Navigation – Plan du site
2007

Mesnil-Domqueur – Le Village

Responsable(s) des opérations : Bernard Petit
Notice rédigée par : Bernard Petit

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9152

Date de l'opération : 2007 (SD)

1Découvert fortuitement fin 2005 le vaste souterrain aménagé situé sous le centre du village est toujours en cours d’étude. Les consolidations apportées dans les zones fragiles en 2006 et 2007 permettront de le conserver dans son intégralité et de le présenter comme un modèle des  souterrains de type « muche » en Picardie. Ceux-ci adoptent en effet un style architectural bien particulier et bien que jamais identiques ils présentent de grandes similitudes dans l'organisation générale des espaces intérieurs ; les plans sont conçus selon la même idée et ils ne diffèrent vraiment que par leur étendue.

2L’ensemble creusé dans la craie se développe sur un plan horizontal à 12 m de profondeur. L’entrée s’ouvre devant le portail de l’église. Une trappe permettait d’accéder verticalement (grâce à une échelle ?) à une longue rampe surmontée par une voûte à redans. Seul ce couloir d’accès qui traverse les niveaux argileux instables est pourvu d’un appareillage composite (moellons de craie, silex, briques) ; le reste du réseau ne présente aucun renfort particulier.

3Dans le haut de la rampe, deux feuillures distantes de 4 m signalent la présence de portes en bois. Le souterrain se compose de deux longues galeries rectilignes bordées par 46 salles (certaines doubles) le plus souvent rectangulaires et parallèles entre elles. Chaque entrée de salle présente des feuillures attestant la  présence d’un bâti de porte. Deux cheminées ou puits d’extraction et un puits à eau communiquent avec le réseau.

4Les résultats des sondages effectués en de nombreux points de ce réseau préservé permettent dès à présent de préciser la chronologie des occupations et de proposer une fonction primitive à cette catégorie d’ouvrage.  

5Il convient de distinguer trois périodes principales de fréquentation :

6    - la première époque d’occupation, qui fait suite à la réalisation du souterrain, est datée du milieu du XVIIe s. (années 1640-1650, période française de la guerre de Trente Ans) ; elle s’achève avec la récupération des structures en bois abandonnées (portes de salles).

7    - la seconde période correspond à une tentative de réutilisation du réseau et à des travaux d’agrandissements en longueur de nombreuses chambres. Mais ces aménagements resteront inachevés et les déblais de craie ne seront que partiellement évacués. Ces événements  peuvent être placés dans le dernier tiers du XVIIe s. ou au tout début du XVIIIe s. (guerre de Succession d’Espagne, 1701-1714).

8    - durant la dernière phase de fréquentation, avant la fermeture de l’accès, le souterrain ne connaît plus que des visites de villageois qui marquent leur passage par des graffiti patronymiques (les plus récents sont accompagnés de la date de 1729).

9L’étude des aménagements conservés amène à s’interroger sur la destination première du réseau. Les salles étaient toutes fermées par une porte en bois d’une hauteur comprise entre 1,00 m et 1,40 m. Dans les feuillures, les espaces entre les bâtis et la paroi étaient soigneusement colmatés à l’aide d’argile. Au niveau du seuil le sol était relevé pour masquer la traverse inférieure et assurer l’étanchéité. Ces ouvertures ne possèdent aucun système apparent destiné à les barricader de l’intérieur. Lors de la découverte, la communication avec le puits à eau était soigneusement murée et rendue étanche de l’intérieur. Ces dispositifs qui conduisaient à maintenir globalement une atmosphère confinée contredisent clairement la théorie encore largement véhiculée de refuge pour les villageois et leurs troupeaux.

10De fait les aménagements fonctionnels qui pourraient témoigner d’activités domestiques ou d’une vie souterraine prolongée sont absents. Le petit mobilier qui accompagne habituellement les zones d’habitat est quasi inexistant dans des salles qui semblent avoir été nettoyées après chaque utilisation. Ce matériel archéologique reste rare dans les couloirs où il se trouve très dispersé (éléments d’huisseries, tessons de céramiques et quelques monnaies). En réalité les successions de salles faiblement ventilées aux portes surbaissées, évoquent des alignements de petits magasins davantage conçus pour stocker les biens et les récoltes que pour abriter une population et son bétail.

11Ces remarques concernant la destination première des muches pendant plusieurs décennies d’hostilités sur la frontière du royaume n'excluent pas qu'en cas de péril imminent ou lors d’hivers particulièrement rigoureux (1708-1709), une partie de la population pouvait se réfugier provisoirement dans ces greniers souterrains.

12PETIT Bernard (BEN)

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bernard Petit, « Mesnil-Domqueur – Le Village », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5764

Haut de page

Responsable d'opération

Bernard Petit

AUTRE

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org