Navigation – Plan du site
2007

Les Arcs-sur Argens – Saint-Pierre

Responsable(s) des opérations : Frédéric Conche
Notice rédigée par : Jean-Pierre Bracco, Catherine Richarté et Frédéric Conche

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8080

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Suite à l’intervention de 2006 sur le site de Saint-Pierre et la mise en évidence d’un petit lot de pièces lithiques présentant des caractères permettant une éventuelle attribution au Paléolithique supérieur (BSR PACA, 2006 : 176), un complément de diagnostic a été prescrit afin de recueillir de plus amples données.

2La présence d’une couche archéologique avec du mobilier lithique fut confirmée sur une surface maximale de 400 m2 à partir de 0,80 m de profondeur, sur une trentaine de centimètres d’épaisseur en moyenne, corroborant certaines caractéristiques du niveau observé en 2006.

3La séquence sédimentaire comble un paléochenal, mais ce niveau paléolithique semble avoir subi des perturbations post-dépositionnelles sous l’effet de la pédogenèse et des bioturbations. Brassage de matériel, déplacements latéraux importants voire dilatation d’un ou plusieurs horizons.

4L’analyse technologique du matériel lithique plaide toutefois pour la présence d’un seul niveau :

5    - absence de nucléus pyramidaux, présence importante au contraire du débitage sur des nucléus à surface de débitage étroite et cintrée « type burin » pour deux catégories de lamelles ;

6    - présence de grands supports laminaires, en silex allochtone, et produits probablement à l’extérieur du gisement. Utilisation pour ces pièces de la percussion organique ;

7    - présence de deux populations bien identifiées de lamelles, des microlamelles d’une part, de grandes lamelles d’autre part.

8Ces trois éléments peuvent être combinés pour proposer l’hypothèse d’un Épigravettien « ancien » provisoirement daté dans sa phase moyenne ou récente comprise à peu près entre 18 000 BP et 16 000 BP.

9Les rares traces mobilières d’une occupation au premier âge du Fer, matérialisées par de la céramique erratique, pourraient, sous toute réserve, correspondre suivant la stratigraphie générale du site à un lambeau de sol et à une base de foyer très érodés.

10Ces témoins ténus d’occupation sembleraient s’articuler avec un fond de fosse et un secteur épargné par les défonçages agricoles, abritant quelques alignements de trous de poteau, à moins qu’ils ne rentrent en résonance avec le très rare mobilier lithique attribué au Néolithique.

11Cette seconde intervention nous a aussi offert l’opportunité d’enrichir les données sur l’occupation du haut Moyen Âge dont les témoins mobiliers et immobiliers (fosses, forge, sol et trou de poteau) groupés présagent d’installations à caractère durable, du type atelier dans l’orbite d’un habitat.

12Si cette expertise a également démontré l’absence d’une ramification des bâtiments antiques de la villa des Laurons située à 150 m au sud, elle a cependant permis de mettre en perspective une petite partie du terroir et les cultures du Haut-Empire vraisemblablement relatives à l’exploitation domaniale.

13Il s’agit principalement d’alignements de fosses de plantation de vignes, circulaires à ovalaires. Un autre espace cultivé rassemble des fosses de plus grandes dimensions, alignées et parallèles dont la forme spécifique indique la technique du marcottage, tout au moins pour certaines.

14La découverte d’une série paléolithique demeure, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, exceptionnelle.

15La proposition d’un Épigravettien ancien postpointes à cran, si elle se confirme, renforce considérablement son intérêt. Période très mal connue en France, il s’agirait là du second gisement témoin avec celui de Vaugreniers (Le Muy, Var), voir BSR PACA, 2006 : 197-198.

16De même, la rareté des sites d’habitat rural connus et fouillés pour le haut Moyen Âge revêt ici un grand intérêt, au regard de la problématique posée par le peuplement des campagnes parallèlement aux pratiques culturales à des fins vivrières et aux types d’infrastructures d’exploitation concordantes. N’oublions pas, cependant, la question partiellement résolue du devenir des sites domaniaux après le Bas-Empire qui, avec la proximité de la villades Laurons, se pose ici comme une exceptionnelle possibilité de recueillir des informations et de croiser des données.

17CONCHE Frédéric, RICHARTÉ Catherine et BRACCO Jean-Pierre

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Pierre Bracco, Catherine Richarté et Frédéric Conche, « Les Arcs-sur Argens – Saint-Pierre », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6208

Haut de page

Responsables d'opération

Jean-Pierre Bracco

SUP

Catherine Richarté

INRAP

Frédéric Conche

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org