Navigation – Plan du site
2007

Tourves – La Blanque

Responsable(s) des opérations : Marc Borréani
Notice rédigée par : Marc Borréani

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8339

Date de l'opération : 2007 (SD)
Inventeur(s) : Borréani Marc (COL)

1Le site de la Blanque est implanté au sein d’une étroite cuvette agricole, orientée nord-ouest ‑ sud-est, communiquant au sud-est avec la plaine du Caramy. Cette cuvette est traversée par un ruisseau canalisé provenant de la source de Beou Mouroun, située à 400 m au nord-ouest. Le site est adossé à une petite colline qui ferme la cuvette à l’ouest.

2Le but des sondages était de confirmer la nature supposée du site, une villa antique, et d’en déterminer l’emprise ainsi que l’état de conservation.

3Ils ont montré une occupation dès l’âge du Fer, puis l’implantation de la villa, le site étant occupé jusqu’à l’Antiquité tardive.

Une occupation de l’âge du Fer

4Hormis de nombreux éléments résiduels, du mobilier de cette période provient des couches de colluvion argileuse qui se sont accumulées au pied de la colline calcaire.

5Cela indique la proximité d’une installation, en pied de colline, et montre également une forte activité érosive postérieure à cette période. Il est possible que, sous les bâtiments de la future villa, deux structures et deux foyers correspondent à cette phase.

6S’il est impossible de préciser la durée de cette occupation, celle-ci est bien attestée aux IIe s. et Ier s. av. J.‑C.

Une villa romaine

7Les vestiges de la villa couvrent entre 2 500 m2 et 3 000 m2

8L’ensemble dégagé correspond à plusieurs bâtiments et à des thermes, organisés autour d’une cour fermée au sud-est par un mur de clôture, et dans laquelle se situe un grand bassin. Un autre mur de clôture en petit appareil limite la villa au sud-ouest. Un accès à la cour est restituable entre ce mur et les thermes.

Les thermes

9Ils comportent, à l’ouest, un frigidarium à piscine quadrangulaire et schola labri (type 2b d’Alain Bouet ; Bouet, 2003 : 28-29). Dans le tepidarium, les pilettes carrées de l’hypocauste sont conservées ainsi qu’une partie, effondrée, de la suspensura. L’hypocauste du tepidarium communique avec celui du caldarium par un passage qui était couvert d’un bloc de grès, effondré avec la suspensura. Quelques pilettes sont conservées dans l’hypocauste du caldarium.

10Le praefurnium se situe au nord du caldarium. L’hypocauste du tepidarium est comblé d’une épaisse couche de terre et de cendres, correspondant à l’abandon sur un comblement charbonneux d’utilisation.

11La présence de céramique luisante (Lamb. 45-Pernon 40) et de claire C (Hayes 50) indique un abandon à la fin du IIIe s. ou du IVe s.

La cour et le bassin

12La cour est limitée au sud-est par le mur de clôture.

13Celui-ci a subi une importante déformation et s’est retrouvé penché vers le sud-est sur une partie de son tracé.

14Le bassin (Fig. n°1 : Vue du bassin) est situé dans l’angle sud de la cour, à proximité des thermes. Il mesure 6,90 m x 11,80 m pour une profondeur conservée de 1,50 m à 1,60 m, soit une contenance minimale de 130 m3. Ses parois sont enduites d’un béton de  0,02 m d’épaisseur ; le fond est bétonné et les angles renforcés par des boudins d’étanchéité. Dans l’angle oriental se situe une évacuation en partie basse, qui se prolonge par un tuyau en plomb d’un diamètre de 0,10 m. Elle communiquait avec un regard. Dans l’axe du mur nord du bassin se trouve le départ d’un escalier, dont trois marches, recouvertes d’un béton de tuileau ont été dégagées.

15Il faut certainement interpréter ce grand bassin comme la natatio des thermes.

Le bâtiment nord-est

16Ce bâtiment vient s’accoler au mur de clôture, en formant un angle légèrement aigu. Il comporte quatre pièces.

Les bâtiments nord-ouest

17Cet ensemble est traversé par un aqueduc, provenant du pied de la colline, où il est détruit. Celui-ci est constitué d’un specus en béton de tuileau puis d’une conduite, dont le fond est en tegulae et les parois en moellons bruts. Ces parois sont couvertes de concrétions calcaires déposées par l’eau. L’aqueduc alimentait notamment le bassin.

18Au nord de l’aqueduc, une pièce, divisée par une cloison, possède un réduit au sol de galets. Les autres pièces livrent essentiellement des remblais argileux, avec parfois un lambeau de sol.

19Au sud, seule la pièce 8 a livré une stratigraphie. Son sol argileux, qui est au niveau du ressaut de fondation des murs de la pièce, repose sur un remblai. Scellant ce sol, plusieurs niveaux d’abandon ou de destruction ont été fouillés. Le mobilier de ces couches est datable des IIe s. et IIIe s.

Antiquité tardive

20Les structures pouvant se rattacher à l’occupation tardive proviennent de l’ensemble thermal.

21Il s’agit d’un mur, constitué d’éléments de récupération (moellons, marbre, dolia), aménagé dans les ruines du caldarium et d’un autre mur à liant de terre, construit contre l’angle nord des thermes et réemployant en particulier de l’amphore africaine.

22Cette période est également documentée par le mobilier des couches d’abandon.

Deux aqueducs (antiques ?)

23En marge des sondages, deux aqueducs ont été repérés au bas de la petite colline située au nord-ouest des vestiges.

L’aqueduc supérieur

24L’aqueduc supérieur, d’abord implanté sur un terre-plein artificiel d’orientation nord-ouest ‑ sud-est, se dirige ensuite vers le sud. Il n’est pas assuré que cet aqueduc soit contemporain de la villa.

25Le premier tronçon est constitué d’un canal de 0,30 m de profondeur et 0,33 m de large. Les parements sont en blocs bruts maçonnés et l’enduit du canal est constitué de chaux rose.

26Le second tronçon, à flanc de colline, n’a conservé que son parement ouest, le radier du fond et la première assise du parement est, le canal ayant disparu.

27Un troisième tronçon, dont il ne reste que le parement ouest et une partie du radier du fond, est localisé au-dessus des vestiges de la villa.

L’aqueduc inférieur

28L’aqueduc inférieur est très mal conservé.

29Il est implanté à flanc de colline, sur le terre-plein situé en contrebas de celui de l’aqueduc supérieur. Il subsiste quelques tronçons de son specus en béton de tuileau, le canal n’étant quasiment pas conservé.

30C’est cet aqueduc qui alimentait la villa.

Un moulin d’époque indéterminée

31Par ailleurs, des ruines encore visibles le long du ruisseau, correspondent sans doute à un moulin. Il s’agit d’un long bâtiment d’une largeur de 6,50 m à l’est et d’au moins 7 m à l’ouest pour une longueur minimum de 22 m. Les murs, en moyen appareil, ont une largeur de 0,70 m. À son extrémité orientale, ce bâtiment possède deux contreforts liés au mur sud et un autre lié au mur nord.

32Le mur nord est muni de boulins assez régulièrement répartis, dont huit sont visibles. Le boulin, situé contre le contrefort, présente des concrétions internes, également visibles le long du contrefort. Celles-ci indiquent que l’intérieur du bâtiment a connu une circulation d’eau. Le mur sud possède deux boulins, dont l’un est en partie colmaté par des concrétions.

33L’ensemble de ces boulins peut correspondre à l’aménagement d’un plancher sur solives.

34Le mur oriental intègre dans sa partie basse une construction dérasée. À ce niveau, le mur est muni d’une ouverture de 0,20 cm de large.

35On peut, à titre d’hypothèse, considérer que le bâtiment correspond au réservoir, et le bâtiment dérasé au moulin lui-même, à roue horizontale, alimenté depuis l’ouverture visible dans le mur est.

36Aucun élément ne permet de dater cet ensemble, qui est soit antique soit médiéval.

37BORRÉNI Marc

38Équipe de fouille : Abdessemamyeno Bernadette, Abenoza Sabrina, Amic Bernadette, Arnaud Claude, Arnoux Catherine, Aycard Philippe, Bard Jean, Berre Louis, Berre Michèle, Bonnefoi Valérie, Castangia Anne-Marie, Careghi Chantal, Césaire Lionel, Ciccione Juliane, Dadone Serge, D’Attainville Christiane, De Gasquet Jean-Bernard, Digelmann Patrick, Disableu Lucien, Dol Magali, Dupuy Sylvie, Egalon Marie-Alice, Ferro Jean-Pierre, Galindo Bernard, Gilbert Pierre Marie (conducteur du tracto-pelle intérimaire), Guillemette Pierre, Hermand Christian, Hivert Jacques, Jaget Elodie, Jaget Julien, Jaget Tristan, Laurier Françoise, Magne Anne-Marie, Marseille Véronique, Moniez Henri, Moniez Andrée, Ortiz-Vidal Roger, Paul Michel, Poletti Fabienne, Rauner Daddy, Rauner Fred, Rogeat Jacqueline, Roses Alain, Sanna Hélène et Thiry Jean.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue du bassin

Fig. n°1 : Vue du bassin

Auteur(s) : Borréani, Marc. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue du bassin
Crédits Auteur(s) : Borréani, Marc. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Marc Borréani, « Tourves – La Blanque », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6213

Haut de page

Responsable d'opération

Marc Borréani

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org