Navigation – Plan du site
2007

Brissay-Choigny – Les Courts Marchés, Secteur C

Responsable(s) des opérations : Sophie Oudry
Notice rédigée par : Sophie Oudry

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9257

Date de l'opération : 2007 (EV)

1À l’occasion du projet d’extension de l’exploitation de sables et granulats sur la commune de Brissay-Choigny (Aisne - Carrières et Ballastières de Picardie), un diagnostic archéologique avait mis au jour en 2004 des aménagements de bois dans la haute vallée de l’Oise. L’ensemble de la vallée de l’Oise et de ses affluents est bien connu pour avoir été occupé très tôt, au moins depuis le Néolithique. Les zones marécageuses ne rebutaient pas les premiers habitants de cette zone car de nombreux sites du Néolithique jusqu’au Moyen Âge ont été mis au jour grâce au programme de surveillance archéologique des carrières.

2Suite à ce diagnostic, une fouille préventive s’est déroulée aux mois de septembre et octobre 2007. Une équipe de l’Inrap a décapé mécaniquement la surface prescrite de 12 000 m². Dans le contexte humide de fond de vallée sont apparues les traces du cours d’un ancien bras de l’Oise. En effet, sur l’ensemble de la zone décapée, plusieurs secteurs se distinguent. Au sud, nous sommes en présence d’un dôme de grave hérité du Pléniglaciaire (vers - 65 000 ans). Les zones basses entourant ce dôme ont ensuite été comblées durant la période tardiglaciaire (17 000 BP à 11 800 BP). Plus tard, au cours de l’Holocène (à partir de -10 000 ans), les écoulements de la rivière creusent un chenal orienté nord-ouest–sud-est (chenal principal) que nous avons mis au jour sur les deux tiers nord de la surface décapée. Ensuite, ce chenal se sédimente à nouveau à une période encore incertaine ; d’autres écoulements importants sont à l’origine du chenal secondaire localisé dans la partie sud du chenal principal.

3La dernière étape de ce processus complexe de formation de la vallée de l’Oise telle que nous la connaissons est la sédimentation du fond de la vallée de l’Oise qui a partiellement dessiné le cours actuel de la rivière. Les vestiges découverts sont principalement liés au chenal secondaire : deux aménagements de craie ont été  installés dans la partie ouest du site, de part et d’autre du chenal secondaire. Les deux plateformes sont constituées de craie et cailloutis damés et de blocs de craie sur le pourtour. Leur fonction exacte est encore inconnue, mais la présence d’une très grande quantité de mobilier métallique laisse penser qu’il s’agirait des deux extrémités d’un gué aménagé et utilisé au début de la période romaine (Iers. - IIes. apr. J.-C.).

4Au centre du site, toujours sur le chenal secondaire, deux autres aménagements ont été fouillés : il s’agit là de deux ensembles de pieux en chêne installés par paires. L’un des deux aménagements est présent sur toute la largeur du chenal et pourrait donc correspondre à une passerelle ou un pont. Le deuxième aménagement, en revanche, ne traverse pas le chenal et est interprété à l’heure actuelle comme un ponton ou une aire de travail au-dessus de l’eau. La très bonne conservation des pieux dans ce milieu humide a permis l’intervention d’un dendrochronologue : les pieux ont été prélevés et sont en cours de datation (les premières observations  les rattachent à la période mérovingienne – autour du VIes. apr. J.-C.).

5Le mobilier archéologique, très bien conservé, est majoritairement composé d’éléments métalliques (clous de haussure et de charpente, monnaies de bronze et d’argent, hameçons et plombs de pêche, cloches), mais un peigne en os a aussi été découvert. Les premières observations des monnaies permettent, notamment, de dater l’occupation d’une partie du site : les deux aménagements de craie à l’ouest dateraient des Iers. et IIes. et la zone plus à l’Est aurait quant à elle été occupée aux IIIes. et IVes.

6Les études spécialisées sont actuellement en cours : elles portent aussi bien sur le mobilier (monnaies, mobilier métallique) que sur l’environnement du site [ (Fig. n°1 : Plan des vestiges et hypothèse de fonctionnement) et (Fig. n°2 : Recto et verso de la monnaie numéro 85 attribuées aux Suessiones )]. Face au grand nombre de petits morceaux de bois présents dans le sédiment du chenal, nous avons prélevé quelques litres de ce sédiment afin que les xylologues puissent  déterminer de quelle essence de bois il s’agit. De même, des prélèvements de sédiments ont également été réalisés pour rechercher des pollens. Ces deux études permettront peut-être de restituer le cadre naturel à l’époque où les gués étaient utilisés, mais également de déterminer si l’environnement avait déjà été transformé par l’homme.

7OUDRY Sophie

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan des vestiges et hypothèse de fonctionnement

Fig. n°1 : Plan des vestiges et hypothèse de fonctionnement

Auteur(s) : Oudry, Sophie (INRAP) ; Mariette, Éric (INRAP). Crédits : INRAP (2007)

Fig. n°2 : Recto et verso de la monnaie numéro 85 attribuées aux Suessiones

Fig. n°2 :                                                                           Recto et verso de la monnaie numéro 85 attribuées aux Suessiones

Auteur(s) : Oudry, Sophie (INRAP). Crédits : INRAP (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan des vestiges et hypothèse de fonctionnement
Crédits Auteur(s) : Oudry, Sophie (INRAP) ; Mariette, Éric (INRAP). Crédits : INRAP (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. n°2 : Recto et verso de la monnaie numéro 85 attribuées aux Suessiones
Crédits Auteur(s) : Oudry, Sophie (INRAP). Crédits : INRAP (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sophie Oudry, « Brissay-Choigny – Les Courts Marchés, Secteur C », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 23 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5778

Haut de page

Responsable d'opération

Sophie Oudry

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org