Navigation – Plan du site
2007

Méru – La Queue de Vignoru

Responsable(s) des opérations : Stéphane Beaujard
Notice rédigée par : Stéphane Beaujard

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9176

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Un projet d’extension de la ZAC est à l’origine du diagnostic archéologique. L’endroit se situe dans une vallée secondaire orientée globalement nord-sud, marquée au point le plus bas par le passage du Ru de Méru. Les sondages ont été réalisés sur le versant ouest. Le secteur ouest culmine à environ 90 m NGF sur une position de plateau dont les terrains affleurants sont une formation du quaternaire caractérisé par des limons à silex. En bas de versant à l’est, l’altitude atteint 76 m NGF en surface à laquelle il faut ôter deux mètres (si l’on considère l’altitude ouvrant sur les niveaux d’occupation placés sous les colluvions postérieures au Moyen Âge), soit une pente de près de 10 %. Un sondage profond a été réalisé après la rupture de pente. Il livre deux séquences de limons argileux homogènes sur environ deux mètres d’épaisseur, lesquels surmontent un horizon de lœss d’un mètre environ, assis sur un sable jaune orangé.

2Un deuxième sondage profond placé en bas de versant a permis de témoigner sous deux niveaux de colluvions la présence d’un paléochenal, certainement lié au  passage du Ru de Méru.

3La vallée de l’Esches, notamment au niveau de la commune de Méru, est un lieu d’occupations diachroniques très denses. Des prospections anciennes attestent d’une colonisation de la vallée dès le Paléolithique ancien.

4Les différentes investigations de diagnostics menés sur le secteur depuis le début des années 1990 - pour certains suivis de fouilles préventives - s’inscrivent dans le cadre d’une surveillance archéologique systématique. Elles ont été révélatrices de l’implantation diachronique des sociétés humaines dans la vallée (à l’instar de la ZAC des « Portes de l’Oise » localisée plus au sud sur la commune de Chambly, située peu avant la confluence de l’Esches et de l’Oise).

5On retrouve donc en secteur méruvien l’attrait de ces peuplements sur les deux versants de la vallée. Certains sont bien antérieurs à la création du vocable de la ville car ils correspondraient à une implantation influencée par le cours supérieur de l’Esches. Ainsi depuis 1994, les interventions menées par P. Granchon et M. Derbois (Afan) entre les lieux-dits « La Queue de Cresnes » et « Agnicourt » font état d’une présence dès le Néolithique, suivis d’une longue succession d’occupations du premier âge du Fer, à La Tène finale, au Haut-Empire jusqu’au haut Moyen Âge.

6De 1996 à 2001, la ZAC de la Nouvelle France, Zone C et l’aménagement de la station d’épuration, ont permis la mise au jour d’un habitat romain (Canalisation 1200) relié à un site artisanal de potier gallo-romain proche d’une villagallo-romaine et d’une nécropole mérovingienne (P. Réthoré, M. Derbois).

7BEAUJARD Stéphane

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Stéphane Beaujard, « Méru – La Queue de Vignoru », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5640

Haut de page

Responsable d'opération

Stéphane Beaujard

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org