Navigation – Plan du site
2007

Valensole – Baisse de Sainte-Anne

Responsable(s) des opérations : Anne Richier
Notice rédigée par : Anne Richier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8029 et 8275

Date de l'opération : 2007 (SU)

1Le site est localisé au nord du village de Valensole, sur une butte aplanie surplombant la route de Digne-les-Bains et à la croisée de six chemins, d’origine sans doute ancienne.

2Jusqu’en 1809, une chapelle portant le vocable de Sainte-Anne, d’où le toponyme du lieu, se dressait à l’angle du rayonnement, à une dizaine de mètres du site exploré. Cette chapelle, doublée d’un oratoire lui faisant face, a été construite dans le courant du XVIe s., mais ses origines sont peut-être plus anciennes.

3Au début du XIXe s., date du démantèlement de la chapelle et de l’oratoire, une vaste calade a été aménagée afin de constituer une aire de battage de blé, utilisée jusqu’à la dernière guerre.

4Le dépôt par des particuliers de plusieurs demandes de permis de construire sur le site a généré deux opérations de diagnostic archéologique effectuées en 2006, révélant la présence d’une nécropole de l’Antiquité tardive (voir BSR PACA, 2006 : 42).

5La fouille de trois parcelles contiguës a été réalisée au printemps 2007 par une équipe de l’INRAP. La surface totale fouillée correspond à 972 m2 et a confirmé la présence d’une nécropole datant de l’Antiquité tardive représentée par soixante-dix-sept sépultures à inhumation ainsi que huit fosses d’époques diverses.

6La nécropole se développe sur une aire de 474 m2, selon une régularité et une densité notables (Fig. n°1 : Plan d'ensemble de la nécropole). Les limites nord et est de la zone funéraire ont manifestement été atteintes, celles-ci n’étant pas matérialisées mais se marquant par une interruption brutale des fosses. Les sépultures, toutes à inhumation, sont orientées de façon assez stricte et se répartissent selon des rangées plus ou moins parallèles dans le sens nord-sud, avec des espacements variant entre 0,50 m et 2 m. Le site étant largement arasé, surtout dans la partie septentrionale où le substrat affleure, aucune voie de cheminement, aucun élément de signalisation n’ont pu être mis en évidence. Quelques recoupements de fosses sont présents, mais de façon anecdotique, alors que les superpositions et/ou réoccupations sont fréquentes.

7Dans la majorité des cas, les sépultures sont de simples fosses en pleine terre, toutefois une trentaine contient également des aménagements, employant des galets ou des tuiles (tegulae et imbrices). Quelques sépultures ont des aménagements internes assez élaborés : murets de galets disposés le long des bords longitudinaux des fosses, tegulae de chant aux deux extrémités des creusements, fonds aménagés, tuiles en bâtière, etc. Aucun indice de cercueil ou coffre de bois n’est notable, mais des systèmes de couverture en matériau périssable ainsi que des linceuls sont fréquemment restituables. Les sujets, dont l’étude est en cours, sont au nombre de cent vingt-neuf, de nombreuses tombes recélant plusieurs sujets, placés de manière simultanée ou différée.

8Les deux dépôts simultanés correspondent à une association femme-enfant (Fig. n°2 : Sépulture double) tandis que les dépôts différés, comportant ou pas des réductions, concernent toutes les classes d’âge et les deux sexes. Les réductions sont très fréquentes (trente-six sépultures), les restes perturbés étant toujours réintroduits dans la sépulture, soit groupés, souvent aux pieds du nouveau sujet, soit installés sur le pourtour de la fosse.

9D’autres sépultures montrent,en outre, une réouverture et une introduction de nouveaux sujets dans la fosse, ce qui est surprenant eu égard au type de tombes en pleine terre (cette pratique se rencontrant plus fréquemment dans les sarcophages que l’on peut aisément rouvrir) et renseigne sur la visibilité et la signalisation initiales des sépultures.

10Les premiers résultats concernant la population montrent un recrutement comportant des biais : absence de sujets morts entre 0 et 1 an, très faible proportion de sujets immatures en général (représentant à peine 14 % de l’ensemble), forte proportion de sujets adultes de sexe féminin (70 % des sujets actuellement sexés, ce ratio étant appelé à être modifié lorsque l’étude sera aboutie).

11L’étude des facteurs de biais et de l’état sanitaire de la population livrera des résultats particulièrement intéressants à mettre en relation avec les données archéologiques.

12Dans quatre sépultures des dépôts d’offrandes sont présents, matérialisés par des monnaies, pots en céramique commune, lampe à huile et tige en fer. Il est à noter que, dans trois d’entre elles, les sujets étaient orientés, contrairement à la majorité, tête à l’est.

13Un premier examen de ces objets permet une datation entre la fin du IIIe s. et le début du IVe s., ce qui est tout à fait compatible avec les débuts de l’occupation funéraire, à une époque où la pratique païenne de dépôt d’offrandes est encore en usage. Dans quinze autres sépultures, des éléments de parure ou pièces d’habillement sont présents (Fig. n°3 : Offrandes de la sépulture SP 226). Il s’agit, dans la majorité des cas, de boucles et plaques-boucles de ceintures (en bronze ou en fer, souvent décorées), agrémentées parfois de lames de couteaux, tiges et fermoirs d’aumônière. Dans quelques cas des bagues portées étaient présentes ainsi que des boucles d’oreille ou des boucles de chaussures. Les premiers éléments de datation de ces objets – l’étude étant en cours – les placent entre le IVe s. et le VIe s., voire le début du VIIe s.

14Outre l’intérêt intrinsèque de ces objets – les nécropoles de cette période riches en mobilier étant rares en Provence –, leur présence permet d’ores et déjà de proposer une fourchette d’occupation de la zone funéraire assez précise, entre l’extrême fin du IIIe s. et le début du VIIe s. Il s’agit d’une période charnière, marquée par l’émergence du christianisme dans une société fortement romanisée, encore empreinte d’habitudes et de rites païens. Ainsi, la position de la nécropole, à l’extérieur du vicus et en bord de voie ainsi que le dépôt d’offrandes dans les sépultures (pratiques romaines) côtoient une stricte orientation des sujets et l’abandon rapide de dépôt d’offrandes (pratiques chrétiennes).

15Les quelques fosses présentes sont en majorité postérieures à la nécropole et recoupent souvent les sépultures. L’une d’entre elles, un silo, recelait des tessons attribuables au VIIe s., soit à une époque marquée par l’abandon de la zone funéraire.

16Une autre fosse, située à l’extrémité orientale de la zone explorée, est toutefois attribuable à la Protohistoire (tessons de céramique non tournée).

17RICHIER Anne

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan d'ensemble de la nécropole

Fig. n°1 : Plan d'ensemble de la nécropole

Auteur(s) : Biuol, Catherine ; Guériel, Frédéric. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Sépulture double

Fig. n°2 : Sépulture double

Auteur(s) : Barbier, Sylvain. Crédits : ADLFI (207)

Fig. n°3 : Offrandes de la sépulture SP 226

Fig. n°3 : Offrandes de la sépulture SP 226

Auteur(s) : Barbier, Sylvain. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan d'ensemble de la nécropole
Crédits Auteur(s) : Biuol, Catherine ; Guériel, Frédéric. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. n°2 : Sépulture double
Crédits Auteur(s) : Barbier, Sylvain. Crédits : ADLFI (207)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. n°3 : Offrandes de la sépulture SP 226
Crédits Auteur(s) : Barbier, Sylvain. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6546/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Anne Richier, « Valensole – Baisse de Sainte-Anne », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6546

Haut de page

Responsable d'opération

Anne Richier

INRAP

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org