Navigation – Plan du site
2007

Cannes – Île Saint-Honorat-de-Lérins : cloître et chapelle Saint-Sauveur

Responsable(s) des opérations : Yann Codou
Notice rédigée par : Yann Codou

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8289

Date de l'opération : 2007 (FP)
Inventeur(s) : Codou Yann (SUP)

1L’île Saint-Honorat de Lérins constitue l’un des tout premiers établissements monastiques d’Occident. Depuis 2004, l’équipe des médiévistes de Nice a engagé un programme de recherches historiques et archéologiques concernant cette île monastique qui présente le grand intérêt de pouvoir être étudiée dans la longue durée, depuis l’arrivée d’Honorat et de ses compagnons, au début du Ve s. apr. J.-C., jusqu’à la fin du Moyen Âge (BSR PACA, 2006 : 76-77.).

L’ensemble abbatial et l’étude du cloître roman

2L’ensemble monastique était composé de deux lieux de culte étroitement liés : l’église majeure, dédiée à Honorat, se trouvait au centre tandis que, vers le nord, s’élevait l’église Sainte-Marie, reliée à Saint-Honorat par une longue salle qui assumait des fonctions funéraires. À l’ouest, s’étendait le cloître avec les bâtiments de la vie commune.

3C’est sur le cloître qu’a porté l’essentiel de notre étude des élévations. L’analyse montre que l’on réutilise dans le cloître du second âge roman des élévations préexistantes. Au nord, la galerie utilise le mur gouttereau sud de l’église Saint-Honorat. Ce mur se distingue par son appareil de moellons équarris, assisés, aux joints gras. Ce même appareil se retrouve dans le mur de la galerie occidentale, ce qui le rattache au chantier de l’église Saint-Honorat. Enfin, à l’est, à l’intérieur de la salle du chapitre, le mur occidental, dans ses parties basses, a une élévation comparable. Ces trois murs, de facture identique, permettent ainsi de restituer des constructions qui peuvent appartenir au même chantier que l’église Saint-Honorat. À ces monuments qui se structurent autour d’un espace central ouvert peut se relier un mur, composant les parties inférieures du mur sud de la galerie septentrionale, qui pourrait correspondre au stylobate d’un premier cloître.

4Les observations et relevés apportent aussi des informations sur le chantier du cloître du second âge roman. Divers indices – qualité de la pierre, techniques de taille, module, voûtements, variations dans les factures des baies – permettent de distinguer plusieurs équipes et au sein de certaines de ces équipes d’établir un phasage du chantier.

5Les données tirées de l’analyse architecturale et les nouveaux apports de l’étude des textes permettent d’établir une chronologie des chantiers. L’église abbatiale a été réalisée, au moins en partie, sous l’abbatiat d’Aldebert I, dans le troisième quart du XIe s. C’est lors de la prise de fonction de son successeur, Aldebert II, en 1088, qu’a lieu la dédicace. Par la suite, Aldebert II, à l’extrême fin du XIe s., poursuit l’oeuvre de son prédécesseur et organise l’espace claustral donc on conserve certaines élévations dans le cloître actuel. Un chantier du second âge roman édifie le cloître que l’on peut observer aujourd’hui. Ce chantier se déroule sans doute sur une assez longue durée. Pour ce qui est de la datation, la réalisation du cloître se rattache à des travaux de la fin du XIIe s. et de la première moitié du XIIIe s.

La chapelle Saint-Sauveur

6Outre le centre monastique formé par l’ensemble abbatial et la tour, un ensemble de sept chapelles délimite l’espace insulaire.

7C’est sur la chapelle Saint-Sauveur que nous avons concentré notre recherche. Elle est difficile à analyser dans ses élévations du fait de l’enduit qui recouvre le monument. C’est un lieu de culte qui a déjà attiré l’attention en raison de son plan centré qui s’avère original par rapport au corpus des édifices médiévaux conservés en Provence. Extérieurement, l’édifice correspond à un octogone, d’environ 8 m de diamètre, doté d’un chevet semi-circulaire. Intérieurement, les pans de l’octogone sont pourvus de niches semi-circulaires. Le pan oriental a reçu une abside qui fait face à l’entrée pratiquée dans la partie occidentale. La singularité de ce plan ne permet pas d’avancer des arguments en faveur d’une datation satisfaisante.

8Nos travaux archéologiques, qui ont touché l’intérieur de l’édifice (Fig. n°1 : Saint-Sauveur. Vue d'ensemble de la fouille), ont dans un premier temps mis en lumière l’existence de fouilles antérieures (réalisées successivement par L. Lebel et G. Vindry). De ces fouilles, aucun rapport précis ne nous est parvenu, mais il ne semble pas qu’elles aient abouti à des résultats significatifs. En ce qui concerne l’édifice en élévation, nous n’avons pas obtenu beaucoup d’informations. Le sol, après la construction, n’a pas connu de recreusement remarquable (mis à part les sondages anciens). Seule une sépulture a été dégagée dans la partie orientale  : il s’agit de la tombe d’un prêtre, à situer sans doute à la fin du Moyen Âge, si ce n’est à la période moderne.

Un premier lieu de culte

9C’est sur les origines de la chapelle que la fouille s’est avérée capitale. Dans la partie méridionale sont apparus les restes d’un lieu de culte de petite dimension.

10C’est un édifice de plan simple composé d’une nef unique terminée par une abside semi-circulaire, dont est conservée la partie septentrionale. Le reste a été endommagé à l’est, au sud et à l’ouest par la construction de l’édifice actuel qui est venu se fonder sur les murs du premier lieu de culte (Fig. n°2 : Plan d'ensemble de la chapelle Saint-Sauveur présentant une proposition de restitution de l'église originelle). La longueur interne est de 6,60 m. Il s’agit d’une longueur minimale puisque nous ne connaissons pas l’emplacement de la façade occidentale, qui doit se trouver sous le mur de façade de l’église actuelle. La largeur interne de la nef est de 3 m. L’abside à l’est est surélevée par rapport à la nef. Une fosse circulaire est bien visible vers la partie centrale de l’abside. Il s’agit d’une fosse correspondant à la base . du support d’autel.

11L’emmarchement peut être restitué à l’avant du choeur. Le dénivelé entre la nef et l’abside était assez réduit. À l’origine, on avait sans doute deux marches. L’emmarchement avait alors une profondeur de 0,44 m, distance correspondant à l’espace compris entre le pilastre de l’arc triomphal et l’arrêt du sol en béton de la nef. À la suite de la réalisation d’un nouveau sol dans la nef l’emmarchement empiéta sur la nef de 0,25 m.

12Dans la nef, plusieurs sols successifs sont identifiables. Le dernier sol en usage correspond à un sol de terre battue. Au nord, il était en contact avec des sols en béton antérieurs. Ces sols sont conservés le long de l’emplacement du mur gouttereau nord (aujourd’hui disparu), sur une faible largeur. Dans l’état actuel, on observe une succession de trois sols différents.

13Vers le nord est apparue la tranchée de fondation du mur gouttereau de l’église ainsi que de l’abside. Ce mur a été presque totalement démantelé. Seul un lambeau de fondation reste perceptible dans son extrémité ouest. Néanmoins, la qualité argileuse du substrat fait que le tracé reste bien lisible. Au-delà, en plusieurs points, les négatifs permettent de restituer les moellons utilisés dans les fondations. La largeur de la tranchée,0,82 m, conduit à restituer un mur d’une épaisseur importante au regard des dimensions générales du bâtiment. Les murs – mur gouttereau et mur de l’abside – étaient en continuité, sans décrochement. Intérieurement, la base d’un pilastre qui soutenait l’arc triomphal est bien lisible. À la lecture de son négatif, le parement extérieur du mur gouttereau comportait des décrochements qui permettent de restituer des pilastres méplats ou lésènes. Une de celles-ci est identifiable très précisément sur le mur gouttereau nord. La présence d’une seconde lésène est restituable au droit du pilastre de l’arc triomphal.

14Si nous ne pouvons pas encore avancer de datation précise, il semble probable que l’édifice retrouvé est antérieur à l’an Mil. Ces premiers résultats de la fouille de Saint-Sauveur offrent, pour la première fois dans l’étude archéologique de l’île Saint-Honorat, des informations remarquables sur l’occupation monastique du haut Moyen Âge. La poursuite de la fouille en 2008 permettra sans nul doute de proposer des datations plus précises.

15CODOU Yann

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Saint-Sauveur. Vue d'ensemble de la fouille

Fig. n°1 : Saint-Sauveur. Vue d'ensemble de la fouille

Auteur(s) : Codou, Yann. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Plan d'ensemble de la chapelle Saint-Sauveur présentant une proposition de restitution de l'église originelle

Fig. n°2 : Plan d'ensemble de la chapelle Saint-Sauveur présentant une proposition de restitution de l'église originelle

Auteur(s) : Codou, Yann. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Saint-Sauveur. Vue d'ensemble de la fouille
Crédits Auteur(s) : Codou, Yann. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Fig. n°2 : Plan d'ensemble de la chapelle Saint-Sauveur présentant une proposition de restitution de l'église originelle
Crédits Auteur(s) : Codou, Yann. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yann Codou, « Cannes – Île Saint-Honorat-de-Lérins : cloître et chapelle Saint-Sauveur », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6358

Haut de page

Responsable d'opération

Yann Codou

SUP

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org