Navigation – Plan du site
2007

Gonfaron

Responsable(s) des opérations : Marc Borréani
Notice rédigée par : Marc Borréani

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8328

Date de l'opération : 2007 (PR)
Inventeur(s) : Borréani Marc (COL)

1La prospection de la commune de Gonfaron a essentiellement permis de compléter les données des sites déjà inventoriés, le nombre de nouveaux sites trouvés étant faible. À l’issue de ce travail, l’inventaire comporte trente fiches.

Néolithique

2Cette période est documentée par trois grottes sépulcrales situées sur la colline de la Roquette : la grotte des Perles, la grotte de la Roquette 1/2 et la grotte de la Roquette 3.

3L’occupation de plaine reste assez méconnue pour cette période, hormis des traces ténues repérées à Beaumet, à la Ferme Saint-Jean, à Saint-Jean et des haches polies signalées à Gasqui.

Âge du Bronze

4Du mobilier de cette période est signalé dans la grotte de la Roquette 3.

Âge du Fer

5Outre l’habitat de hauteur fortifié la Roquette qui est connu depuis longtemps et dont le système défensif est aujourd’hui très détérioré, une occupation en plaine est attestée à la Ferme Saint-Jean pour l’âge du Fer 1 et aux Capelles, à Beaumet, à Fouant Croutado, à Gasqui D - Saint-Michel et à la Ferme Saint-Jean pour la fin de cette période.

Romain

6Parmi les dix sites appartenant à cette période nous trouvons :

7• une villa certaine à Gasqui D - Saint-Michel et deux possibles aux Capelles et à Beaumet, site d’où proviennent des pierres de pressoir et une inscription funéraire ;

8• trois autres habitats (Ferme Saint-Jean, Saint-Sépulcre et Font Croutado), dont un avec pressoir ;

9• une occupation indéterminée (cimetière) ;

10• trois emplacements de sépultures à incinération (Gasqui C, Gasqui E et Gasqui G). Gasqui C correspond à un enclos ou mausolée funéraire et de Gasqui E provient une inscription funéraire dédiée à un soldat de la 21e légion.

11Il faut y ajouter une inscription funéraire réemployée en contrepoids, retrouvée anciennement sur le site du castrum de Cagnosc et dont la provenance exacte est inconnue, ainsi qu’un chaperon de mur de mausolée signalé à proximité de la source de Font d’Aille (emplacement exact inconnu).

12La prospection a permis de différencier nettement les trois sites proches des Capelles, de Fouant Croutado et de la Ferme Saint-Jean, qui étaient jusqu’à présent amalgamés en un seul gisement et considérés ainsi à tort comme correspondant à un possible habitat groupé.

13Sur le plateau de Gasqui - Saint-Michel, déjà reconnu comme domaine antique, nous avons précisé l’emplacement de la villa à Gasqui D - Saint-Michel grâce à la découverte de briques (une carrée et une en portion de cylindre) et d’un fragment de bloc calcaire mouluré. Malheureusement, le refus du propriétaire ne nous a pas permis de revoir les autres sites du domaine de Gasqui.

Antiquité tardive

14L’habitat des Capelles, la villa de Gasqui D - Saint-Michel et le site de la Ferme Saint-Jean continuent d’être occupés à cette période.

15Des tombes à inhumations sous tuiles ont été ancien­nement détruites sur le site des Capelles.

Moyen Âge

16Du castrum de Gonfaron, il ne subsiste rien du château qui se situait sur la butte dominant le village actuel, où la chapelle moderne Saint-Quinis reprend l’emplacement d’une église antérieure, et très peu de l’habitat villageois et de son enceinte.

17Quant à l’église paroissiale primitive Saint-Pons, remplacée au XIXe s. par l’actuelle église, et indiquée sur le cadastre napoléonien, elle a totalement disparu.

18Les ruines de l’église rurale Saint-Michel ont été retrouvées à l’emplacement du site de Gasqui D - Saint-Michel tandis que l’église Saint-Sépulcre a été transformée en habitation.

19Ces deux édifices font sans doute partie des églises de Gonfaron dont la possession par la collégiale de Pignans est confirmée par le pape Eugène III en 1152.

20La chapelle Notre-Dame du Figuier, implantée dans les Maures, aurait repris l’emplacement d’un édifice médiéval (Codou, 1997 : 231).

21Le territoire actuel de la commune a intégré l’espace dépendant du castrum déserté de Cagnosc. Les ruines de ce castrum et de son église Saint-Jacques sont conservées au nord de la commune.

22En revanche, l’église Saint-Jean de Cagnosc, située dans la plaine, a disparu, ne laissant pour traces que les toponymes Saint-Jean et les Capelles.

23BORRÉANI Marc

24Équipe de prospection : Louis Berre, Michèle Berre, Marc Borréani, Élodie Jaget, Julien Jaget, Tristan Jaget et Françoise Laurier.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Marc Borréani, « Gonfaron », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6417

Haut de page

Responsable d'opération

Marc Borréani

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org