Navigation – Plan du site
2007

Vauvenargues – Prieuré de Sainte-Victoire

Responsable(s) des opérations : Liliane Delattre
Notice rédigée par : Liliane Delattre

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8398

Date de l'opération : 2007 (SD)
Inventeur(s) : Delattre Liliane (ASS)

1En 2006, une première opération archéologique dans l’enceinte du prieuré de Sainte-Victoire avait essentiellement concerné la « fosse », création du XVIIe s. au sud de l’esplanade, destinée à préserver l’accès à la chapelle médiévale ainsi qu’à l’escalier menant vers une grotte et, de là, vers le jardin des moines (BSR PACA, 2006 : 166-167).

2En 2007, l’intervention s’est aussi inscrite dans le projet d’aménagement et de valorisation de ce site. Dans le secteur supposé de la chapelle médiévale Sainte-Venture, une fouille très limitée visait à rendre possible l’installation d’une passerelle.

3Avant le comblement de l’espace dans les années 1960, un mur avec amorce de voûte était visible, qui a toujours été attribué à l’ancien édifice religieux. Le sondage a permis la remise au jour partielle de ce vestige très endommagé et fragile. Il a également été l’occasion de dégager le parement extérieur du mur sud du monastère et d’y observer deux états de construction, là où tout laissait penser au seul grand programme du XVIIe s. En 2008, après la pose de la passerelle, la fouille pourra reprendre et être menée jusqu’au sol de la chapelle.

4L’intervention a aussi concerné l’escalier créé au XVIIe s. pour relier l’esplanade à la fosse. Deux marches, mises au jour en 1964, attestent un bel escalier conçu en pierres de taille moulurées. D’anciennes gravures apportent le témoignage d’un encadrement de l’ouvrage par deux hauts murs pleins. La fouille a révélé que, non seulement les blocs utilisés pour les murs ont disparu, mais également l’ensemble des marches de l’escalier. Seuls subsistent les murs d’échiffre et les limons, qui seront utilisés et mis en valeur par la restauration de l’ouvrage. La canalisation en pierres de taille, conçue au XVIIe s. pour évacuer l’excédent des eaux pluviales de l’esplanade, est restée intacte dans l’emprise de l’escalier, sous le niveau des marches, mais elle a été récupérée en amont et en aval. Le projet d’aménagement prévoit sa remise en fonction avec l’adjonction des raccordements nécessaires.

5La découverte la plus inattendue dans l’escalier s’avéra être l’utilisation d’une portion d’un mur plus ancien, construit en arc de cercle. Relayée par la découverte de deux autres murs antérieurs au programme du XVIIe s., également situés sur l’esplanade, cette mise au jour révèle que les constructions médiévales ne se limitaient pas à la seule chapelle Sainte-Venture, contrairement à l’hypothèse généralement admise.

6Au XVIIe s., le grand programme de travaux, bien connu et bien documenté, a réuni l’abbé Jean Aubert et Honoré Lambert pour créer le prieuré, tel que nous le connaissons. Ainsi les actes qui mentionnent la restauration de l’ancienne chapelle par l’abbé Aubert ont-ils fait penser que là se situait l’origine de la dévotion et que l’occupation se réduisait à ce petit édifice religieux, destination du pèlerinage annuel de la confrérie de Pertuis. Les mêmes actes permettent de supposer que le site présentait une pente plus ou moins régulière du nord vers le sud et que les travaux du XVIIe s. sont à l’origine d’un remodelage profond du paysage sur un substrat vierge de construction. L’archéologie vient démentir cette vision et, même si les données sont lacunaires, elles laissent présager la possibilité d’une implantation médiévale élargie à l’ensemble du site.

7La prochaine intervention devrait désormais se concen­trer sur la fouille exhaustive de deux secteurs : l’escalier aménagé dans une faille naturelle pour permettre l’accès vers la grotte et la chapelle Sainte-Venture. Cette phase se déroulera en concomitance avec les travaux d’aménagement afin que les entreprises compétentes puissent assurer les restaurations ou les mises en sécurité au fil de la progression des découvertes archéologiques.

8DELATTRE Liliane

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Liliane Delattre, « Vauvenargues – Prieuré de Sainte-Victoire », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6285

Haut de page

Responsable d'opération

Liliane Delattre

ASS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org