Navigation – Plan du site
2007

Vieux-Moulin – Saint-Pierre-en-Chastre

Responsable(s) des opérations : Sylvain Canet
Notice rédigée par : Sylvain Canet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9288

Date de l'opération : 2007 (SD)

1Le sondage fait suite à une demande du SRA de Picardie dans le cadre d’une sensibilisation à l’archéologie en milieu forestier, destinée aux agents ONF. Le site de hauteur de Saint-Pierre-en-Chastre sur la commune de Vieux-Moulin, en forêt de Compiègne, connu pour une occupation sur différentes périodes (Préhistoire, âge du Bronze final, LaTène finale et gallo-romaine) a été choisi également car il pourrait être soumis à des aménagements dans les années à venir. Le sondage a en cela un peu valeur de  pré-diagnostic.

2La problématique visait à comprendre si, (et à quel point) le rempart était concerné à cet endroit par les reconstitutions opérées par Viollet-Le-Duc, et éventuellement, à recueillir des informations sur sa construction initiale et sur  l’occupation du site. Ce secteur a notamment été choisi car le sud et le nord avaient déjà été abordés (Viollet-Le-Duc au XIXe s. et M. Jouve, 1972). Nous avons pratiqué manuellement une première tranchée sur une longueur de près de quatre mètres pour une largeur d’un mètre, dans laquelle un sondage plus profond a été réalisé pour observer la nature du sol géologique. Dans l’alignement de cette tranchée, plus à l’intérieur de  l’enceinte, un autre carré d’un mètre de côté a été ouvert.

3Devant le peu de résultats observables et la gêne occasionnée par la végétation pour sonder le talus plus en son centre, une deuxième tranchée parallèle a été pratiquée juste au nord, sur 7 m de long. Au besoin des observations, une petite fenêtre est venue agrandir cette deuxième tranchée dans le contrebas du talus. La surface ouverte sur l’ensemble du sondage représente 15 m2 environ. Pour la deuxième tranchée le sol géologique n’a pas été atteint sur toute la surface recouverte par le talus, notamment vers son centre.

4Le sondage, qui coupe sur le rebord ouest du plateau du Mont-Saint-Pierre, une petite moitié du talus d’enceinte sur son côté intérieur, a révélé une partie des  « reconstitutions » opérées sur ce site par Viollet-Le-Duc lors des fouilles commandées par Napoléon III.

5Une bonne partie de la stratigraphie fouillée présente en effet un caractère rapporté. En outre, du mobilier moderne (tuiles ou briques) a été mis au jour, mêlé à du mobilier de l’âge du Bronze final de culture RSFO, à la base du premier niveau, voire le sommet du deuxième, dans une terre très meuble.

6Dans la deuxième couche on a observé un massif constitué de blocs de calcaire à nummulites qui semblent organisés pour consolider le talus en retenant la terre. Son origine demeure incertaine. Rien ne vient de façon certaine prouver que cette couche soit partie des reconstitutions de Viollet-Le Duc. Seul son caractère assez meuble, inciterait à retenir cette interprétation.

7Le dernier niveau mis au jour dans la partie inférieure du sondage, avec tessons de céramique et restes de faune écrasés à son sommet, pourrait s’avérer en place et appartenir à une enceinte originelle de façon plus certaine. Le mobilier des deuxième et troisième niveaux est homogène et comparable à celui du premier niveau (Bronze final RSFO).

8En contrebas du talus, un empierrement est apparu presque directement sous le niveau du sol actuel. Son interprétation - assainissement d’un chemin ancien sur le pourtour intérieur du talus, éboulis du talus ou système de caisson de consolidation - reste indéterminée, tout comme sa datation. On retrouve en effet au dessus de cet empierrement le même mobilier de l’âge du Bronze que dans le premier niveau du talus et donc peut-être rapporté dans le même temps. Sous cet empierrement et semble-t-il comblée par lui, est apparue directement creusée dans le sol géologique, une structure de forme grossièrement circulaire, même si son extension n’a pas été définie par ce sondage restreint. On n’exclut pas que ces derniers éléments soient la trace de la présence de structures d’habitat aux abords du talus.

9À l’issue du temps imparti par l’arrêté de prescription, nous avons procédé au bâchage pour protection et éventuellement reprise de la tranchée la plus parlante ainsi qu’au rebouchage de l’ensemble du sondage.

10Seules des fouilles programmées - englobant talus, fossés extérieurs et chemin intérieur ainsi que des sondages plus au cœur de l’enceinte - pourraient apporter des informa-tions précieuses sur la teneur et l’extension des reconstitutions opérées par Viollet-Le-Duc d’une part, sur l’existence d’une enceinte originelle, sa datation et son évolution d’autre part, et enfin sur le statut des différentes occupations du site dans la longue durée.

11CANET Sylvain

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sylvain Canet, « Vieux-Moulin – Saint-Pierre-en-Chastre », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 22 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5734

Haut de page

Responsable d'opération

Sylvain Canet

COLL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org