Navigation – Plan du site
2007

Malaucène – Saint-Martin

Responsable(s) des opérations : Vanessa Léa
Notice rédigée par : Vanessa Léa

Entrées d’index

Peuples et cités :

Chasséen

Chronologique :

Miocène, Néolithique

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8211 et 7863

Date de l'opération : 2007 (SD)
Inventeur(s) : Léa Vanessa (CNRS)

1Le bilan documentaire réalisé dans le cadre du PCR « Sites producteurs et sites consommateurs durant le Chasséen en Vaucluse : gestion des silex bédouliens / périodisation chronoculturelle »  (2003-2007) a permis de cibler les sites les plus à même de répondre aux problématiques développées au sein du projet (Léa, 2005). Ces questionnements ont trait au développement des spécialisations artisanales et abordent les contextes de production des industries lithiques spécialisées qui ont diffusé dans tout le midi de la France et ses marges pendant le Chasséen.

2L’un des objectifs était de trouver un site producteur et exportateur d’industrie lithique, site alors totalement inconnu (Léa, 2004 ; Léa et al., 2004 ; 2007).

3C’est ainsi que l’étude de l’ancienne collection de L. Gauthier au lieu-dit Saint-Martin, détenue à la mairie de Sainte-Cécile-les-Vignes, nous a alerté sur la présence d’un atelier producteur dont la bonne conservation et le potentiel ont été évalués lors de l’opération de sondages menée en 2006  (rapports sous la direction de Vanessa Léa déposés à la DRAC SRA-PACA, et BSR PACA, 2006 : 237).

4En 2007, une première campagne de fouilles a été réalisée sur le site de Saint-Martin. Celui-ci prend place sur le versant de la rive droite de la petite rivière du Groseau, en contrebas de la route menant de Malaucène à Vaison-la-Romaine. Le bassin-versant de ce cours d’eau s’inscrit à cet endroit dans les séries sédimentaires essentiellement sableuses et marneuses du Mio­cène. Quelques kilomètres plus au sud s’élèvent, avec le mont Ventoux, les calcaires du Crétacé inférieur. Le site s’étend sur plus de 1 ha et les niveaux chasséens apparaissent entre 0,80 m et 2 m sous la surface du sol, expliquant l’extraordinaire état de conservation des paléosols (étude de J.‑L. Brochier). L’épaisseur de l’horizon sédimentaire chasséen varie entre 0,40 m (dans la partie haute du champ) et 0,65 m (dans la partie médiane du champ).

5Cette année, une fenêtre de 100 m2 a été ouverte dans la partie médiane du champ. Elle se situe entre les sondages IX et X réalisés en 2006 et qui avaient révélé la présence d’une part d’un niveau exceptionnellement riche en lithique (sondage X) et d’autre part d’un four polynésien (sondage IX). Sur la presque totalité de la surface décapée, un niveau extrêmement riche de mobilier lithique et céramique, comportant de la faune, du matériel de broyage et de l’industrie polie, a été découvert. Deux briquettes de terre crue (en cours d’analyse) ont de même été identifiées. Les limites de ce niveau semblent apparaître vers l’ouest. Pour l’heure, il semble difficile d’interpréter ce niveau riche de matériel archéologique (s’agit-il d’un radier ?).

6La fouille plus poussée d’une bande de 11 m de long orientée ouest-est a permis de montrer la présence, sous ce niveau, dans la partie est de la fenêtre, d’une structure en creux scellée par des meules brûlées et brisées. Cette structure pourrait annoncer une sépulture comme cela est parfois le cas sur les sites chasséens de la Drôme (travaux d’A. Beeching). Sa fouille est prévue en 2008. Une autre structure en creux a été mise au jour dans la partie ouest. La quantité de mobilier prélevée est très importante (inventaire en cours). Il est intéressant de noter la présence de plusieurs préformes correspondant à celles identifiées dans la collection des prospections de L. Gauthier. Ces éléments sont donc pour la première fois retrouvés en contexte.

7La campagne de 2007 a confirmé la présence d’un site très bien conservé. Les déchets de l’atelier de production sont extrêmement bien représentés et leur étude apportera des informations totalement inédites sur les processus de fabrication des industries lithiques spécialisées chasséennes. Des témoins d’un habitat ont de même été mis au jour : céramique, faune, matériel de broyage, briquettes en terre crue, etc. Ces indices sont primordiaux pour la compréhension des contextes de production. Il semble que nous ayons en effet là les éléments de réponse à l’une des questions posées concernant les contextes de production : l’activité de production lithique spécialisée s’intègre-t-elle dans le cadre de l’exploitation des terroirs agropastoraux ? Or, Saint-Martin est le premier site de ce type qui pourra être fouillé pour alimenter ces problématiques.

8LÉA Vanessa

9PCR coordination : V. Léa. Membres du PCR : D. Binder, B. Gassin, C. Lepère, L. Bouby, J.-L. Brochier; I. Carrère, M. Castan, F. Convertini, C. Devalque, K. Gernigon, É. Thirault, C. Georjon, M. Grenet, S. Renault et I. Sénépart.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Vanessa Léa, « Malaucène – Saint-Martin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 19 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6479

Haut de page

Responsable d'opération

Vanessa Léa

CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org