Navigation – Plan du site
2007

Polignac – Les Costes, Grotte de Sainte-Anne I

Responsable(s) des opérations : Jean-Paul Raynal
Notice rédigée par : Jean-Paul Raynal

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 116

Date de l'opération : 2007 (FP)

1Seul site stratifié répertorié du stade isotopique 6 en région Auvergne, la grotte de Sainte-Anne I est connue pour ses outillages du Paléolithique moyen ancien majoritairement façonnés en roches volcaniques (BSR 1993, p. 46 ; BSR 1994, p. 54 ; BSR 1995, p. 45-46 ; BSR 1996, p. 41-43 ; BSR 1997, p. 46 ; BSR 2006, p. 65-67, Jean-Paul Raynal). C’est une petite cavité d’une cinquantaine de mètres carrés accessibles ouverte au sud. La campagne de fouilles proprement dite s’est déroulée 22 juillet au 14 septembre 2007 et a été suivie par une session d’étude des vestiges qui s’est achevée le 12 novembre. Elle a été conduite avec une équipe composée de fouilleurs bénévoles, de stagiaires en master d’archéologie, de doctorants et de chercheurs des UMR 5199 et 6042.

2Les fouilles ont été conduites dans la cavité et en avant du porche, dans tous les niveaux présents dans ces zones (J1, E1, J2, J2a, J2c, JBr, E2 et le sommet de J3, mais principalement J2 et ses sous-unités) sur une superficie de 41 m2 . Le matériel recueilli en 2007 est très abondant, tant en ce qui concerne le lithique – quartz roches volcaniques, silex – que la faune, toujours très fragmentée en raison des actions périglaciaires, mais avec quelques pièces intéressantes. Plusieurs faits nouveaux ont été établis lors des fouilles 2007 :

3   – confirmation de la présence de silex brûlés : outre l’intérêt palethnographique, ceci ouvre de nouvelles perspectives de datations ;

4   – confirmation d’imports de silex lointains, de la Comté d’Auvergne et surtout du Bas-Beaujolais, ce qui renforce le rôle des vallées nord-sud de l’Allier et de la Loire comme axes de circulation des populations, outre les déplacements transversaux méridionaux multipolaires déjà attestés ;

5   – confirmation de la présence du Lion des cavernes parmi la faune.

6Les diverses informations récoltées nous confortent dans l’idée que les occupations du site de Sainte-Anne I correspondent à de courts séjours de chasses orientées vers l’exploitation de biotopes variés dans un schéma d’occupation de l’espace régional dont les polarités et le tempo restent encore à établir.

7Le corpus des objets en silex de J2 représente 1 370 individus, dont 558 découverts lors de la campagne 2007. Cet ensemble lithique constitue un spectre relativement large de ressources locales et régionales. Sur la totalité des objets recueillis lors des campagnes 2006 et 2007, quarante types et sous types génétiques ont été collectés par les occupants de Sainte-Anne I, dans trois zones spécifiques :

8   – la majorité des objets a pu être collectée en zone proximale (au moins 1 076), dans le bassin du Puy-en-Velay ;

9   – les gîtes remarquables exploités en zone régionale (entre 20 km et 45 km), représentent moins de 10 % des silex abandonnés dans l’unité J2. Leur exploitation confirme tout de même une connaissance quasi parfaite du milieu minéral à l’intérieur du massif ;

10   – le point marquant établi en 2007 est l’importance de l’activité aux limites du territoire minéral exploité. Elle ne se matérialise pas par un grand nombre de silex abandonnés dans le site, mais témoigne de la variabilité et de l’éloignement des sources. Au nord Laps, Arlanc et Madriat (Puy-de-Dôme), au sud Naussac et sa multitude de types jurassiques et crétacés, à l’ouest Saint-Léger-du-Malzieu (Lozère) et à l’est le Mazet (Haute-Loire) ;

11   – mais le fait le plus marquant est la localisation du silex oolithique F39 formations bathoniennes (j2) des Monts du Bas-Beaujolais (Rhône), dont les oolithes sont visibles à l’œil nu. Contrairement à de nombreuses idées reçues, c’est le premier cas de silex marqueur de déplacements, des hommes ou de la matière, reconnu avec certitude pour le Paléolithique moyen à l’intérieur du Massif central. L’étude pétroarchéologique en cours remet en effet totalement en question un grand nombre d’hypothèses émises par Annie Masson en 1981 : la quasi totalité des silex déterminés par elle comme exogènes pour le Moustérien du Velay est en effet disponible en position secondaire, aux limites de la sphère de subsistance minimum définie pour les niveaux J1 et J2 de Sainte-Anne I (Fig. n°1 : Sphère minimum de subsistance pour le niveau J1, J2 du site de Sainte-Anne I ; axes de déplacements lointains et interface avec la sphère du site ) .

12La fouille 2007 a livré 641 objets coordonnés en roches volcaniques, auxquels s’ajoutent les objets de petite taille non coordonnés et issus du tamisage. Nous avons identifié plusieurs faciès lithologiques principaux. La quasi-totalité des roches représentées est patinée, ce qui  tend à les éclaircir et introduit un risque de confusion entre basalte banal à pâte fine et basalte noir compact. L’étude détaillée des lames minces est en cours et permettra d’affiner le diagnostic pétrographique.

13L’étude de l’industrie lithique découverte en 2007 a été partiellement conduite en parallèle avec les travaux de fouille et avec l’analyse détaillée du matériel de J2 provenant des fouilles antérieures. Elle se poursuit dans le cadre de la préparation de la thèse de Carmen Santagata. Aucun élément vraiment nouveau n’est à signaler : les roches volcaniques et le quartz ont été débités selon une chaîne opératoire discoïde, alors que pour les différents types de silex, on a privilégié le débitage Levallois pour tirer le parti maximum de la morphologie initiale du matériau (plaquettes). Les différentes étapes des chaînes mises en œuvre sont attestées dans le site (Fig. n°2 : Produits de plein débitage et nucléus en roches volcaniques, unité J2 ) .

14La faune exhumée en 2007 comprend 3 765 restes, dont 3 529 fragments non déterminés. Les carnivores sont représentés par 18 restes, soit 0,48 % de l’effectif total et 7,63 % de la faune déterminée. Avec 218 restes, les herbivores représentent 5,79 % du total de la faune et 92,37 % de la faune déterminée. Panthera spelaea est représenté par quatre restes dentaires (Fig. n°3 : Panthera spelaea. Canine inférieure droite. P27-284, c.J2c et P3 inférieure gauche. Q27-408, c.J2c) qui appartiennent peut-être à deux individus, l’un adulte, l’autre beaucoup plus âgé ; Canis lupus est représenté par une unique I3 inférieure et Vulpes vulpes par 9 restes dentaires et des éléments du squelette post. Parmi les Cervidae, outre la présence « habituelle » dans la faune de Sainte-Anne I de Rangifer tarandus, on notera celle, probable, de Capreolus capreolus, le chevreuil, dans la couche J2c. Enfin, Cervus elaphus est représenté par seulement une P3 supérieure gauche (c.J1base) et par une portion dorsale de diaphyse de métatarse (c.J2a). Le cheval, Equus caballus ssp. est représenté par 18,22 % des restes déterminables et 19,72 % des herbivores. Si la morphologie des dents permet une attribution certaine à l’espèce caballus, l’effectif étudié, en revanche, ne permet pas d’identifier la sous-espèce, même s’il s’agit sans doute d’un cheval d’assez grande taille. Equus hydruntinus est seulement représenté dans la couche J2c par deux restes dentaires morphologiquement et dimensionnellement typique de l’espèce. Enfin, pour en finir avec les Périssodactyles, on notera la présence de trois restes dentaires (appartenant sans doute un seul individu) attribuables à Coelodonta antiquitatis dans la couche E2.

15D’un point de vue paléoenvironnemental, cette faune présente indiscutablement un caractère froid, avec une  nette composante arctique. Toutefois et tout en restant prudent car l’effectif étudié est encore faible et nos arguments fragiles, la présence probable de Capreolus capreolus et celle, certaine, d’Equus hydruntinus dans la couche J2c sembleraient témoigner d’une petite amélioration du climat.

16Du point de vue taphonomique, la gélifraction est l’un des processus post-dépositionnels les plus destructeurs, fragmentant intensément le stock osseux initial. Le taux de détermination obtenu par les études antérieures est de 7,7 %, ce qui est assez faible par rapport à ceux d’autres gisements archéologiques sous grotte ou abri qui avoisinent généralement les 12 ou 13 %. Dans l’état actuel de l’analyse, 30 % des pièces présentent une fragmentation en « piles d’assiettes ». Par ailleurs, une large partie des surfaces osseuses est abrasée, certaines pièces semblant même avoir été « roulées », rendant leur lecture impossible. Les traces de boucherie ainsi que les fractures effectuées sur os frais sont a priori assez fréquentes, puisque à ce stade respectivement 17,2 % et 70 % des restes en comportent. En revanche, aucune trace de dent ou de digestion par des carnivores n’a encore été observée. Les os brûlés sont pour le moment également absents. L’analyse de l’éruption et de l’usure dentaire, ainsi que celle de la représentation anatomique permettront d’aborder les stratégies d’acquisition des carcasses.

17Raynal Jean-Paul, Camille Deaujard, Paul Fernandes, Jean-Luc Guadelli, Guy Kieffer et Carmen Santagata

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Sphère minimum de subsistance pour le niveau J1, J2 du site de Sainte-Anne I ; axes de déplacements lointains et interface avec la sphère du site 

Fig. n°1 : Sphère minimum de subsistance pour le niveau J1, J2 du site de Sainte-Anne I ; axes de déplacements lointains et interface avec la sphère du site 

Auteur(s) : Raynal, Jean-Paul (CNRS) ; Fernandes, Paul. Crédits : Fernandes, Paul ; Raynal, Jean-paul (2007)

Fig. n°2 : Produits de plein débitage et nucléus en roches volcaniques, unité J2 

Fig. n°2 : Produits de plein débitage et nucléus en roches volcaniques, unité J2 

Auteur(s) : Raynal, Jean-Paul (CNRS). Crédits : Raynal, Jean-Paul (2007)

Fig. n°3 : Panthera spelaea. Canine inférieure droite. P27-284, c.J2c et P3 inférieure gauche. Q27-408, c.J2c

Fig. n°3 : Panthera spelaea. Canine inférieure droite. P27-284, c.J2c et P3 inférieure gauche. Q27-408, c.J2c

Auteur(s) : Raynal, Jean-Paul (CNRS). Crédits : Raynal, Jean-Paul (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Sphère minimum de subsistance pour le niveau J1, J2 du site de Sainte-Anne I ; axes de déplacements lointains et interface avec la sphère du site 
Crédits Auteur(s) : Raynal, Jean-Paul (CNRS) ; Fernandes, Paul. Crédits : Fernandes, Paul ; Raynal, Jean-paul (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. n°2 : Produits de plein débitage et nucléus en roches volcaniques, unité J2 
Crédits Auteur(s) : Raynal, Jean-Paul (CNRS). Crédits : Raynal, Jean-Paul (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. n°3 : Panthera spelaea. Canine inférieure droite. P27-284, c.J2c et P3 inférieure gauche. Q27-408, c.J2c
Crédits Auteur(s) : Raynal, Jean-Paul (CNRS). Crédits : Raynal, Jean-Paul (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5849/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Paul Raynal, « Polignac – Les Costes, Grotte de Sainte-Anne I », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5849

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Paul Raynal

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org