Navigation – Plan du site
2007

Berre-l’Étang et Velaux – Tracé linéaire de la RD10 (tranche 1)

Responsable(s) des opérations : Véronique Rinalducci de Chassey
Notice rédigée par : Véronique Rinalducci de Chassey

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 7307

Date de l'opération : 2007 (EX)
Inventeur(s) : Rinalducci de Chassey Véronique (INRAP)

1Le projet de déviation de La Fare-les-Oliviers consiste en une extension de l’actuelle RD 10 sur un tracé linéaire de plus de 4 km. Il se divise en deux tranches d’expertise archéologique distinctes. La première, qui nous concerne ici, correspond aux deux tiers sud-ouest du tracé implanté sur les communes de Berre-l’Étang et Velaux, au cœur de la basse plaine alluviale de l’Arc, en rive gauche du fleuve (Fig. n°1 : Emplacement des sites archéologiques). La seconde, initialement prévue en fin d’année 2008, portera uniquement sur celle de La Fare-les-Oliviers, en rive droite de l’Arc.

2Sur cette première partie de l’intervention, le tracé comporte deux types d’emprises : l’une parcellaire, qui comprend des implantations larges de type échangeur, bassin de rétention, rond-point, ou encore site d’implantation du viaduc ; l’autre, plus étroite et linéaire qui correspond au tracé routier. Sur la commune de Berre qui regroupe deux lieux-dits : Notre-Dame à l’extrémité sud-ouest du tracé et La Garanne au nord-est, la majeure partie de l’emprise est parcellaire ; elle représente un petit peu plus d’un tiers de la longueur de la tranche 1 soit environ 1,10 km. À Velaux, le futur ruban routier serpente, sur 1,50 km environ, en territoire plus rural et traverse de grandes parcelles implantées sur un seul lieu-dit : La Bastide Neuve.

3Au total, cent une tranchées numérotées de 1 à n ont été ouvertes, pour une superficie de 5 903 m2 explorée sur plus de 10 ha 1. Six sites archéologiques illustrant des périodes comprises entre le Néolithique et/ou la Protohistoire et l’Antiquité tardive ont été mis au jour.

Berre-l’Étang : villa gallo-romaine de La Garanne 1

4Considérée comme l’une des deux plus grandes villae gallo-romaines du territoire de Berre, avec celle du Clos de Galleigne, la villa de La Garanne est signalée dès le premier quart du XIXe s. (Villeneuve, 1824, vol. 2 : 427) et à de nombreuses reprises par Gérin-Ricard et Arnaud d’Agnel (1907). Ces auteurs avaient insisté sur l’importance des vestiges repérés anciennement sur ce site : « grandes mosaïques, aires construites », fragments de colonnes et autres débris de statues.

5L’ensemble des prospections pédestres, soit celles menées par Marie Christine Mansuy (Mansuy, 1988), soit celles réalisées par nos soins en amont de ce diagnostic, a réuni un important mobilier de fragments d’amphores, céramiques communes et fines, tronçons de colonnes, tesselles de mosaïque en calcaire ou en pâte de verre datant une occupation entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le IVe s. apr. J.-C.

6Les vestiges de la villa s’étendent sur environ 1,2 ha dans la plus grande extension observée, avec un épicentre de constructions avoisinant 0,5 ha. Une dizaine d’espaces (ou pièces) de la villa ont pu être mis en évidence dont une moitié semble caractériser l’habitat résidentiel proprement dit ou pars urbana. Environ 277 m2 ont donc été exhumés en cinq sondages distants de 10 m minimum et 28 m maximum les uns des autres. Les vestiges affleurent parfois à 0,50 m du sol actuel, mais la hauteur des constructions ou de la stratigraphie a pu être observée à deux reprises sur plus de 2 m.

7La quasi-totalité des murs sont bâtis en pierre et liés au mortier et au moins deux d’entre eux présentaient un appareil de moellons régulier très soigné. Un seul mur en terre revêtu de mortier en parement a été relevé. Les sols sont construits en mosaïque, en marbre ou en béton de tuileau. Au moins deux salles étaient revêtues d’un sol en mosaïque. D’autres tesselles de facture et de module différents, ramassées lors de la prospection semblent indiquer qu’il en existerait peut-être une troisième, à moins que les tesselles colorées figurent l’emblema de l’une de celles observées.

8La plus grande mosaïque, conservée sur environ 20 m2, occupe la partie sud-est d’une salle vraisemblablement orientée nord-ouest – sud-est, comportant dans l’angle sud-est un épaulement semi-circulaire construit lors d’une seconde phase (Fig. n°2 : Vue du sol en mosaïque SL 53005, depuis l’ouest). Le tapis noir et blanc est une composition orthogonale de cercles sécants faisant apparaître des quatre-feuilles et déterminant des carrés concaves chargés d’un chevron 3. La mosaïque réserve le long du mur nord-est un cadre rectangulaire (1,37 m de largeur totale pour 2,40 m de longueur partielle observée) sur fond blanc bordé par des bandes noires, correspondant à l’emplacement d’un lit. Les trois murs délimitant la salle du côté sud conservent leur élévation peinte jusqu’à 0,40 m de hauteur.

9Il n’est pas possible pour l’heure de dégager l’organisation générale du plan de cette villa, mais trois secteurs semblent relever de destinations différentes.

10Le secteur nord-ouest, qui englobe la salle à mosaïque et enduits peints, comporte une autre salle qui devait être orientée nord-est – sud-ouest dont seul le mur sud a pu être dégagé. La totalité du parement nord de ce mur s’est effondré sur place au-dessus d’un sol en terre battue à l’intérieur d’un espace qui pourrait peut-être correspondre à une galerie.

11Le secteur le plus au nord a fait apparaître plusieurs espaces dont les sols sont en béton et les parements intérieurs des murs recouverts d’un enduit blanc non décoré. Trois fonds de dolia ont été retrouvés sur l’un des sols en béton, ce qui laisse présumer d’une fonction domestique de l’espace, du moins dans son dernier état.

12Enfin, le secteur méridional, qui comporte les élévations les mieux conservées, a reçu d’épaisses couches de béton de tuileau au sol et en parement interne des murs. La partie basse de l’élévation externe de l’un de ces murs s’est vue enveloppée d’un épais chaperon en béton de tuileau comprenant une évacuation horizontale en terre cuite qui devait se jeter dans l’un des caniveaux conservés en contrebas à l’extérieur. La nature et la configuration de ces aménagements, qui pourraient s’apparenter à un espace thermal et/ou des bassins extérieurs, restent à confirmer.

Étude de la céramique et datation

13(SuzanneLang-Desvignes)

14Une quantité de mobilier recueilli lors du dégagement d’une grande fosse comportant plusieurs comblements bien distincts propose une occupation continue du site entre le début du Ier s. et le milieu du IIe siècle de notre ère. Un second contexte touche le matériel trouvé sur la mosaïque et concerne ainsi son abandon au IIe siècle de notre ère. Les productions de sigillée claire B et de B-luisante montrent la continuité du site durant les IIe s. et IIIe s., et une marmite à pisolites du Languedoc ainsi que la céramique grise assurent des activités du Ve s. jusqu’au début du VIIe siècle de notre ère.

Velaux, La Bastide Neuve I : traces agraires antiques ?

15(VéroniqueRinalducci et KarineGeorges)

16Distant d’environ 460 m à vol d’oiseau des vestiges les plus proches de la villa gallo-romaine de La Garanne (à Berre), un ensemble d’une vingtaine de traces agraires a été repéré en bas de pente au nord-ouest des bâtiments modernes de la bastide éponyme. Les traces rectilignes et parallèles, d’une largeur variable de 0,25 m à 0,30 m, ont été observées partiellement sur 110 m2 pour un espace de culture estimé à 1 800 m2 minimum. Elles suivent une orientation nord-est – sud-ouest et sont espacées d’environ 1,10 m à 1,15 m les unes des autres, entraxe connu dans les vignobles. En revanche, les rares sondages exécutés à l’intérieur des traces présentent un profil en cuvette à fond concave qui ne cadre pas avec le profil carré à angle droit et fond plat habituellement rencontré dans la culture de la vigne. Cependant, la ponctualité de ces sondages ne saurait servir de référence en l’état pour l’ensemble des structures et la fouille n’a pas pu être menée de façon suffisamment fine pour percevoir des traces d’outil. Par ailleurs, à défaut de céramique permettant de dater ces structures, ce sont l’analyse stratigraphique et l’étude géomorphologique fondées sur le niveau de creusement des traces (entre 0,65 m et 1,65 m du sol actuel en pente), au seuil d’une pédogenèse actuelle, qui tendent vers une datation antique de la mise en culture. L’hypothèse reste à vérifier car il conviendrait de ne pas sous-estimer la place des époques moderne et contemporaine dans l’élaboration du paysage actuel : les ruines du chai du XIXe s. appartenant à La Bastide Neuve sont encore en élévation à 50 m de là, au-dessus du champ.

Velaux, la Bastide Neuve II : structures de l’âge du Bronze ancien

17(JeanPhilippeSargiano et T.Lachenal)

18Il s’agit de quatre fosses dont une contenant des silex, des ossements, un fragment de coquillage, ainsi que des pierres, des graviers et des charbons en très grande quantité. Cette structure comportait également un nombre conséquent de tessons de céramique (quatre-vingt-un tessons dont dix-neuf éléments typologiques), notamment des fonds plats, des anses en ruban, un cordon de section triangulaire placé sous la lèvre d’un vase, une carène et un fragment de buse de soufflet (Fig. n°3 : La Bastide Neuve II : les pièces caractéristiques du mobilier de la fosse FS 4901). La découverte de cet élément à Velaux apporte des données inédites concernant la première métallurgie du Bronze dans le sud-est de la France : en effet elle implique une activité de refonte du métal (nous excluons une activité métallurgique primaire car il n’y a pas de gîtes de métaux dans les environs), ce qui est inédit pour un site de cette période dans notre région.

Velaux, La Bastide Neuve III : foyers à pierres chauffantes

19(Jean Philippe Sargiano et Véronique Rinalducci)

20Plusieurs fosses et foyers ont été relevés, à environ 200 m en ligne droite, à l’est du site précédent. L’aire concernée par l’ensemble des vestiges s’est limitée dans le cadre de l’expertise à environ 200 m2.

21Deux foyers à pierres chauffantes espacés de 6 m l’un de l’autre ont été fouillés en priorité.

22De forme rectangulaire aux angles arrondis, ils sont presque alignés suivant une orientation nord-est – sud-ouest. Dégagés à 0,40 m du sol actuel, leur longueur avoisine 2 m et leur largeur 0,85 m à 0,90 m pour une profondeur observée de 0,30 m maximum. Les parois verticales et le fond sont partiellement rubéfiés. Le comblement de chacun de ces foyers se résume à une couche supérieure contenant des galets bleuis par la chaleur, qui recouvre une couche charbonneuse renfermant des bûches calcinées associées à de la céramique modelée pour le foyer FY 5801 (Fig. n°4 : La Bastide Neuve III : le foyer FY 5801 en cours de décapage, vu depuis le nord).

23Ces deux foyers sont environnés par trois autres structures en creux : un foyer circulaire qui contenait aussi des pierres bleuies, une fosse irrégulière et un trou de poteau.

24Pour conclure, les structures mises en évidence lors du diagnostic caractérisent un site d’habitat, dont les foyers rectangulaires à pierres chauffantes, qui sont assez, voire très rares en Provence.

25Ces derniers sont généralement interprétés comme des fours destinés à la cuisson à l’étouffée. Ils existent depuis le Paléolithique moyen jusqu’à l’âge du Fer, néanmoins la présence de céramique élimine une attribution au Paléolithique et au Mésolithique.

26Si le mobilier ne permet pas encore de dater l’occupation, une fouille permettrait à la fois de mettre en évidence d’autres structures de ce site et de le caractériser chronologiquement et culturellement.

Velaux, la Bastide Neuve IV : zone artisanale antique

27(Véronique Rinalducci et Suzanne Lang-Desvignes)

28Située à mi-chemin entre les deux sites d’habitats gallo-romains de La Garanne (à Berre) et de La Joséphine (à Velaux, un bâtiment rural antique supplémentaire vient d’être mis au jour au cours d’un diagnostic tout récent sur le site même de La Bastide Neuve qui doit accueillir la future école départementale de formation des sapeurs-pompiers. La phase de post-fouille n’étant pas commencée, cette découverte figurera dans le prochain BSR PACA. Ce bâtiment se situe à environ 300 m au sud-ouest de la zone artisanale antique de la Bastide Neuve IV.), un ensemble de vestiges se rapportant à la fabrication de tuiles et vraisemblablement aussi d’amphores a été dégagé le long d’un bosquet, en limite de l’emprise de la future déviation. Le ramassage de plusieurs fragments de tegula et de céramique avait déjà permis de pointer la zone durant la phase de prospection pédestre. Ce site composé de plusieurs entités, repérées soit par sondage soit par prospection, pourrait recouvrir une aire supérieure à 5 000 m2. De nombreux fragments de sole de four, de moutons de tegulae (rebuts de cuisson) ainsi qu’une importante quantité de tessons d’amphores sont encore conservés au sein d’un amas pierreux, à même le sol, sous les frondaisons du petit bois. Sans être concerné par les travaux de voirie, ce bois qui devrait quand même être intégré à titre d’aménagement paysager au sein du projet, n’a pu faire l’objet de sondages puisque l’aménageur est censé conserver la végétation en place. Les deux tranchées réalisées à la lisière sud du bosquet ont révélé respectivement la présence d’une grande fosse comblée de tessons d’amphore et de céramique fine et de deux bacs de décantation d’argile. Le mobilier contenu dans la fosse, partiellement fouillée, constitue le lot le plus important issu d’un contexte sur l’ensemble du tracé. Il est principalement représenté par une grande majorité d’amphores et de céramiques gauloises, ensemble homogène montrant une pâte assez claire dont la datation se situe vers le début du IIe s. apr. J.-C.

29À 40 m à l’est de la fosse, se trouvent deux bassins de décantation d’argile construits en tegulae.

30De forme rectangulaire, ils sont orientés nord-ouest – sud-est. Le plus grand, dégagé sur trois côtés mesure 3,70 m de largeur sur 6,40 m de longueur soit un peu plus de 23,50 m2 de surface totale pour une hauteur conservée de 0,37 m maximum (Fig. n°5 : La Bastide Neuve IV : sondage effectué à l’angle nord-est du plus grand bassin). Le bassin est construit avec des tegulae entières posées à l’envers (membrons des tuiles tournés vers l’extérieur), à plat sur le fond et de chant sur les parois verticales. Le décapage de surface partiel du second bassin montre que sa largeur totale semble se limiter à 2,50 m, sa longueur n’ayant pu être observée. Une grande fosse circulaire de 1,60 m de diamètre est reliée à un étroit fossé se dirigeant vers l’est : ils sont sans doute à associer aux bassins, mais nous ignorons leur destination à ce stade du diagnostic.

Velaux, la Bastide Neuve V : occupation de l’âge du Bronze final ou du premier âge du Fer

31(JeanPhilippeSargiano et VéroniqueRinalducci)

32Un nouvel ensemble de six structures en creux, conservées dans deux tranchées voisines (TR 85 et 74) se trouve à moins de 70 m à l’est du site antique précédemment décrit. Le fossé rectiligne et les cinq fosses circulaires ou ovales ont été creusés dans le même encaissant, leur comblement est inférieur à 0,20 m de profondeur.

33Le diamètre des fosses varie de 0,85 m à 1,40 m ; leur profil et leur comblement sont souvent comparables, notamment pour les trois fosses de la TR 85. Dans la TR 74, les deux fosses se distinguent par la présence d’un comblement de pierres et des nodules d’argile ayant subi l’action du feu dans l’une (FS 7401), tandis que la fosse FS 7402 contenait les fragments d’un grand vase sur lequel se développe un décor constitué d’une file d’impressions ovales surmontée de cannelures larges. Ce type d’ornement trouve des parallèles dans des ensembles du Bronze final IIIb, comme aux Ribauds à Mondragon (Vaucluse) et semble perdurer au premier âge du Fer, comme en témoignent les vases de la Bâtie à Lamotte-du-Rhône (Vaucluse), ou du tumulus de la route de Rians à Pourrières (Var).

34Les quelques autres fragments de céramique non tournée recueillis au sein des fosses ne permettent pas d’affiner la datation proposée.

35RINALDUCCI DE CHASSEY Véronique

36Avec la collaboration de GEORGES Karine, LANG-DESVIGNES Suzanne et SARGIANO Jean-Philippe

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Emplacement des sites archéologiques

Fig. n°1 : Emplacement des sites archéologiques

Auteur(s) : Guériel, Frédéric. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Vue du sol en mosaïque SL 53005, depuis l’ouest

Fig. n°2 : Vue du sol en mosaïque SL 53005, depuis l’ouest

Auteur(s) : Rinalducci de Chassey, Véronique. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°3 : La Bastide Neuve II : les pièces caractéristiques du mobilier de la fosse FS 4901

Fig. n°3 : La Bastide Neuve II : les pièces caractéristiques du mobilier de la fosse FS 4901

Auteur(s) : Lachenal, T. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°4 : La Bastide Neuve III : le foyer FY 5801 en cours de décapage, vu depuis le nord

Fig. n°4 : La Bastide Neuve III : le foyer FY 5801 en cours de décapage, vu depuis le nord

Auteur(s) : Rinalducci de Chassey, Véronique. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°5 : La Bastide Neuve IV : sondage effectué à l’angle nord-est du plus grand bassin

Fig. n°5 : La Bastide Neuve IV : sondage effectué à l’angle nord-est du plus grand bassin

Auteur(s) : Rinalducci de Chassey, Véronique. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Emplacement des sites archéologiques
Crédits Auteur(s) : Guériel, Frédéric. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. n°2 : Vue du sol en mosaïque SL 53005, depuis l’ouest
Crédits Auteur(s) : Rinalducci de Chassey, Véronique. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. n°3 : La Bastide Neuve II : les pièces caractéristiques du mobilier de la fosse FS 4901
Crédits Auteur(s) : Lachenal, T. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. n°4 : La Bastide Neuve III : le foyer FY 5801 en cours de décapage, vu depuis le nord
Crédits Auteur(s) : Rinalducci de Chassey, Véronique. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. n°5 : La Bastide Neuve IV : sondage effectué à l’angle nord-est du plus grand bassin
Crédits Auteur(s) : Rinalducci de Chassey, Véronique. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Véronique Rinalducci de Chassey, « Berre-l’Étang et Velaux – Tracé linéaire de la RD10 (tranche 1) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6474

Haut de page

Responsable d'opération

Véronique Rinalducci de Chassey

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org