Navigation – Plan du site
2007

Apt – Caves du centre historique

Responsable(s) des opérations : Patrick de Michèle
Notice rédigée par : Patrick de Michèle

Entrées d’index

Nature des opérations :

Prospection (PR)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8508

Date de l'opération : 2007 (PR)
Inventeur(s) : De Michèle Patrick (COL)

1C’est à l’occasion de la remise en état de plusieurs caves sises dans le centre ancien, qui durant l’été 2007 avaient subi d’importants dégâts des eaux, que l’opportunité de pouvoir en visiter plusieurs, inédites, s’est présentée à nous. Certaines de ces caves devant faire l’objet d’une remise en état complète, plusieurs propriétaires ont pu, ainsi, être alertés sur la fragilité du potentiel archéologique qu’elles pouvaient receler.

2Il est donc apparu d’une grande importance de procéder à une surveillance de ces divers travaux, afin d’en garantir le bon déroulement et par la même occasion de réaliser une étude architecturale complémentaire qui permettrait d’appréhender, comme pour le théâtre antique, l’emprise du centre monumental gallo-romain (BSR PACA, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002, 2000 et 1999 ; voir rapports afférents à ces opérations déposés au SRA DRAC PACA).

3En l’état de nos connaissances, l’architecture monumentale d’Apt est caractérisée par deux ensembles bâtis qui s’organisent de part et d’autre de la rue des Marchands, cette artère principale étant par tradition identifiée au decumanus maximus antique.

Au nord de la rue des Marchands : le théâtre

4Au nord de la rue des Marchands et au nord de la cathédrale, les vestiges du théâtre occupent la quasi-totalité de l’espace. Ils s’inscrivent à l’intérieur d’une zone quadrangulaire bornée au sud par le massif de la cathédrale, à l’est par la rue Sainte-Delphine, à l’ouest par la rue Estienne-d’Orves et au nord par l’arc grossier que dessine la rue de la Juiverie. Ces vestiges architecturaux, répartis dans plusieurs espaces de caves, se caractérisent également par leur enfouissement qui les place entre 4 m et 5 m sous le niveau de circulation actuel (De Michèle, 2003).

Au sud du théâtre : cour à portiques

5Au sud du théâtre, la zone où se trouve actuellement la cathédrale était probablement occupée par un vaste espace pouvant correspondre à une cour à portiques telle que la décrit Vitruve : porticus post scaenam (Vitruve, De architectura, livre IV, ch. VI : 204-206).

6Les deux niveaux de la crypte de la cathédrale située dans la partie médiane de cet espace épousent un mur circulaire dont plusieurs auteurs pensent qu’il pouvait appartenir à un bâtiment absidial (Barruol, 1968 : 105-116).

Au sud de la rue des Marchands : trois nefs

7Au sud de la rue des Marchands, un ensemble bâti, composé de plusieurs travées parallèles se développe d’ouest en est sur près de 65 m, de la cave Viguier à l’ouest à un groupe de caves situé à l’est (actuellement en cours d’étude).

8Ce vaste ensemble d’une grande homogénéité architecturale, se refermant à l’ouest et à l’est par deux murs puissants bordant deux axes de voirie nord-sud, l’un à l’ouest de la cave Viguier, l’autre place Jean-Jaurès, constituait un îlot monumental créant un effet de parfaite symétrie par rapport à l’axe du théâtre.

9Au centre de l’îlot, dans les caves Guigou se trouve un ensemble de trois nefs remarquablement conservées, voûtées en plein cintre et d’égales dimensions (Fig. n°1 : Plan des structures antiques découvertes).

10Nous sommes ici en présence de l’un des plus beaux ensembles conservés de l’Antiquité à Apt avec plus de 150 m2. L’axe central de direction nord-sud partageant de façon équidistante ces trois espaces s’inscrit parfaitement dans le prolongement exact de celui du théâtre et passe par le centre de la porte royale (valva regia), scindant de manière remarquable l’édifice de spectacle en deux zones parfaitement symétriques.

11Les travaux de réfection engagés à l’intérieur de ces trois espaces, qui ont consisté pour l’essentiel en une évacuation de la boue qui avait envahi les caves, ont permis de progresser dans l’analyse des maçonneries, particulièrement au niveau des murs de cloisonnement antique. Nous avons retrouvé, comme pour le théâtre, quelques murs en opus caementicium dotés de blocs en grand appareil aux extrémités et au niveau des assises de fondation. Les parements de ces murs sont également réalisés avec des moellons de même nature et de mêmes dimensions ; les joints sont aussi soulignés au fer avec le même soin.

12Les premiers éléments de datation (céramiques) issus des fondations de cet édifice placent le commencement des travaux durant la même période que ceux du théâtre, ce qui dans ce cas indique que cet ensemble appartient bien à un ensemble monumental dont la construction concertée est attribuable au début du règne des Julio-Claudiens.

13Cet ensemble de trois nefs peut être interprété comme le probable soubassement (ou comme le podium) d’un temple, peut-être le Capitole dominant le forum de la cité.

14DE MICHÈLE Patrick

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan des structures antiques découvertes

Fig. n°1 : Plan des structures antiques découvertes

Auteur(s) : De Michèle, Patrick. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan des structures antiques découvertes
Crédits Auteur(s) : De Michèle, Patrick. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/6037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Patrick de Michèle, « Apt – Caves du centre historique », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6037

Haut de page

Responsable d'opération

Patrick de Michèle

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org