Navigation – Plan du site
2007

Tende

Responsable(s) des opérations : Silvia Sandrone, Nathalie Magnardi et Pierre Machu
Notice rédigée par : Silvia Sandrone, Nathalie Magnardi et Pierre Machu

Texte intégral

Date de l'opération : 2007 (PI)
Inventeur(s) : Sandrone Silvia (MUS) ; Magnardi Nathalie (MUS) ; Machu Pierre (MUS)

1Les campagnes de prospection-inventaire menées depuis 2002 sur le territoire communal de Tende, à 80 km au nord de Nice, à la frange orientale du parc national du Mercantour non loin du Piémont italien (haute vallée de la Roya), ont eu pour but la révision et la vérification des données de la carte archéologique nationale et pour effet la découverte de vingt-et-un nouveaux sites (seize en 2002 et cinq en 2003). Campagnes de prospection menées en 2002-2003 sous la responsabilité scientifique de Pierre Machu (BSR PACA, 2002 : 67 ; 2003 : 83‑84). Ces découvertes, confirmées par des prospections au sol, ont été possibles grâce à l’étude de publications anciennes (notamment italiennes) et par le recueil d’informations orales auprès d’habitants de la commune. De plus, les informations fournies par Livio Mano, conservateur du musée de Cuneo (Piémont, Italie) malheureusement décédé en juin 2007, se sont révélées très précieuses.

2En 2007, ce travail d’inventaire a été poursuivi par l’équipe scientifique du musée départemental des Merveilles : J.-M. Strangi (cartographie, positionnement GPS, cadastre, traitement informatisé des données) et S. Sarda (réalisation du fichier informatique). Le conseil général des Alpes-Maritimes, à travers le musée départemental des Merveilles de Tende, a été confirmé comme organisme de rattachement de la campagne de prospection qui s’est déroulée du 14 août au 29 octobre.

3L’analyse des sites révisés ou repérés lors des campagnes 2002‑2003 a conduit à réfléchir sur le lien existant entre témoignages archéologiques et dynamiques de déplacement (relations avec les cols et les lieux de passage). En partant des sites répertoriés précédemment, nous avons procédé à la vérification par zones des territoires plus directement liés à la ligne frontière entre la France et l’Italie. Nous avons révisé six sites déjà connus, tout en procédant à l’étude du matériel archéologique déposé au musée, et recensé huit nouveaux sites.

4Vers le col du Sabion, deux habitats et enclos pastoraux d’époque historique (Barchenzane inférieur, Barchenzane supérieur) ont été découverts. L’ensemble dit Barchenzane supérieur montre différentes phases de construction et des structures (fond de cabane circulaire, enclos ovale) qui pourraient dater des premières époques historiques, remaniées ou améliorées par la suite.

5Un peu plus loin, nous avons vérifié l’état de conservation des structures pastorales saisonnières et des gravures protohistoriques de la Vallette du Sabion (BSR PACA, 2001 : 78‑79). Les premières sont en bon état de conservation, tandis que les motifs piquetés (corniformes, figures géométriques et plages de cupules), datés de l’âge du Cuivre et de l’âge du Bronze ancien en comparaison avec ceux de la région voisine du mont Bego, montrent une évidente dégradation de la surface rocheuse.

6Dans la zone du lac des Grenouilles (ou lac de Fontanalba inférieur) nous avons vérifié l’état de conservation du site protohistorique (BSR PACA, 1994 : 71-72). Parmi les presque cent soixante tessons de céramiques modelés relevés, quelques fragments de bords (toujours avec cordon lisse appliqué), deux de fond plat légèrement débordant et deux d’anses en ruban illustrent l’assez grande homogénéité d’une culture matérielle datée de la fin du Chalcolithique à l’âge du Bronze ancien. La position du site, dans une zone ouverte aux pâturages aisément accessible, proche d’un lac, était probablement favorable à une occupation humaine saisonnière, notamment dans un but pastoral.

7À proximité du lac, nous avons aussi repéré quatre structures pastorales d’époque historique (enclos ovale, couloir, habitat pastoral, enclos et habitat pastoral, le tout à fonction saisonnière) ainsi qu’un long mur de pierres sèches, destiné peut-être à éviter la dispersion des troupeaux vers la pente, le long du sentier qui descend à Casterino (cote 1 859 m).

8Dans le vallon de Réfrei, à proximité du sommet Castel Tournou, nous avons vérifié et analysé plus précisément les abris Cragnou (supérieurs, inférieurs et pente). Les nombreux tessons de céramiques modelées de nouveau repérés et récupérés en surface, à pâte grossière et gros dégraissant ou à pâte plus fine et bien lustrée, datent de la transition entre le Chalcolithique et l’âge du Bronze ancien.

9Nous avons en même temps découvert (cote 1 137 m) un habitat agropastoral permanent complexe, avec un superbe rucher muré à plusieurs niveaux (Granges de Cragnou ou Maison Gallo). À l’entrée du même vallon (cote 851 m) la grotte murée appelée « Le Colombier », habitat troglodytique de l’époque moderne, sert de lieu d’élevage de pigeons, comme de nombreuses niches semblent l’attester.

10La prospection du bâtiment La Cà, sur l’ancienne route menant au col de Tende, a révélé une situation plus préoccupante car ce relais de poste à fonction d’auberge et d’hospice voit sa toiture monumentale s’effondrer, les ronces envahir sa cour, les pierres vertes taillées volées. Enfin nous avons révisé tout le matériel archéologique de l’ancien col de Tende (BSR PACA, 1997 : 52-53) qui avait été déposé au musée depuis 1994 : nombreux tessons du deuxième âge du Fer et de la période romaine, avec une singulière imitation (probablement Ier s. apr. J.-C.) de la précédente production « ligure ». De plus, la découverte de trente- quatre pièces de monnaies du Ier s. au IVe s. apr. J.-C. témoigne d’une fréquentation continue du col durant tout l’Empire romain.

11Étagés de la Protohistoire au XIXe s., les sites et bâtiments recensés lors de ces prospections dans la haute vallée de la Roya, quoique assez nombreux, se caractérisent par des occupations saisonnières (abris sous roche ou campements de plein air), des lieux de passage ou des constructions légères (bois et pierre) ayant laissés peu de traces au sol et un mobilier souvent peu abondant et peu varié. Certains d’entre eux sont malheureusement soumis à des dégradations et à des destructions de nature anthropique très importantes (fréquentation touristique, travaux d’aménagement…).

12Cependant ces opérations permettent d’ores et déjà d’avoir une idée assez claire de l’importance de cette vallée comme lieu de communication et de contact entre le littoral méditerranéen et la plaine du Pô avec ces habitats temporaires, d’étape ou saisonniers, placés le long des voies de passage ou d’échange et des chemins de transhumance situés à mi-pente, en altitude ou en crêtes. Les prospections à venir visent à une cartographie du patrimoine archéologique et historique de la haute vallée de la Roya de plus en plus complète enrichissant la carte archéologique nationale.

13SANDRONE Silvia, MAGNARDI Nathalie et MACHU Pierre

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Silvia Sandrone, Nathalie Magnardi et Pierre Machu, « Tende », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6217

Haut de page

Responsables d'opération

Silvia Sandrone

MUS

Nathalie Magnardi

MUS

Pierre Machu

MUS

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org