dans le sondage TR9. Il a une orientation différente, plutôt nord-nord-est – sud-sud-ouest.

8Aux extrémités des tranchées TR7 et TR9, deux structures ST12 et ST16 ont été observées. Elles sont formées de gros blocs de pierres brutes recouvertes et bordées du remblai de terre US06 empli de nombreux fragments de tuiles antiques, d’amphores et de céramiques communes. Ces constructions ont été différenciées dans un premier temps, mais il peut s’agir d’une seule et même structure dont les limites n’ont pas été déterminées car seuls le bord méridional pour ST12 et le bord oriental pour ST16 ont été mis au jour dans le cadre du présent diagnostic.

9Il est à noter que le sédiment qui recouvre en partie la structure ST16 est de teinte très noire et comprend de nombreux morceaux de charbons de bois. Un fragment de meule rotative (meta) en rhyolite a été extrait de la construction ST16.

10La plupart des constructions observées sont établies dans le niveau limoneux jaune US05. Seul le mur MR11 semble fondé dans une couche de remblai antérieure US14. Enfin, l’ensemble de l’occupation disparaît sous le remblai plus ou moins épais, déjà mentionné, US06.

Des éléments de datation

11Les principaux éléments de datation sont fournis par le matériel issu de la couche de remblai US06 qui vient sceller l’ensemble des vestiges et qui offre une fourchette chronologique large allant du Ier siècle de notre ère aux IVe s. et Ve siècle de notre ère.

12Les Iers. et IIe siècle de notre ère sont représentés par des fragments de sigillées sud-gauloise, des bols de type Drag. 37 essentiellement et des lèvres de claire A de type Hayes 8A (100-160). Les exemplaires d’amphores proviennent d’origines diverses avec des fragments d’amphores de Tarraconaise (Dressel 2/4), de Bétique (Dressel 20) et de Gaule (G8 par exemple). Des amphores d’origine africaine, avec l’africaine IB et l’africaine IIIC (Bonifay, 2004), indiquent une chronologie plus tardive, de la fin du IIe s. et IIIe siècle de notre ère et des IVe s. et Ve siècle de notre ère.

13Ces datations s’accordent avec celles du site de l’avenue Charles-de-Gaulle qui fait état d’une première occupation de la fin du Ier siècle de notre ère avec l’installation de la voie à laquelle se rattache le long mur MR10 de l’avenue Pierre-et-Marie-Curie, puis d’une deuxième phase qui comprend la construction des îlots I, II, III ; ici ce sont les murs MR11 et MR13 qui peuvent s’inscrire dans cette période des IIe s. et IIIe s. En revanche, dans le cadre du diagnostic, la phase tardive représentée par les inhumations n’est ici attestée par aucune construction.

Conclusion

14Cette opération archéologique confirme la présence de vestiges antiques qui se rattachent au quartier d’habitations limitrophe de la rue Charles-de-Gaulle avec la continuité notamment du mur de soutènement de la voie et la présence de murs qui poursuivent le plan des pièces d’habitat organisées en îlots. Ces nouvelles découvertes offrent une vision plus ample de l’emprise de l’agglomération d’Heraclea Caccabaria.

15DUMONT Aurélie et MICHEL Jean-Marie

16Avec la collaboration de LAURIER Françoise (Cépam) et BORRÉANI Marc (SRA)

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des découvertes antérieures (B : rue du Port ; C : rue Charles-de-Gaulle) et implantation des tranchées 2007 (A : avenue Pierre-et-Marie-Curie)

Fig. n°1 : Localisation des découvertes antérieures (B : rue du Port ; C : rue Charles-de-Gaulle) et implantation des tranchées 2007 (A : avenue Pierre-et-Marie-Curie)

Auteur(s) : Bioul, Catherine ; Laurier, Françoise. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des découvertes antérieures (B : rue du Port ; C : rue Charles-de-Gaulle) et implantation des tranchées 2007 (A : avenue Pierre-et-Marie-Curie)
Crédits Auteur(s) : Bioul, Catherine ; Laurier, Françoise. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Aurélie Dumont et Jean-Marie Michel, « Cavalaire-sur-Mer – Avenue Pierre et Marie Curie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 24 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6612

Haut de page

Responsables d'opération

Aurélie Dumont

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Jean-Marie Michel

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org