Navigation – Plan du site
2007

Saint-Sauveur – RD191

Responsable(s) des opérations : Nathalie Soupart
Notice rédigée par : Nathalie Soupart

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9308

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Le projet d’aménagement d’un lotissement communal a motivé la réalisation d’un diagnostic en décembre 2007. Ce dernier a porté sur une parcelle d’environ 2 ha dont plus de 10 % ont été décapés. Ces parcelles s’étendent sur une emprise délimitée au nord par la RD 191. Au sud, on trouve le stade de football de Saint-Sauveur, à l’est une zone pavillonnaire et à l’ouest des terrains cultivés. L’emprise du projet se développe sur le bas du versant nord de la vallée de la Somme à environ 150 m au nord des étangs de Saint-Sauveur (entre 26 m et 19 m NGF).

2Les sondages profonds ont mis en évidence une forte érosion des horizons de surface sur l’ensemble de la parcelle (Bt tardi-holocène). La partie haute de l’emprise se caractérise par une séquence de couverture épaisse de 2 m à 5 m, tandis que dans la partie basse les colluvions reposent plus ou moins directement sur des formations alluviales fines. Au sud, les tranchées ont révélé une large zone de colluvions « anciennes » dont l’épaisseur est variable.

3Malgré l’absence de site paléolithique sur la parcelle sondée, les sondages profonds confirment l’importance des terrasses de la Somme pour l’étude du Pléistocène : des sédiments alluviaux fins sont préservés, leur caractère calcaire permettant la conservation de la faune, de la malacofaune abondante dans l’ensemble de la séquence permettra d’apporter de nouvelles données sur les ambiances environnementales de dépôt et l’évolution climatique d’un ou plusieurs cycles pléistocènes.

4La plus ancienne trace d’occupation provient du sondage 6. Il s’agit de quatre fragments d’objet domestique en terre cuite associés à du mobilier céramique. L’ensemble est daté de la Protohistoire ancienne. Ces éléments ont été piégés dans les colluvions « anciennes » qui occupent la partie basse du  terrain.

5Outre ces quelques éléments, le diagnostic a révélé un gisement principal du haut Moyen Âge et la fondation d’une tour qui correspond à celle d’un moulin à vent moderne (Fig. n°1 : Fondation d’une tour de moulin à vent d’Époque moderne). Les vestiges médiévaux se répartissent sur une surface de 595 m2 au niveau de la tranchée 1. Il s’agit d’un ensemble de structures liées à des activités artisanales et d’un chemin empierré. D’après la répartition des structures dans les différentes tranchées, le site se développait vers l’est dans un secteur occupé aujourd’hui par des habitations. L’ensemble est daté des VIIIe s.-IXe s.

6SOUPART Nathalie (Inrap, UMR 8142)

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Fondation d’une tour de moulin à vent d’Époque moderne

Fig. n°1 : Fondation d’une tour de moulin à vent d’Époque moderne

Auteur(s) : Soupart, Nathalie (INRAP). Crédits : Soupart, Nathalie, INRAP (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Fondation d’une tour de moulin à vent d’Époque moderne
Crédits Auteur(s) : Soupart, Nathalie (INRAP). Crédits : Soupart, Nathalie, INRAP (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Soupart, « Saint-Sauveur – RD191 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 22 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5573

Haut de page

Responsable d'opération

Nathalie Soupart

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org