Navigation – Plan du site
2007

Cavaillon – Les Vignères

Responsable(s) des opérations : Kateline Ducat
Notice rédigée par : Kateline Ducat

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8195

Date de l'opération : 2007 (SP)
Inventeur(s) : Ducat Kateline (PRI)

1Suite à un projet de lotissement dans le hameau des Vignères à Cavaillon, la proximité de la chapelle Notre-Dame, fondée au XIe s. et classée monument historique, a motivé en grande partie une fouille archéologique sur 825 m2.

Remploi de vestiges antiques et protohistoriques

2Un remploi important de blocs calcaires équarris et la présence de terre cuite architecturale fragmentée indiquent l’existence de vestiges antiques (du type villa ?). De la céramique attribuée au second âge du Fer, préle­vée dans un sondage au sein d’un horizon alluvionnaire – nous sommes ici à 3 km au nord du cours actuel de la Durance –, ne permet pas toutefois d’affirmer l’existence d’une occupation gauloise.

Occupation médiévale

3Cette intervention a surtout mis au jour la partie occidentale d’une occupation médiévale datée des Xe et XIe s., concentrée à moins de 25 m de Notre-Dame des Vignères.

Bâtiment circulaire

4Cette occupation se matérialise tout d’abord par une section de bâtiment de tracé circulaire. Il s’agit d’une élé­vation composite, formée d’un soubassement de pierres renforcé par des sablières basses sur lequel viennent se ficher des potelets verticaux servant de support à une élévation de terre et bois. Des sépultures étaient disposées de part et d’autre du mur circulaire.

5Si le mode constructif a été globalement compris, la question de la fonction d’un tel aménagement reste floue.

6L’hypothèse d’un édifice lié à la fondation de la chapelle peut être avancée ; il peut aussi s’agir d’un habitat ou de tout autre bâtiment associé à l’exploitation rurale médié­vale bien attestée par la fouille.

Bâtiment quadrangulaire

7Un second ensemble est composé d’un bâtiment quadrangulaire en matériaux périssables d’abord, puis maçonné sur deux côtés, lié à l’artisanat, abritant des foyers successifs, auquel une aire d’ensilage peut être associée. Ces structures en creux ayant été vidangées, le mobilier céramique issu de leur comblement ne permet pas de connaître la nature de leur contenu, mais de dater leur abandon aux Xe et XIe s.

8Le mobilier archéologique est rare et les sépultures étaient vierges de toute offrande. Il ressort toutefois une grande cohérence pour l’ensemble des objets recueillis et notamment des céramiques communes (grise diverse et à pâte rouge, claire engobée et kaolinitique) qui permettent de dater une occupation principale du site des Vignères autour de l’an Mil.

9L’emploi de vaisselle en bois à cette période pourrait expliquer le peu de céramiques retrouvées. S’ajoutent à cela quelques pesons, fusaïoles, fragments de tabletterie, du verre, le tout venant confirmer la même fourchette chronologique. La nature du mobilier témoigne de l’activité de tissage et la présence de structures de combustion appuie l’idée d’une communauté rurale bien établie, vivant en partie de l’agriculture. Plusieurs phases de l’exploitation céréalière sont représentées sur le site : le séchage ou grillage du grain par l’intermédiaire d’aires de combustion, le stockage en milieu confiné dans des fosses silos, et la cuisson de pain par la présence de foyers.

10En complément des céréales, la population des Vignères semble bénéficier d’une alimentation carnée diversifiée, grâce à l’élevage (moutons principalement, chèvres, éventuellement bovins et volailles) dont elle sait tirer profit des produits dérivés (lait, peaux, os pour la tabletterie).

11Pour le coeur du Moyen Âge, deux fragments de cruche (type Uzège) associés à un solin peuvent être rapprochés de l’occupation des XIIIe et XIVe s. par les hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, époque où un hôpital est installé à côté de la chapelle.

12Enfin, de la faïence fine du XIXe s. et de la céramique engobée et glaçurée en petit nombre dans les couches supérieures attestent la fréquentation du lieu aux époques modernes et contemporaines, sans toutefois qu’on puisse en préciser davantage. On sait par ailleurs d’après les textes anciens que le village renaît au XIXe s.

13Cette fouille a permis d’apprécier un mode de construction élaboré à travers le large solin en quart de cercle portant des négatifs de matériaux périssables, ce qui souligne une certaine monumentalité de ce bâtiment comparativement à celui dédié à l’artisanat. Plus généralement, cette opération a su renseigner sur les abords de la chapelle Notre-Dame des Vignères à une époque qui n’a laissé que des empreintes fugaces dans les sources écrites locales. En ce sens, le site des Vignères constitue un apport non négligeable de connaissances d’une occupation rurale du haut Moyen Âge dans la vallée de la Durance, jusque-là archéologiquement peu documentée.

14Enfin, l’objectif premier qui était d’appréhender la genèse et le développement de l’habitat autour de Notre-Dame des Vignères à la charnière de l’an Mil a pu être atteint, même s’il subsiste de nombreuses interrogations. Seuls des sondages dans le périmètre immédiat de la chapelle seraient en mesure d’évaluer précisément l’emprise et la densité de cette occupation médiévale, pour laquelle cette opération a d’ores et déjà livré d’éloquents vestiges.

15DUCAT Kateline

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Kateline Ducat, « Cavaillon – Les Vignères », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6184

Haut de page

Responsable d'opération

Kateline Ducat

PRI

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org