Navigation – Plan du site
2007

Allemagne-en-Provence – La Moutte

Responsable(s) des opérations : Daniel Mouton
Notice rédigée par : Daniel Mouton

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 7445 et 8245

Date de l'opération : 2007 - 2008 (FP)

1La campagne 2007 sur la motte castrale de la Moutte devait être la dernière d’une fouille programmée triannuelle. Une découverte essentielle lors de la dernière semaine oblige à envisager une fouille supplémentaire en 2008.

2La motte se présente sous la forme d’une butte tronconique d’environ 37 m de diamètre à la base pour environ 6 m de hauteur. Elle était isolée du plateau par un fossé rectiligne, orienté approximativement est-ouest, au profil en V irrégulier large d’environ 8 m à l’ouverture pour une profondeur de 3,50 m. Le fond du fossé se trouvait en fait à 5,50 m au-dessous de la première plate-forme et 7,20 m au-dessous de l’autre.

3Le chantier a permis, comme on l’espérait, de compléter les découvertes antérieures. On a ainsi pu terminer la fouille de la maison rectangulaire de 8,85 m x 6,15 m et avoir des indications complémentaires sur le mode de construction. Cette maison, non protégée par un rempart ou une palissade, occupait approximativement le centre de la plate-forme circulaire au diamètre d’environ 12 m. L’occupation s’est terminée, dès les premières décennies du XIe s., par un incendie qui a carbonisé de nombreuses pièces de bois très bien conservées. Les murs reposaient sur une sablière de bois (chêne) et étaient montés à l’aide d’assises parallèles de galets locaux avec un remplissage de terre. À l’extérieur et à l’intérieur, un enduit d’argile donnait à l’édifice une apparence de maison de terre. La partie ouest de la pièce abritait un foyer rectangulaire de 1,29 m x 1,05 m délimité par une assise de galets. À moins de 1 m, une structure de bois carbonisée et en place, de 1,35 m x 0,35 m, est un assemblage de trois poutres, larges d’environ 0,15 m, posées au sol, sur lesquelles venaient s’insérer des pièces verticales. À chaque extrémité les assemblages sont très sophistiqués et ont pu être observés de façon précise. Leur complexité et leur finesse nous mettent en présence de véritables pièces d’ébénisterie qui appartenaient sans doute à un meuble. À proximité immédiate, a été mis au jour un mortier réalisé dans un très beau chapiteau corinthien d’époque romane. Le matériel abandonné lors de l’incendie est très riche : plusieurs céramiques complètes, faune et mobilier métallique abondant. Parmi celui-ci, outre des carreaux d’arbalète, on note la présence de trois très beaux éperons de cavaliers – dont une paire – et d’une hache d’arme. Les monnaies et le radiocarbone permettent de dater la construction de l’édifice vers 980 et son abandon autour de 1010.

4À 2,20 m au-dessous du niveau d’occupation, un autre édifice a été mis au jour (Fig. n°1 : Plan de la motte, maison de l'état 1). Le mode de construction était le même : bois, galets et terre.

5Cette première maison reste en grande partie à explorer mais on sait déjà qu’elle était presque carrée (5 m x 5,60 m) avec des dimensions proches de la moitié de celles de la suivante. Les murs sont conservés, par endroits, jusqu’à 1,70 m de hauteur. À l’intérieur, on a mis en évidence un plancher sur poteaux.

6La motte étant un tronc de cône, à ce niveau plus bas correspond une plate-forme nettement plus grande (380 m2 au lieu de 113 m2). La maison elle-même, un peu moins de 28 m2, était plus petite que la suivante si bien que l’organisation générale du site était différente. Dans le premier état, l’espace disponible à l’extérieur atteignait un peu plus de 350 m2. On y remarque la présence de plusieurs appentis domestiques en bois dont l’organisation reste à définir. Lors de l’occupation suivante, seuls des silos avaient été installés à l’extérieur, le reste des activités se déroulant à l’intérieur de la maison.

7Le mobilier de cette première occupation est abondant mais moins spectaculaire que celui de la maison suivante car l’abandon et la destruction par le feu de la première maison ont été volontaires et soigneusement préparés par des apports de remblais. Les deux établissements se sont succédé sur une période courte centrée, sans doute, sur la seconde moitié du Xe s., ce qui montre, une fois encore, que les mottes sont apparues en Provence nettement plus tôt que dans d’autres régions.

8Ces deux exemples de simples maisons non fortifiées, mais tout de même perchées sur motte, s’ajoutent à celle déjà observée à Niozelles (Alpes-de-Haute-Provence), également datée de la seconde moitié du Xe s., pour apporter la preuve qu’il a existé un type de "proto-motte" qui correspond sans doute à ce que les textes provençaux des environs de l’an Mil nommaient la sala.

9Mouton Daniel

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan de la motte, maison de l'état 1

Fig. n°1 : Plan de la motte, maison de l'état 1

Auteur(s) : Mouton, Daniel. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan de la motte, maison de l'état 1
Crédits Auteur(s) : Mouton, Daniel. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Daniel Mouton, « Allemagne-en-Provence – La Moutte », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 24 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6444

Haut de page

Responsable d'opération

Daniel Mouton

SUP

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org