Navigation – Plan du site
2007

Monieux – Aven Souche

Responsable(s) des opérations : Évelyne Crégut-Bonnoure
Notice rédigée par : Évelyne Crégut-Bonnoure

Entrées d’index

Chronologique :

âge du Bronze, Néolithique

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8266

Date de l'opération : 2007 (SD)
Inventeur(s) : Crégut-Bonnoure Évelyne (MUS)

1L’aven Souche, en bordure des hauts plateaux du Vaucluse, est situé à l’ouest du village de Monieux, sur le plateau des Défends. Cet aven s’ouvre à 788 m d’altitude, dans une zone karstique riche en cavités spéléologiques, archéologiques et paléontologiques. Il avait donné lieu dans les années 1970 à un début de désobstruction au cours de laquelle des ossements humains et une faune sauvage et domestique avaient été collectés.

2Il se présente sous la forme d’une dépression en pente douce vers le sud-ouest, délimitée à l’est par une diaclase. Sa longueur est d’environ 5 m et sa largeur maximale de 3 m. Le sondage a été entrepris dans la partie sud-ouest, creusée par les spéléologues.

3Le remplissage est constitué par une accumulation de blocs rocheux et de fragments plus ou moins grossiers dont les interstices sont remplis d’un sédiment terreux devant plus argileux vers la base. La progression du sondage a été arrêtée sur d’importants blocs d’effondrement.

4Le matériel exhumé comporte des tessons de céramiques, de l’industrie lithique, des ossements humains, des charbons de bois et des restes de faune. Si l’on excepte l’industrie lithique, le matériel est fragmenté et les ossements sont très altérés. Une importante dispersion verticale des vestiges peut être mise en évidence.

Le lithique

5L’ensemble des pièces lithiques a fait l’objet d’une identification détaillée (par Stéphane Renault, MMSH Aix-en-Provence).

6La série se compose de vingt-cinq pièces dont la plupart sont des éclats de taille. Toutes les pièces déterminées, sauf une, ont été réalisées par percussion à la pierre. La présence d’éclats laminaires bruts et d’éclats de taille, parfois retouchés, témoigne d’une activité de taille réalisée sur place mais dont le produit est absent et sans doute destiné à un autre lieu. En effet, seules trois pièces se détachent du lot identifié par leur nature et leur fonction. La première est un fragment de nucléus qui présente des traces de chauffe, la seconde est un nucléus marqué par deux phases d’utilisation distinctes (une fonction de débitage et une fonction d’outil en tant que grattoir ou racloir). Enfin, la dernière pièce, lame retouchée sur bords gauche et droit, présente un matériau différent des précédentes pièces et des traces de rubéfaction, de chauffe de support qui permettent de la rattacher au Néolithique moyen.

La céramique

7Le mobilier céramique se compose de 157 tessons, dont 30 sont remaniés.

8La série est globalement mal conservée mais ses caractéristiques physiques et technologiques sont homogènes : teintes variant du beige au rouge, cuisson en atmosphère oxydante, même pâte dégraissante (calcite grossièrement pilée). Certaines pâtes céramiques contiennent également du quartz roulé, naturellement présent dans l’argile, et des carbonates.

9La série compte seulement douze éléments typologiques, dont quatre fragments de bord (Fig. n°1 : Céramique de l'aven Souche). Il s’agit d’une lèvre plane débordante digitée, de deux fragments de lèvres planes de section triangulaire appartenant vraisemblablement au même vase et de la partie supérieure d’une jarre munie d’un cordon triangulaire étiré sur lequel a été appliquée une prise ovale. Il faut également mentionner la présence de cinq fonds plats dont trois possèdent un talon légèrement dégagé. Les éléments plastiques sont représentés par deux cordons appliqués et digités, pouvant provenir du même vase. Enfin, un fragment de col concave complète la série.

10La jarre à cordon triangulaire surmonté d’une prise trouve des parallèles dans la céramique commune du campaniforme rhodano-provençal comme à la grotte Murée à Montpezat (Alpes-de-Haute-Provence) (Lemercier, 2004). La forme perdure cependant au début de l’âge du Bronze ancien. On la retrouve ainsi sur le site éponyme du Camp de Laure au Rove (Bouches-du-Rhône) ainsi qu’à Roynac-Le Serre 1 (Drôme) (Courtin, 1975 ; Vital, 2004).

Les ossements humains

11À l’occasion du travail de dégagement de l’aven ont été découverts, à la profondeur de 2,70 m, 92 ossements épars dont l’état de conservation est relativement bon et qui sont représentatifs de deux individus adultes. Aucune donnée de fouille n’existant, on ne peut définir les connexions anatomiques ainsi que le caractère primaire ou secondaire de ce dépôt dont la nature funéraire n’est pas attestée.

12La campagne de sondage 2007 a mis au jour (de 2,15 m à 2,38 m depuis la surface du sol), sur plusieurs niveaux de sédimentation, une série de 28 éléments, mal conservés, dont un nombre important de vestiges dentaires. Elle paraît être le complément de la série de 1973.

13La répartition des dépôts ainsi que leur agencement ne présentent pas d’organisation osseuse particulière. Les os longs des membres supérieurs et inférieurs sont mélangés à ceux du thorax, de la ceinture scapulaire ou des dents sans tenir compte d’un regroupement ostéologique organisé. Il ne semble pas non plus que les dépôts osseux aient un lien direct avec le mobilier céramique ou les vestiges lithiques, témoins d’une occupation du site.

14L’utilisation d’espaces naturels (avens, abris-sous-roche et grottes) à des fins sépulcrales est un phénomène relativement fréquent dans toute la Provence et les Alpes méridionales.

15L’interprétation de ces dépôts reste cependant difficile dans la mesure où la présence d’ossements souvent épars, isolés et sans connexion anatomique est généralement insuffisante pour établir le fait sépulcral (Perez, 2007).

La faune

16Un total de 313 restes représentant 7 mammifères, 1 amphibien et 2 reptiles sont identifiables : renard (Vulpes vulpes), chat sauvage (Felis silvestris), sanglier (Sus scrofa scrofa), boeuf (Bos taurus), mouton (Ovis aries), lapin (Oryctlagus cuniculus), lièvre (Lepus europaeus), crapaud commun (Bufo bufo), lézard vert (Lacerta viridis), vipère aspic (Vipera aspis). De nombreuses coquilles de Gastéropodes sont aussi à signaler.

17L’origine anthropique de cette accumulation n’est pas attestée. Les marques observées indiquent qu’elle résulte en partie de l’action de renards.

Les charbons

18Seulement 3 taxons ont été identifiés.

19Ce sont par ordre d’abondance : Quercus (chêne caducifolié), Sorbus domestica (cormier) et Acer campestre (érable champêtre).

20Les espèces identifiées indiquent un milieu dont les conditions physiques sont sensiblement identiques à celles d’aujourd’hui. Le chêne, vraisemblablement le chêne pubescent, est dominant tandis que la présence du cormier, espèce plutôt héliophile, indique que le couvert arborescent n’est pas totalement continu.

21La céramique et le lithique permettent de déceler deux occupations humaines : une au Néolithique moyen et une au Bronze ancien. Il est en revanche impossible d’attribuer un âge aux restes humains, tout comme leur nature funéraire ne peut être attestée du fait de l’absence de regroupement ostéologique organisé.

22Les sites de proximité que sont l’aven des Planes et le Coulet des Roches ayant été détruits par les activités spéléologiques, le gisement est à ce jour le seul encore intact. Il mériterait d’être fouillé par des archéologues.

23CRÉGUT-BONNOURE Évelyne

24Opération menée avec la collaboration de Salvador Bailon, Thibault Lachenal, Bérengère Perez et Michel Thinon.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Céramique de l'aven Souche

Fig. n°1 : Céramique de l'aven Souche

Auteur(s) : Lachenal, Thibault. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Céramique de l'aven Souche
Crédits Auteur(s) : Lachenal, Thibault. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Évelyne Crégut-Bonnoure, « Monieux – Aven Souche », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6456

Haut de page

Responsable d'opération

Évelyne Crégut-Bonnoure

MUS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org