Navigation – Plan du site
2007

Menneville – La Bourguignotte

Responsable(s) des opérations : Laurent Duvette
Notice rédigée par : Laurent Duvette

Texte intégral

Date de l'opération : 2007 (FP)

1La carrière de La Bourguignotte destinée à l’extraction de granulat se trouve dans la moyenne vallée de l’Aisne à l’entrée ouest du village de Menneville. Ouverte en 1996, elle devrait s’étendre à terme sur 7,5 ha. La fouille a été motivée par la remise en exploitation d’un secteur resté six années en réserve.

2Le site est implanté sur la rive droite de la vallée de l’Aisne sur une basse terrasse au lieu-dit La Bourguignotte. Les sédiments sont constitués d’alluvions anciennes riches en graviers avec des lits de sable. Une bande de limon argileux orienté est-ouest vient colmater un ancien talweg d’une largeur de 15 m. Celui-ci est scellé par un niveau de limon humique déposé, selon le mobilier qu’il recelait, dans le courant de l’époque romaine.

3Le nombre de structures implantées sur l’ensemble de la parcelle d’environ1ha s’est avéré très conséquent. Ce sont plus de 900 occurrences qui ont été enregistrées.

4Les vestiges sont datés de deux grandes périodes.

5Le premier horizon chronologique est rattaché au Bronze final IIIa et IIIb. Il s’agit modestement de silos épars et de quelques fosses. L’habitat en rapport n’est manifestement pas inscrit dans l’emprise de la fouille. Seule une étude globale des structures de cette période reconnues au travers des différentes interventions menées depuis une dizaine d’années permettra de reconstituer les caractéristiques de ce dernier. Si les ensembles structurels très diffus reconnus cette année ne présentent guère d’intérêt déconnectés de leur contexte, le mobilier assez conséquent a fait l’objet d’une étude spécialisée.

6Le second horizon chronologique est daté de la seconde moitié du IIIesiècle au début du IVesiècle de notre ère. C’est à cette seconde occupation que se rattache l’essentiel des structures. L’établissement présente une organisation spatiale originale pour la région évoquant d’avantage l’habitat groupé de l’époque mérovingienne que la ferme gallo-romaine héritière des traditions gauloises ou la villa.

7Les vestiges constitués de bâtiments sur poteaux plantés, de caves et de fonds de cabane s’organisent globalement selon trois zones distinctes.

8La principale difficulté a été de retracer l’évolution de ces trois locus plusieurs fois remaniés. Les éléments de datation inclus dans le remblai des poteaux constituant les bâtiments se sont avérés rares voire inexistant. C’est principalement sur la céramique recueillie dans les caves, les fonds de cabane et les niveaux archéologiques conservés que repose le phasage.

9Cette méthode ayant bien entendu ses limites, la datation de bon nombre de constructions est restée vague. L’étude de ce mobilier a démontré l’existence de trois phases d’occupations (milieu IIIes apr. J.-C. à la du fin IIIes. ou au début du IVes. apr. J.-C., deuxième quart du IVes. apr. J.-C.) et une phase d’abandon datée de la fin du IVes. apr. J.-C. ou au début Ves. apr. J.-C.

10Les édifices sont érigés de manière exclusive sur poteaux plantés. Pour les raisons invoquées précédemment, leur datation précise mais aussi parfois leur plan restent incertains. Si deux d’entre eux ont pu être versés au IIIes., les autres sont soit datés du IVes. soit, dans une chronologie encore plus large, ils peuvent être insérer dans n’importe quel état du site. La seule certitude réellement acquise est qu’ils sont indiscutablement datés de la période romaine (présence de calages en pierres calcaires mêlées à des tuiles).

11La typologie de ces constructions montre trois principaux types : les greniers, des bâtiments de plan allongés ayant une largeur assez faible et les grandes bâtisses de plan rectangulaires parfois agrémentées d’aménagements internes. Trois caves datées du IIIes. ont été reconnues à la fouille. Les deux premières sont dotées d’un parement plus ou moins classique en pierre calcaire vraisemblablement récupérées. La dernière présente la particularité d’avoir un parement en pains de terre crue de petites dimensions mis en évidence par l’incendie qui a ravagé l’établissement à la fin du IIIes. Les coups de flammes ont révélé les joints qui sans ce cas de figure particulier seraient passé inaperçus.

12Plusieurs fonds de cabane datés de la fin du IIIes. et du deuxième quart du IVes. ont été mis au jour. Il s’agit de vastes fosses longitudinales très classiques parfois dotées de poteaux périphériques. Un sol de craie est présent pour deux d’entre eux.

13 (Fig. n°1 : Plan général du site)

14DUVETTE Laurent (Inrap)

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général du site

Fig. n°1 : Plan général du site

Auteur(s) : Duvette, Laurent (INRAP). Crédits : Duvette Laurent Inrap (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général du site
Crédits Auteur(s) : Duvette, Laurent (INRAP). Crédits : Duvette Laurent Inrap (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laurent Duvette, « Menneville – La Bourguignotte », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 24 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5521

Haut de page

Responsable d'opération

Laurent Duvette

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org