Navigation – Plan du site
2007

Le Saix – Barnèche 2

Responsable(s) des opérations : Alexandre Morin
Notice rédigée par : Alexandre Morin

Entrées d’index

Opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8223

Date de l'opération : 2007 (SD)

1Le site de Barnèche 2 est implanté à 847 m d’altitude dans la petite vallée du torrent de Barnèche, affluent du torrent de la Maraize, sur la commune du Saix.

2Ce site, découvert par Henri Faure, a fourni lors des ramassages de surface plusieurs centaines de pièces, essentiellement des silex taillés, se rapportant à des ambiances chronoculturelles néolithiques. La cartographie des ramassages montre que le site s’étend sur une superficie importante (au moins 2 500 m2).

3Le sondage, d’environ 5 m2, a été implanté en bordure de la zone qui a fourni une forte concentration de pièces. L’objectif de cette opération est d’obtenir à terme, sur des sites d’habitat de plein air, des données sur la caractérisation et la périodisation des ambiances chronoculturelles du Néolithique dans les Alpes du Sud, secteur qui accuse un important retard, notamment sur le Néolithique final/Bronze ancien. Un premier bilan de l’opération a été réalisé dans le cadre du rapport scientifique. En voici, brièvement, les principaux points.

4Les observations géomorphologiques et sédimentologiques préliminaires, réalisées par Cl. Boutterin, O. Sivan et C. Miramont, indiquent que le site est implanté sur un vaste glacis cône de déjection, hérité du torrent de Barnèche, probablement stabilisé autour de 6 000/7 000 cal. BP, moment où la sédimentation torrentielle s’arrête dans toute la région. À l’abri des crues torrentielles et probablement boisées, les sols limono-argileux de ces formations sont riches, donc propices à l’établissement humain. La séquence 1 (US 1) est complètement remaniée et appartient au niveau agricole actuel.

5Entre la séquence 1 et la séquence 2 (US 2 et US 3), il y a la présence d’un joint stratigraphique induré correspondant à un « dallage » en profondeur. Les sédiments situés en deçà – dont l’US 2 correspondant au niveau archéologique – ne semblent pas remobilisés depuis leur dépôt. Les analyses granulométriques témoignent de dynamiques de sédimentations faibles et peu organisées responsables de dépôts successifs de 10 cm à 15 cm d’épaisseur. Ils correspondent à des dynamiques de sédimentations colluviales successives dont les surfaces, relativement indurées, sont assimilées à des surfaces de piétinement et d’occupation.

6Le sondage s’est donc révélé positif. A été mis en évidence, à environ 25 cm à 30 cm de profondeur, un niveau archéologique constitué de mobilier – céramiques et silex – de quelques restes de faune et de charbons, avec au moins une structure et une anomalie sédimentaire témoignant de la présence d’un habitat (Fig. n°1 : Le sondage au terme de la fouille).

7La faune se limite à neuf restes. Deux taxons ont été reconnus : le Boeuf domestique et un Ovicapriné. L’acidité du sol limono-argileux semble peu favorable à la conservation des restes fauniques. Ceci pourrait en partie expliquer le nombre réduit de vestiges osseux recueillis lors du sondage.

8Le mobilier découvert est essentiellement de la céramique qui se caractérise par une forte fragmentation limitant l’identification des formes.

9Les éléments typologiques recueillis – essentiellement des bords – montrent la présence d’au moins une vingtaine de récipients. Au sein d’un corpus céramique très ubiquiste et encore limité, seuls les cordons appliqués présents dans le haut de l’US 2 apportent un modeste élément de datation.

10Parmi les cinquante-trois silex taillés, la présence de deux pôles typotechnologiques est probable, certainement en relation avec les différents types de silex identifiés par C. Bressy.

11L’interprétation chronoculturelle du mobilier, et donc de(s) occupation(s) préhistorique(s) du site, reste, au terme de ce sondage, encore approximative.

12Les raisons principales sont : la faible superficie fouillée, l’aspect « condensé » du niveau archéologique (US 2), la présence d’une anomalie sédimentaire difficile à interpréter et dans laquelle se trouve une part importante du mobilier et enfin la forte fragmentation de la céramique. Nous en restons à la diagnose provisoire suivante : probable indice chasséen (dans le bas de l’US 2 ?) et un pôle à placer entre le Néolithique récent et le Bronze ancien (dans la partie supérieure de l’US 2).

13Au terme de l’étude préliminaire des résultats obtenus, le site de plein air de Barnèche 2, malgré certains handicaps, offre un potentiel certain pour travailler sur la caractérisation et la périodisation des ambiances culturelles néolithiques, dans les Alpes du Sud.

14Compte tenu des données géomorphologiques déjà disponibles dans le torrent de Barnèche et des premières observations sédimentologiques sur la fouille, la possibilité d’insérer ce site dans un contexte paléoenvironnemental proche et dans une dynamique régionale, où se jouent les interactions homme-milieu, est envisageable.

15MORIN Alexandre

16Cette opération s’inscrit dans le cadre de la convention archéologique signée entre l’État (SRA DRAC-PACA), le Conseil Général des Hautes-Alpes et l’APA (Association Provence Archéologie) et est le fruit de la collaboration entre Alexandre Morin et Clément Boutterin, Olivier Sivan, Cécile Miramont, Céline Bressy et Christophe Griggo, également signataires de cette notice.

17Les auteurs tiennent à remercier : Rémy André, Xavier Margarit, Luc André, Henri Delaye, Yvette Barnier, Régis Picavet, l’Association Provence Archéologie, son président Gaëtan Congès et sa secrétaire Lucienne Ferreri, et enfin tout particulièrement Henri Faure, Loïc Serrières et Pierre André.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Le sondage au terme de la fouille

Fig. n°1 : Le sondage au terme de la fouille

Auteur(s) : Morin, Alexandre. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Le sondage au terme de la fouille
Crédits Auteur(s) : Morin, Alexandre. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alexandre Morin, « Le Saix – Barnèche 2 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6067

Haut de page

Responsable d'opération

Alexandre Morin

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org