Navigation – Plan du site
2007

L'environnement archéologique du théâtre antique de Montaudon

Responsable(s) des opérations : Christian Le Barrier
Notice rédigée par : Christian Le Barrier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 97

Date de l'opération : 2007 (PT)

1Le théâtre avait fait l’objet d’une étude de bâti et d’un diagnostic en 2005, reconduits en 2006 (BSR 2005, p. 116-119 ; BSR 2006, p. 130-134, Christian Le Barrier). Considérant l’avis de la commission interrégionale de la recherche archéologique (CIRA), le projet 2007 de nouveaux sondages dans la cavea et aux abords du théâtre a du être suspendu. La CIRA a jugé en effet qu’une fouille ne pouvait pas être autorisée tant qu’il n’y aurait pas de projet de mise en valeur de la part des collectivités. Dans cette perspective, l’acquisition des parcelles par la commune de Ceyrat apparaît comme un préalable incontournable et monsieur le maire de Ceyrat a été sollicité dans ce sens. La CIRA a en outre préconisé que le théâtre soit inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, ce qui permettrait à la commune d’obtenir des subventions dans le cadre de la consolidation du mur de scène, déchaussé et qui déverse de façon importante vers l’aval. Un dossier pourra être présenté à la commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS), dès que la question de l’acquisition des parcelles sera résolue. Pour ces raisons, l’intervention a porté cette année sur une approche spatiale élargie afin que puissent être mises en évidence d’éventuelles structures associées (temple(s), bâtiments connexes, voies, etc.).

2Une prospection électromagnétique, engagée par Ginger BTP Solen, a été mise en œuvre en novembre 2007, après débroussaillage par une entreprise. Cette intervention a fait l’objet d’un exercice de travaux pratiques par un groupe d’étudiants de 5e  année de la faculté de géologie de Clermont-Ferrand (sous la conduite de Jean-Claude Besson). Un demi-hectare a ainsi été prospecté, après avoir fait l’objet d’une campagne de débroussaillage.

3Les résultats de cette prospection sont de prime abord très perturbants, dans la mesure où aucune des deux méthodes mises en œuvre (EM 31 et panneaux électriques) ne permet de vérifier l’existence de vestiges attestés par les sondages. Après discussion avec l’entreprise, il apparaît que les vestiges de taille décimétriques jusqu’à la taille métrique ne sont pas ou faiblement décelés dans ces sols marneux très conducteurs. Dans ces conditions, il devient tout à fait concevable que la majorité des structures connues, sur lesquelles a porté la prospection, n’a pas été décelée. A contrario, les anomalies recensées doivent correspondre à des perturbations importantes (murs épais en place ou forte accumulation de matériaux). L’importante anomalie repérée dans le centre de la zone prospectée se trouve vérifiée par la réalisation de deux panneaux électriques dont les résultats confortent les données acquises en plan. L’identification de cette zone ouvre de nouvelles perspectives de recherches et il serait souhaitable que des sondages de diagnostic archéologique puissent y être réalisés.

4Il sera nécessaire de procéder à un « étalonnage » de la prospection sur des zones de vestiges reconnus et de forte épaisseur (murs de cavea des deux états du théâtre dégagés en 2006) et non pas sur des secteurs à vestiges supposés par restitution et (ou) de faible densité. Un essai de restitution 3D du théâtre a été entrepris avec des étudiants conduits par Chrisophe Bascoul, professeur agrégé à l’IFMA (institut français de mécanique avancée, université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand). Compte tenu des données archéologiques, somme toute limitées, l’ambition de cette restitution vise de façon simple leur confrontation avec la morphologie du terrain et une animation dans le cadre d’une présentation grand public.

5L’étude physicochimique entreprise par Jérôme Amadon, dans le cadre d’un master encadré par Jean-Claude Besson et Gérard Torrent, sur les mortiers de l’aqueduc du Colombier à Chamalières avait permis d’affiner la connaissance des caractéristiques des matériaux employés et leur mise en œuvre. Cette approche physicochimique générale a été étendue à d’autres sites concernés par le PCR atlas topographique d’Augustonemetum, notamment sur le théâtre où des prélèvements de mortiers ont été faits en 2007. En 2008, l’étude pourra être prolongée sur le monument public place de la Victoire à Clermont-Ferrand.

6Le Barrier Christian

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christian Le Barrier, « L'environnement archéologique du théâtre antique de Montaudon », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/6008

Haut de page

Responsable d'opération

Christian Le Barrier

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org