Navigation – Plan du site
2007

Ciry-Salsogne – La Cour Maçonneuse

Responsable(s) des opérations : Pascal Le Guen
Notice rédigée par : Pascal Le Guen

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9244

Date de l'opération : 2007 (FP)

1Le site est implanté en rive gauche de la vallée de la Vesles, à environ1km de sa confluence avec l’Aisne, à une dizaine de kilomètres en aval de Soissons. Situé à 500 m de la rivière, l’opération de fouille est localisée en fond de vallée où le substrat est principalement constitué d’alluvions sablo à limono-graveleuses recouvertes partiellement de limons sableux oxydés. L’opération concernait initialement une surface de 6 500 m² mais les décapages industriels menés pendant la durée de notre intervention ont permis de porter les observations sur une surface  rectangulaire de 170 m x 70 m.

2Hormis la présence de quelques fosses et fossés d’enclos du XXes. dont trois grandes fosses quadrangulaires d’origine militaire, les principales destructions anciennes du site sont relatives à l’exploitation d’une carrière au cours du XIXes., liée à la construction de la voix de chemin de fer reliant Soissons à Reims. L’exploitation manuelle sur 2,5 m de profondeur visait à recueillir du ballaste par criblage est à rejeter sur place les éléments les plus fins.

3Cette exploitation ancienne à détruit environ un tiers de la surface décapée.

4L’occupation archéologique principale est constituée de trente-cinq fosses à incinération de l’âge du Bronze final, réparties en plusieurs secteurs. Deux monuments fossoyés de formes subquadrangulaires partiellement détruits ont pu être observés. Les fosses présentent en surface des formes majoritairement circulaires, parfois très régulières ou plutôt irrégulières dans d’autres cas. Quelques fosses présentent une forme très nettement quadrangulaire, bien qu’aucune présence de coffrage n’ait pu être mise en évidence. La conservation de ces fosses varie de quelques centimètres à plusieurs décimètres. Concernant les fosses les plus profondes et par conséquent les moins érodées par les labours, le comblement supérieur constitué du substrat local recouvre nettement les rejets cendreux toujours localisés au fond des fosses.

5La grande majorité des dépôts est constituée d’ossements diffus mélangés aux cendres provenant du bûcher. Dans deux cas une forte concentration d’ossements trahit l’utilisation d’un contenant périssable dont les formes n’ont pu être identifiées, à cause des perturbations des dépôts.

6Deux dépôts d’ossements ont été réalisés en urne, dont l’une, recouverte d’une dalle calcaire, a pu être intégralement reconstituée, tandis que l’autre, fortement écrêtée par les labours et fouillée au cours de l’opération de diagnostic, révèle le pied d’une forme haute.

7Quelques fosses ont livré des tessons épars qui ont permis dans un cas de reconstituer le profil partiel d’un gobelet à épaulement pourvu d’une cannelure large. Le mobilier métallique est constitué de viroles en bronze, d’un anneau en fil de bronze, d’une probable attache en bronze de fonction non déterminée avec certitude à ce jour, et d’un anneau en bronze doré à la feuille, communément dénommé hair ring (Fig. n°1 : Mobilier métallique (éch. : 1) ). Ce dernier est du type le plus courant dans la vallée de l’Aisne (Ø 11 mm, poids < 1g).

8Comme nous l’avions déjà mis en évidence pour la nécropole de Presles-et-Boves, les éléments en bronze sont systématiquement relatifs à l’habillement ou à de la parure et ont subi l’action de la crémation.

9La nécropole n’a pu être appréhendée dans son intégralité, à cause de la destruction du site au sud par une exploitation datant de la fin du XXes. et à l’est ainsi que sur une part du secteur étudié par l’exploitation du XIXes. L’opération de diagnostic et le décapage ont montré les limites de l’extension de la nécropole au nord et à l’ouest. Dans ces conditions, il est difficile d’évaluer l’importance quantitative de cette nécropole, mais elle se situe néanmoins dans les groupes de nécropole moyenne ou grande définies pour la vallée de l’Aisne pour cette phase chronologique.

10De plus, son implantation géographique, située dans une zone de confluence déjà documentée pour cette phase rend compte d’un maillage assez dense d’occupations funéraires dans ce secteur (Fig. n°2 : Mobilier céramique (éch. : 1/3) ) et permet d’appréhender des différences de statut entre ces nécropoles, tel qu’on a déjà pu l’envisager pour les sites d’habitat du Bronze final.

11Le mobilier funéraire est relativement rare et les seuls éléments caractéristiques indiqueraient une occupation attribuable au Hallstatt A2/B1 de Reinecke, soit l’étape moyenne de l’âge du Bronze final.

12LE GUEN Pascal 

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Mobilier métallique (éch. : 1)

Fig. n°1 : Mobilier métallique (éch. : 1)

Auteur(s) : Le Guen, Pascal (INRAP). Crédits : INRAP (2007)

Fig. n°2 : Mobilier céramique (éch. : 1/3)

Fig. n°2 : Mobilier céramique (éch. : 1/3)

Auteur(s) : Le Guen, Pascal (INRAP). Crédits : INRAP (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Mobilier métallique (éch. : 1)
Crédits Auteur(s) : Le Guen, Pascal (INRAP). Crédits : INRAP (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. n°2 : Mobilier céramique (éch. : 1/3)
Crédits Auteur(s) : Le Guen, Pascal (INRAP). Crédits : INRAP (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5710/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascal Le Guen, « Ciry-Salsogne – La Cour Maçonneuse », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5710

Haut de page

Responsable d'opération

Pascal Le Guen

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org