Navigation – Plan du site
2007

Aix-en-Provence – ZAC Sextius-Mirabeau, secteur Pompidou

Responsable(s) des opérations : Audrey Copetti, Céline Huguet, Thomas Navarro et Nicolas Portalier
Notice rédigée par : Audrey Copetti, Céline Huguet, Thomas Navarro et Nicolas Portalier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 7775

Date de l'opération : 2007 (SP)
Inventeur(s) : Copetti Audrey (COL) ; Huguet Céline (COL) ; Navarro Thomas (COL) ; Portalier Nicolas (COL)

1Dernières opérations du programme d’aménagement de la ZAC Sextius-Mirabeau, la création de la future voie Georges-Pompidou et la construction de deux immeubles ont donné lieu à un diagnostic conduit en 2005 par Robert Thernot de l’INRAP (BSR PACA, 2005 : 109-110), et à une fouille préventive qui a été réalisée en deux tranches : la première a été dirigée par Thomas Navarro du 20 novembre 2006 au 3 mars 2007 ; la seconde en 2007 par Nicolas Portalier du 22 octobre au 21 décembre.

2Les parcelles concernées se trouvent dans la partie sud-ouest de la ville antique, au sud du decumanus maximus et à proximité immédiate du tracé méridional de l’enceinte antique.

3L’opération 2 a fourni des informations sur la fortification antique et l’urbanisation du secteur. L’occupation se caractérise par un site d’extraction d’argile, la mise en place d’un parcellaire conforme à la trame urbaine et l’aménagement de terrasses. Pour les données géomorphologiques, voir supra le texte d’introduction sur l’activité archéologique à Aix-en-Provence.

La courtine sud de la fortification antique

4La découverte, en rive nord de la rue Irma-Moreau, d’une portion de la courtine méridionale du rempart antique met un terme définitif aux dernières objections qui persistaient encore sur l’existence de la fortification. Reconnu sur 41 m et en grande partie épierré, le rempart se présente sous la forme d’un massif de fondation de 2,30 m de large, composé d’un blocage de moellons calcaires et d’un mortier sableux rose reposant sur un lit de chaux et un hérisson de blocs calcaires. Outre la courtine, la fouille a révélé l’amorce d’une tour qui est la première reconnue à ce jour. Mesurant 5 m de diamètre, cette tour est intégrée à la courtine et son type pédonculé lui donne un aspect d’autant plus particulier que les murs de l’enceinte qui l’enserrent ne sont pas dans le même axe (Fig. n°1 : Vue depuis le sud de la tranchée d’épierrement de la courtine et de la tour). La tour se trouve en effet à un point d’inflexion de la courtine qui suit une orientation de 22° vers le sud-ouest, à l’ouest, et de 10° vers le sud-est, à l’est.

5Ces données fournissent une information majeure sur le tracé méridional de la courtine, qu’il faut désormais restituer dans l’axe de la rive nord de la rue Irma-Moreau, soit un peu plus au sud qu’on ne l’imaginait.

6S’il se maintient plus à l’ouest encore, comme on peut s’y attendre, ce nouveau tracé intègrerait intra-muros le cellier mis au jour en 1986 au numéro 16 du boulevard de la République (Nibodeau, Nin, Richarté, 1989 ; Guyon et al., 1998 ; Nin, 2006), dont l’orientation est en parfaite cohérence avec celle de la courtine.

7Cette hypothèse donnerait du coup un terminusante quem à la construction du rempart, à savoir l’époque augustéenne, date à laquelle le cellier a été construit.

La genèse de l’occupation des terrains

8Les vestiges les plus anciens mis au jour sur le site témoignent d’une activité artisanale liée à la fabrication de céramique, qui semble s’être cantonnée dans la partie nord-est des terrains (Fig. n°2 : Plan des vestiges mis au jour sur le site de la future voie Georges-Pompidou). S’y rapportent trois grandes fosses d’extraction d’argile, réutilisées par la suite comme dépotoirs et qui ont livré un important lot de surcuits et de rebuts de cuisson. Fabriqués dans une pâte calcaire, ces objets illustrent un large répertoire : amphores, vaisselle et terre cuite architecturale (tuiles, antéfixes, etc.).

9Daté entre les dernières décennies du Ier s. av. J.‑C. et le changement d’ère, le matériel céramique exhumé est identique à celui qui a été découvert aux 38-42 boulevard de la République (Nin, Pasqualini, Pesty, 2003), ce qui laisse penser que les deux collections sont issues d’une même entité artisanale, qu’il reste toutefois à découvrir.

10Sous les règnes de Tibère et de Claude, l’espace se structure en deux parcelles par la construction des murs 2 et 35, montés en petit appareil (Fig. n°3 : Vue du mur 2). Reconnu sur 46 m de long, le mur 2 qui suit la même orientation que la partie ouest de la courtine devait délimiter une lice intérieure de faible largeur (2 m environ). Le mur 35, qui lui est perpendiculaire, s’inscrit dans la trame imposée par le decumanus maximus.

11À l’ouest de ces deux murs semblent s’être déployés des espaces ouverts, à vocation probablement agricole (présence de drains). À l’est en revanche, l’aménagement d’une terrasse, au nord, a permis la construction de bâtiments formant une trame orthonormée dense. Il s’agit sans doute de vestiges appartenant à la domus 2 mise au jour au 38-42 boulevard de la République, dont ils devaient constituer l’aile ouest.

12Cette habitation fut peut-être desservie par le chemin 101 (Fig. n°4 : Vue du nord de la voie en tuiles 101), pavé de fragments de tegulae, qui débouchait, au sud, soit à la hauteur de l’enceinte, sur la lice intérieure, à travers une baie aménagée dans le mur 55, qui prolonge, vers l’est, le mur 2. En ce point, cette voie était encadrée par les murs 67 et 70, sur lesquels a été mise en évidence une élévation en bauge 3. Cette technique architecturale se retrouve également sur le mur 55.

13Entre MR 2 et MR 55, parallèle au rempart et percé d’au moins deux baies, se développait une zone tampon qui permettait d’assurer la transition entre la trame urbaine adoptée au nord et l’orientation de la courtine, qui dévie vers le sud à partir de la tour.

14Par la suite, cette zone tampon a fait l’objet d’un important remblaiement qui a entraîné le bouchage des ouvertures ménagées dans MR 55 et le recouvrement de la voie. Sur cette terrasse qui s’étendait vers l’ouest jusqu’au mur 09, ont été établies deux constructions (MR 1 et 19 ; MR 88 et 76).

15Dans le courant du IIe s. apr. J.‑C., une deuxième carrière a été exploitée dans la partie centrale de la parcelle sud. On note ainsi un déplacement de l’activité d’extraction du nord vers le sud.

16L’image qui se dégage de ce site est celle d’une succession plutôt que d’une juxtaposition des fonctions artisanales puis résidentielles du site. Il est difficile de dater précisément le moment où ce secteur, un peu marginal, a cessé d’être fréquenté et celui où la fortification a été démembrée. Si l’essentiel du mobilier recueilli dans les remblais d’abandon n’excède pas la fin du IIe s., quelques monnaies attestent toutefois une présence sur le site jusque dans la seconde moitié du IVe s. (monnaie de Valentinien I datée de 364-367).

17COPETTI Audrey, HUGUET Céline, NAVARRO Thomas et PORTALIER Nicolas

18Responsable de secteur : Audrey Copetti ; Céramologues : Céline Huguet et Mélissa Savanier ; Géomorphologue : Stéphane Bonnet ; Dessinateur-topographe : Marc Panneau ; Archéozoologue : Charlotte Méla ; Techniciens : Ariane Aujaleu, Jeanne Belgodère, Aurélie Bouquet, Marine Buisson, Marie Dumay, Aline Lacombe, Sophie Ledrole, Caroline Lugaro, Jérémie Mathet, François Rizzi, Clément Rouvière et Sabrina Save. Stagiaires : Nicolas Aouizerate, Carine Cenzon, Christopher Courault, Bérengère Guillon, Cécile Nony, Georges Petrelis, Jean Baptiste Queyras, Camille Verdier.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue depuis le sud de la tranchée d’épierrement de la courtine et de la tour

Fig. n°1 : Vue depuis le sud de la tranchée d’épierrement de la courtine et de la tour

Auteur(s) : Navarro, Thomas. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Plan des vestiges mis au jour sur le site de la future voie Georges-Pompidou

Fig. n°2 : Plan des vestiges mis au jour sur le site de la future voie Georges-Pompidou

Auteur(s) : Panneau, Marc. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°3 : Vue du mur 2

Fig. n°3 : Vue du mur 2

Auteur(s) : Portalier, Nicolas. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°4 : Vue du nord de la voie en tuiles 101

Fig. n°4 : Vue du nord de la voie en tuiles 101

Auteur(s) : Portalier, Nicoles. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue depuis le sud de la tranchée d’épierrement de la courtine et de la tour
Crédits Auteur(s) : Navarro, Thomas. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6429/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Fig. n°2 : Plan des vestiges mis au jour sur le site de la future voie Georges-Pompidou
Crédits Auteur(s) : Panneau, Marc. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6429/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. n°3 : Vue du mur 2
Crédits Auteur(s) : Portalier, Nicolas. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6429/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. n°4 : Vue du nord de la voie en tuiles 101
Crédits Auteur(s) : Portalier, Nicoles. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6429/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Audrey Copetti, Céline Huguet, Thomas Navarro et Nicolas Portalier, « Aix-en-Provence – ZAC Sextius-Mirabeau, secteur Pompidou », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6429

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org