Navigation – Plan du site
2007

Détermination des formations siliceuses en Lubéron (Alpes-de-Haute-provence et Vaucluse)

Responsable(s) des opérations : Ludovic Slimak
Notice rédigée par : Ludovic Slimak

Entrées d’index

Chronologique :

Oligocène

Opérations :

Prospection (PR)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8321

Date de l'opération : 2001 - 2007 (PR)
Inventeur(s) : Slimak Ludovic (CNRS)

1Les prospections en cours dans la vallée du Largue s’inscrivent dans un programme développé depuis 2001 et visant à appréhender la diversité des formations de silex de l’Oligocène en Luberon. Ce programme a été développé initialement à partir des fouilles de la Combe Joubert (commune de Céreste) et de la nécessité de déterminer l’origine des silex exploités dans un gisement préhistorique attribué à une installation de l’Acheuléen supérieur (Slimak et al., 2004). Outre la mise en évidence de l’ensemble des roches exploitées, ces travaux ont permis de structurer une démarche heuristique associant les savoir-faire de chercheurs d’horizons divers (Slimak et al., 2005).

2Un programme de détermination exhaustive des formations siliceuses s’est alors structuré sur cette base empirique. Après les premières recherches centrées sur la région de Céreste puis Reillanne, sur les calcaires de Reillanne (g3a), les travaux se sont déployés de plus en plus vers l’est, dans la vallée du Largue. Outre l’étude des variations latérales, l’objectif était d’aborder les formations à silex Oligocène, dans leur ensemble, depuis les calcaires de Reillanne (g3a) jusqu’aux calcaires de Campagne Calavon (g2a).

3Le choix de la vallée du Largue s’est imposé pour des questions d’accessibilité des silex et de lisibilité des coupes stratigraphiques géologiques. Par ailleurs, le Largue montre le développement des calcaires et lignites de Sigonce (g2s) vers l’est, au sein de la série des marnes de Viens (g2d) offrant un terrain approprié à la compréhension de la variabilité de ces silex dans ces formations géologiques. L’analyse géologique dans cette aire montre deux faisceaux de calcaires de Sigonce intercalés dans les marnes de Viens. Un faisceau supérieur directement sous les calcaires de Reillanne et un faisceau inférieur qui jouxte les calcaires de Vachères par l’intermédiaire de la récurrence d’un petit niveau des marnes de Viens.

4En 2007, les prospections se sont articulées sur trois zones contiguës, la vallée de la Doua, la région d’Apt et la colline de Péréal et le fossé de Murs, zones choisies aussi car présentant le meilleur potentiel dans le cadre de relevés de logs exhaustifs, tels qu’ils ont pu être établis dans les secteurs de Céreste, Reillanne et de la vallée du Largue.

5La vallée de la Doua a livré quelques formations siliceuses de moindre qualité et qui ne peuvent en l’état être replacées dans des stratigraphies précises. On note, en effet, dans ces secteurs la rareté de séquences longues permettant de replacer chaque accident siliceux suivant sa position stratigraphique. Les résultats les plus complets ont finalement été obtenus au sein des formations tertiaires du vallon de Sénanque et du bassin de Murs.

6Ces zones ont livré vingt niveaux à accidents siliceux qui on pu être corrélés entre eux et replacés en stratigraphie. Deux grandes coupes discontinues ont été établies, comprenant chacune dix niveaux à silex. Certaines de ces formations livrant des nodules très homogènes, de grandes dimensions et présentant d’excellentes qualités au débitage (Fig. n°1 : Nodule de silex tertiaire en stratigraphie de la région de Murs. Matériau de très grande qualité au débitage).

7Des formations éocènes présentent par ailleurs localement l’originalité de livrer des accidents siliceux crétacés, par remaniement.

8On relèvera enfin la présence de plusieurs niveaux d’opalites particulièrement aptes à une exploitation en débitage.

9En l’état, les recherches sur les formations tertiaires du Luberon nous ont permis de relever plus de cent vingt formations siliceuses en microstratigraphie et d’établir les particularités de chacune de ces roches et d’évaluer les causes de la variabilité des roches (évolutions latérales et/ou stratigraphiques).

10Une première synthèse de ces recherches exhaustives s’avère désormais possible, après vérification de certains secteurs et extension aux marges de ces formations tertiaires, du côté des calcaires de Campagne Calavon à Vachères et surtout au sein des formations éocènes et oligocènes entre Pernes-les-Fontaines et Mormoiron.

11SLIMAK Ludovic

12Opération menée avec la collaboration de BRESSY Céline, GUENDON Jean-Louis, MONTOYA Cyril, OLLIVIER Vincent et RENAULT Stéphane.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Nodule de silex tertiaire en stratigraphie de la région de Murs. Matériau de très grande qualité au débitage

Fig. n°1 : Nodule de silex tertiaire en stratigraphie de la région de Murs. Matériau de très grande qualité au débitage

Auteur(s) : Slimak, Ludovic. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Nodule de silex tertiaire en stratigraphie de la région de Murs. Matériau de très grande qualité au débitage
Crédits Auteur(s) : Slimak, Ludovic. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Ludovic Slimak, « Détermination des formations siliceuses en Lubéron (Alpes-de-Haute-provence et Vaucluse) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 27 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6351

Haut de page

Responsable d'opération

Ludovic Slimak

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org