Navigation – Plan du site
2007

Monieux – Coulet des Roches

Responsable(s) des opérations : Évelyne Crégut-Bonnoure
Notice rédigée par : Évelyne Crégut-Bonnoure

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8280

Date de l'opération : 2007 (SD)
Inventeur(s) : Crégut-Bonnoure Évelyne (MUS)

1Le Coulet des Roches, localisé en bordure des hauts plateaux du Vaucluse (Monieux), est situé à un peu plus de 3 km au nord-ouest du village de Sain-Jean-de-Sault. Cet aven s’ouvre à 788 m d’altitude, dans une zone karstique riche en cavités spéléologiques, archéologiques et paléontologiques. Il a été vidé de son contenu dans les années 1970.

2S’ouvrant directement à même le sol par une ouverture d’environ 4 m x 2 m, il s’élargit rapidement. Son développement vertical atteint 9 m au centre d’une grande salle de 10 m de long sur 5 m de large en moyenne orientée nord-est – sud-ouest. Vers le sud se trouve un puits étroit de 7 m menant au point bas de la cavité qui est à 16,50 m de profondeur.

3Une visite de ce site a permis de repérer du matériel fossile ainsi que deux couches encore en place. La campagne 2007 permet de mieux préciser l’histoire du remplissage et de le situer chronologiquement.

Le remplissage

4Les observations des spéléologues, l’étude géologique des deux coupes nord et sud laissées par leurs travaux de désobstruction ainsi que l’analyse d’un important placage sur la paroi ouest indiquent qu’au moins quatre types de dépôts ont existé dans le site.

  • à la base, un éboulis rocheux stérile (ensemble 3) est constitué à partir des parois de l’aven.

  • Un ensemble moyen (ensemble 2) ayant envahi le précédent est formé essentiellement par l’accumulation de fragments de calcaire de petite granulométrie. Il subsiste sur une surface d’environ 25 m2.

  • Un ensemble supérieur (ensemble 1) conservé dans le secteur sud et sud-ouest, subdivisé en deux niveaux. L’inférieur est le plus visible en raison de sa couleur noirâtre liée à l’abondance des charbons ; il s’étendait largement sur une grande partie de la surface de l’aven comme le laisse supposer sa trace sur la paroi ouest. Il présente localement une organisation nette (cellules formant un maillage) dont l’origine reste à éclaircir (fentes de rétraction dues à des combustions ? fentes de dessiccation ?). La composition du niveau supérieur varie en fonction de sa position dans l’aven. À proximité des parois, il est formé presque uniquement de blocs provenant du délitage de la roche et souvent fortement concrétionnés ; la phase de concrétionnement est donc postérieure au dépôt de la couche noire. Lorsqu’on s’éloigne des parois, ce niveau supérieur se charge en limons argileux apportés par des ruissellements extérieurs.

  • Un ensemble terminal constitué de blocs rocheux, totalement enlevé par les spéléologues correspond à une obstruction artificielle en relation avec l’exploitation agricole du propriétaire du terrain. Il s’étendait en profondeur jusqu’à 5 m.

5Le sondage réalisé à l’aplomb de l’ouverture, dans l’ensemble moyen, a mis en évidence un niveau fossilifère entre les cotes -2,08 m et -2,18 m. Il peut être repéré latéralement au niveau des coupes.

Les déblais extérieurs

6Les déblais ont été répartis par les spéléologues en trois tas à proximité de l’ouverture de l’aven. Deux d’entre eux représentent l’ensemble terminal et ont livré de la faune domestique récente. Le tas le plus grand, bordant l’ouest de l’ouverture, est constitué par les sédiments des ensembles 1 et 2.

7Son tamisage a fourni de nombreuses pièces paléontologiques, une riche microfaune ainsi que des tessons de céramique.

La céramique

8Une dizaine de tessons de céramique non tournée a été découverte dans la partie basale du cône de déblais ouest, dans la couche « terreuse ». Un examen préliminaire a permis de reconnaître deux éléments caractéristiques :

  • le premier correspond à un fragment de panse qui présente un mamelon de préhension ovalaire assez bien dégagé, de 2 à 3 cm, typologiquement assez spécifique du Néolithique régional.

  • le second correspond à deux fragments d’un bord de récipient dont la délinéation de la lèvre présente un grande irrégularité ; cette céramique, qui présente un cordon pré-oral digité, évoque les périodes protohistoriques au sens large (âge du Bronze ou premier âge du Fer).

9Ces éléments sont malheureusement insuffisants pour définir le type d’utilisation de cet espace naturel par l’Homme.

La faune

10Un total de 54 taxons (29 mammifères, 5 amphibiens, 11 reptiles, 9 oiseaux) a pu être identifié.

  • L’ensemble 1 a fourni 25 restes de mammifères, 5 d’amphibiens, 11 reptiles, 9 oiseaux :

11Homo sapiens (homme), Canis lupus (loup), C. familiaris (chien), Vulpes vulpes (renard), Mustela nivalis (belette), Mustela foina (fouine), Meles meles (blaireau), Lynx sp. (lynx), Felis silvestris (chat sauvage), Sus scrofa ssp. (sanglier ou cochon), Cervus elaphus (cerf élaphe), Capreolus capreolus (chevreuil), Bos sp. (boeuf domestique ou sauvage), Ovis aries (mouton), Lepus europaeus (lièvre), Oryctolagus cuniculus (lapin), Chionomys nivalis (campagnol des neiges), Arvicola terrestris (campagnol terrestre), Microtus sp. (campagnol), Apodemus sylvaticus (mulot sylvestre), Eliomys quercinus (lérot), Glis glis (loir), Sciurus vulgaris (écureuil roux), Sorex araneus (musaraigne carrelet), Talpa europea (taupe), Oiseaux, Salamandra salamandra (salamandre tachetée), Pelodytes punctatus (pélodyte ponctué), Bufo bufo (crapaud commun), B. calamita (crapaud calamite), Ranidae (groupe des grenouilles vertes et brunes), Lacerta (Timom) lepida (lézard ocellé), Lacerta bilineata (lézard vert), Lacertidae indéterminé, Chalcides cf. striatus (seps strié), Anguis fragilis (orvet), Malpolon monspessulanus (couleuvre de Montpellier), Coronella cf. girondica (coronelle girondine), cf. Rhinechis scalaris (couleuvre à échellons), Natrix natrix (couleuvre à collier), Natrix cf. maura (couleuvre vipérine) et Vipera aspis (vipère aspic), vautour indéterminé, Tetrao urogallus (grand tétras), Perdix perdix (perdrix grise), Columba sp. (pigeon), Hirundo sp. (hirondelle), Turdus sp. (merle), Passériformes indéterminés (taille Fringillidés et Sylviidés), Corvus sp., Pyrrhocorax graculus (chocard à bec jaune), Gastéropodes.

  • De l’ensemble 2 proviennent 6 grands mammifères et 1 oiseau :

12C. lupus (loup), Equus sp. (cheval sauvage), C. elaphus (cerf élaphe), Capra ibex (bouquetin), Rupicapra rupicapra (chamois), Marmota marmota (marmotte), P. pyrrhocorax (crave à bec rouge).

13Il faut ajouter des restes de Chiroptères pour l’instant non repérés en stratigraphie : Rhinolophus ferrumequinum (grand rhinolophe), Myotis myotis (grand murin), Myotis myotis / blythii (grand / petit murin), Barbastella barbastellus (barbastelle), Myotis sp. (murin indéterminé de taille moyenne).

14D’un point de vue biochronologique, l’ensemble 2 montre des analogies avec la couche E du site de l’aven des Planes, distant de 3 km, par la présence du cheval, daté de 13 600 BP et de la marmotte (BSR PACA, 2005 : 210 ; 2006 : 224-225). Il s’en distingue par l’absence du renne et par l’existence du bouquetin et du chamois : une différence d’âge entre les niveaux de base de ces deux localités pourrait en être la cause mais le paramètre géographique peut aussi être incriminé : le Coulet des Roches se trouve en bordure du Vallat du Loup et des gorges de la Nesque qui présentent des parois escarpées favorables aux espèces rupicoles tandis que l’aven des Planes se trouve sur le plateau du Défens, en bordure du fossé de Sault, deux milieux peu accidentés et appréciés par les espèces « de plaine » telle le renne. Il semblerait qu’à l’aven du Contadoux, localisé à l’ouest du Coulet, à environ 3 km, un niveau comparable a dû exister du fait de la présence de cheval et de marmotte.

15Pour l’instant, l’hypothèse la plus vraisemblable est que cet assemblage date du Tardiglaciaire.

16En effet, la morphologie dentaire du bouquetin est distincte de celle des individus mésolithiques de Gramari, plus compatible avec le morphotype de l’Adaouste caractérisant les populations contemporaines de la culture magdalénienne. La présence d’Equus arcelini confirme cette datation.

17L’association cheval-marmotte tout comme celle du bouquetin et du chamois est symptomatique d’un environnement ouvert et d’un climat frais. Les rares données sur la flore vont dans ce sens.

La flore

18Des données sur la végétation sont aussi disponibles grâce aux analyses palynologiques et anthracologiques.

19Dans l’ensemble 1 ont pu être identifiés : Quercus (chêne) caducifolié, Juniperus communis (genévrier commun), Sorbus aria (alisier blanc), Acer campestre (érable champêtre) et Pinus type sylvestris (pin du groupe anatomique du pin sylvestre), noisetier (Corylus avelana), l’orme (Ulmus), le tilleul (Tilia) et le bouleau (Betula). Il faut noter la présence discrète d’Ephedra.

20Dans l’ensemble 2 s’observe une surabondance de Cichorioideae pouvant traduire un paysage très dénudé sous des conditions climatiques rigoureuses.

Conclusion

21En dépit des nombreuses interrogations qui demeurent, l’opération 2007 est relativement fructueuse et permet de mieux situer dans la chronologie du Quaternaire le remplissage subsistant dont la base est contemporaine de la fin du Pléistocène (Tardiglaciaire) et le dessus du début de l’Holocène (Néolithique, âge du Bronze ou premier âge du Fer).

22Tout comme l’aven des Planes 1 et l’aven du Contadoux, c’est un piège naturel mais à la différence de ces deux localités, une partie du remplissage est encore existant et un horizon fossilifère est clairement identifiable dans l’unité la plus ancienne. D’ores et déjà, le site a livré des taxons rares pour la zone géographique : loup, bouquetin, chamois, marmotte pour les niveaux les plus anciens, loup, lynx, chat sauvage, belette pour les plus récents. C’est aussi la seule localité à livrer des informations sur les amphibiens et les reptiles du début de l’Holocène.

23CRÉGUT-BONNOURE Évelyne

24Avec la collaboration de : Jacqueline Argant, Salvador Bailon, Niclas Boulbes, Alexandre Bournery, Évelyne Debard, Frédéric Laudet, Xavier Margarit, Julien Opliger et Michel Thinon.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Évelyne Crégut-Bonnoure, « Monieux – Coulet des Roches », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6063

Haut de page

Responsable d'opération

Évelyne Crégut-Bonnoure

MUS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org