Navigation – Plan du site
2007

Cavaillon – Mikvé (ou bain rituel juif)

Responsable(s) des opérations : François Guyonnet
Notice rédigée par : François Guyonnet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8367

Date de l'opération : 2007 (SD)
Inventeur(s) : Guyonnet François (SRA)

1Dans le centre ancien de Cavaillon, en bordure d’étroites ruelles piétonnes, subsiste un ensemble remarquable de constructions, ultime témoin de la présence d’un quartier juif.

2Au fond d’une rue au nom évocateur de « rue Hébraïque », s’élèvent encore plusieurs bâtiments de l’ancienne « carrière » de la communauté judéo-comtadine de Cavaillon. On peut encore admirer une splendide synagogue, l’une des plus anciennes de France, achevée en 1774 et classée monument historique ainsi que deux immeubles mitoyens presque contemporains.

3C’est sous une cour située à proximité de la synagogue, qu’un couple d’érudits, les Jouve, a identifié au début du XXe s. un mikvé, ou bain rituel juif. Aujourd’hui le bain est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques et va prochainement faire l’objet d’une procédure de classement.

4Pour les besoins du dossier de protection, une première étude archéologique a été confiée au service d’Archéologie du département de Vaucluse. Celle-ci, réalisée en mars 2007, propose de premières hypothèses sur la chronologie du bain rituel et la restitution de son architecture. Désormais il est admis que le mikvé de Cavaillon a été construit au Moyen Âge – un constat qui permet de s’interroger sur les origines du quartier juif.

La communauté juive de Cavaillon

5Dans les réserves du musée municipal est conservé l’un des plus anciens témoignages d’une présence juive en France : découverte à Orgon d’une lampe à huile antique, décorée d’une menorah qui pourrait être mise en relation avec une vieille légende médiévale selon laquelle des exilés juifs palestiniens auraient abordé les côtes de Provence après la destruction du temple de Jérusalem en 70 apr. J.‑C.

6Si des populations juives vivent en Provence depuis au moins le Ier siècle de notre ère, il faut attendre le XIIIe s. pour qu’une telle confirmation soit assurée, lorsqu’une enquête sur les biens d’Alphonse de Poitiers, entreprise entre 1268 et 1269, révèle la présence de Juifs dans plusieurs localités du Comtat dont Cavaillon.

7À la différence d’Avignon ou de Carpentras, tout porte à croire que le quartier juif de Cavaillon a toujours été à son emplacement actuel puisque aucun transfert n’est connu. Dans la topographie de la ville aux XIIe s. et XIIIe s., la juiverie de Cavaillon se situait intra-muros, en bordure orientale du centre, près de l’enceinte romane. Cependant, le quartier n’est pas exclusivement réservé aux juifs ; des chrétiens peuvent y demeurer et réciproquement des juifs possèdent des maisons en d’autres points de la ville.

8À partir du XIVe s., la vie du quartier est ponctuée d’émeutes anti-juives qui vont pousser les autorités pontificales à réactualiser une règle de séparation stricte entre chrétiens et juifs. C’est à Cavaillon en 1453 qu’eut lieu dans le Comtat la première délimitation précise de l’habitat juif groupé autour de la rue de la Juiverie (rue Hébraïque) désignée comme la « carrière des juifs ». Dès lors, ce terme de « carrière » (rue en provençal) va désigner le quartier juif et la communauté qui l’habite.

9Le choix de ce regroupement forcé a vraisemblablement porté sur la rue dans laquelle se trouvaient la plus grande concentration de familles juives et les équipements rituels. C’est dans cette carrière surpeuplée que se déroulera la vie de la communauté juive de Cavaillon jusqu’à la Révolution.

Le bain rituel ou mikvé

10Le mikvé (en hébreu, mikva ou mikveh) est en théorie le premier aménagement cultuel qu’une communauté juive doit établir près de son lieu de vie. En comparaison, la synagogue semble secondaire puisque n’importe quel espace assez vaste peut être utilisé pour le culte.

11Dans la législation rabbinique, le bain est lié à la notion de pureté et d’impureté dont l’origine remonte aux temps bibliques lorsque le grand prêtre du temple de Jérusalem devait accomplir ses fonctions dans un état de pureté parfaite.

12C’est vers 200 apr. J.‑C. que se développent dans la législation de la Mishnah les instructions précises pour la purification. Les femmes en âge de procréer doivent impérativement s’immerger complètement dans le bain sept jours après la fin de leurs menstruations. Ainsi, elles redeviennent pures grâce à ce rituel de l’immersion qui symbolise la renaissance du corps et de l’esprit et peuvent à nouveau s’offrir à leur conjoint.

13Le mikvé de Cavaillon se présente actuellement sous la forme de deux caves lugubres, dont la première est située sous la cour et la seconde disposée partiellement sous une maisonnette construite à la fin du XIXe s. Ces caves, voûtées en berceau et édifiées avec une maçonnerie de qualité médiocre, sont des pièces annexes (vestiaires) du mikvé moderne.

14Probablement bâties au XVIIIe s. lorsque la communauté a entrepris la reconstruction de la synagogue et de plusieurs immeubles limitrophes, ces deux pièces conservent en élévation des vestiges plus anciens.

15On distingue, d’une part, un mur pouvant appartenir à des pièces annexes antérieures et plusieurs puits dont certains pouvaient avoir une fonction rituelle. D’autre part, au fond de la première salle, se trouve le bain de plan presque rectangulaire (4 m x 2 m).

16La majeure partie de la superficie du bain est occupée par deux volées d’escalier dont les degrés proviennent de la récupération d’un escalier à vis (Fig. n°1 : Vue du bain).

17La descente dans le bain s’effectue jusqu’à une profondeur de 4,70 m par rapport au sol de la pièce et l’escalier était à l’origine à moitié immergé. Les degrés en remploi indiquent une reconstruction de l’escalier dont l’emplacement n’a cependant pas varié.

18Trois des murs latéraux du bain conservent une partie d’élévation médiévale en pierre de taille où l’on observe deux marques lapidaires, maladroitement gravées dans le calcaire coquillier jaune provenant des carrières des Taillades.

19Le mur nord du bain présente le plus d’intérêt pour l’architecture d’origine : un important dénivelé entre les parties est et ouest du mur atteste l’invariabilité de la pente d’escalier. En outre, une trace d’arrachement placée au centre indique qu’il existait une séparation interne dans le bain, probablement percée d’une arcade, qui permettait également d’établir deux niveaux distincts de couverture. Ce décrochement dans les élévations en pierre de taille pourrait également s’expliquer par la destruction de deux voûtes en berceau, dont le départ aurait pu se situer sur la dernière assise conservée. La première aurait couvert la partie la plus profonde du bain, tandis que l’autre, d’une moindre ampleur, aurait couvert la deuxième partie de l’escalier.

20L’analyse des élévations du mikvé médiéval de Cavaillon est encore très difficile (Fig. n°2 : Relevé des élévations du bain). Néanmoins les quelques pistes de recherche développées au cours de cette étude pourront à l’avenir être prolongées lors d’investigations complémentaires.

21La ville de Cavaillon possède un des plus anciens mikvés conservés sur le territoire national ; désormais un travail de comparaison avec d’autres bains médiévaux, en particulier avec celui de Montpellier (XIIe s. et XIIIe s.), pourra s’effectuer.

22GUYONNET François

23Avec la collaboration de LAVERGNE David et PORTET Bruno

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue du bain

Fig. n°1 : Vue du bain

Auteur(s) : Guyonnet, François. Crédits : ADLFI (2007)

Fig. n°2 : Relevé des élévations du bain

Fig. n°2 : Relevé des élévations du bain

Auteur(s) : Guyonnet, François. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue du bain
Crédits Auteur(s) : Guyonnet, François. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6271/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. n°2 : Relevé des élévations du bain
Crédits Auteur(s) : Guyonnet, François. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6271/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

François Guyonnet, « Cavaillon – Mikvé (ou bain rituel juif) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6271

Haut de page

Responsable d'opération

François Guyonnet

SRA

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org