Navigation – Plan du site
2007

Crécy-sur-Serre – La Croix Saint-Jacques

Responsable(s) des opérations : Gilles Naze
Notice rédigée par : Gilles Naze

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9203

Date de l'opération : 2007 (FP)

1Les investigations menées en 2007 ont concerné le fossé d’enceinte sur une longueur de 90 m, dans le grand virage du secteur occidental qui amorce le retour du fossé vers la plaine alluviale de la Serre et l’intérieur du retranchement où des tranchées linéaires ont été réalisées.

2La non disponibilité des terrains situés dans le prolongement de l’extrémité occidentale connue n’apporte aucune information nouvelle concernant le retour du fossé (ce sera le principal objectif de la prochaine campagne de fouilles).

3Le fossé est désormais connu sur une longueur de 770 m, dont 77 % ont été fouillés. Il délimite, sur trois côtés, une surface subrectangulaire qui couvre au moins 13 ha ou 14 ha et s’étend, d’est en ouest, sur une longueur de 500 m.

4L’extrémité orientale s’appuie sur un escarpement marqué qui domine d’une quinzaine de mètres le fond alluvial, mais l’autre extrémité se dirige vers la vallée sans rupture topographique, en se rapprochant de l’axe d’une dépression colluvionnée. Le fossé est actuellement localisé en limite de cette colluvion limoneuse et nous ignorons si la suite du tracé la traversera ou non. Si les bâtisseurs ont choisi de l’éviter, en restant sur le substrat crayeux, le fossé prendrait une nouvelle orientation et l’enceinte tendrait à se refermer sur elle-même.

5L’importante variabilité morpho-dimensionnelle du fossé d’enceinte qui caractérise ce gisement a, de nouveau, été observée en 2007. Seul le tronçon 25 présente une profondeur importante et un profil trapéziforme asymétrique à fond plat. Sur sa bordure intérieure, des retombées crayeuses produites par l’affaissement d’un rempart sont bien visibles. Les autres tronçons (T26, T31 et T32), bien que de largeur équivalente à celle du tronçon 25, ne montrent plus le profil caractéristique à fond plat, mais une forme en cuvette irrégulière dont la profondeur ne dépasse pas 0,60 m et où les retombées crayeuses internes ne sont plus systématiques. Cette variabilité concernant le volume de matériaux extraits du fossé pourrait signaler la volonté de renforcer la levée interne à proximité des accès au camp, si l’on se place dans une logique défensive, mais ne faudrait-il pas envisager une vocation plus symbolique que réellement défensive ?

6De nouveaux aménagements ont été observés dans le fossé d’enceinte : une fosse ovalaire très régulière (2,75 m x 2,35 m) et profonde (1,80 m sous le niveau de décapage), plusieurs empierrements subrectangulaires constitués de blocs de craie dont deux étaient localisés de part et d’autre de la fosse ovalaire et un foyer. Une autre fosse de forme régulière avait été creusée dans le fond du tronçon 30 (fouille 2005) : elle était plus profonde (2,90 m) et cylindrique (Ø : 2,80 m). D’autres aménagements ont déjà été observés dans le fossé de Crécy-sur-Serre : une fosse profonde montrant une succession de niveaux très charbonneux, une structure de combustion empierrée et un four.

7Les tranchées linéaires réalisées à l’intérieur du retranchement n’ont livré aucune structure contemporaine de l’occupation de l’enceinte. Elles ont toutefois permis de localiser un fond de fosse du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Elle est conservée sur une vingtaine de centimètres et présente une forme allongée (4,50 m x 2,75 m) et une orientation qui suggèrent d’y voir une fosse de construction bordant une habitation. Le faible volume conservé a livré un mobilier plutôt abondant comprenant 56 tessons, dont deux portent un décor, cent quarante-huit pièces en silex et une dizaine de fragments de bracelets en schiste. L’un des décors sur céramique, des boutons sous le bord, est bien représenté dans la phase moyenne du VSG (Fig. n°1 : Le mobilier céramique) et se retrouve également dans l’étape tardive.

8Le mobilier archéologique livré par le fossé d’enceinte lors de la campagne 2007 est abondant, comparativement aux ensembles recueillis dans les tronçons de la partie orientale du site. Tous les types de mobiliers sont concernés par cette observation, car il s’agit de rejets essentiellement détritiques où l’on trouve de la céramique très fragmentée (2 408 tessons), des déchets de débitage et des outils en silex (1 209 artéfacts dont 113 outils), de la faune (216 restes) et du grès ou du calcaire coquillier dont une partie provient de meules et de molettes ou a servi comme  percuteurs et broyons (325 pièces). Seule une bouteille présente un mode de dépôt que l’on ne peut considérer comme simplement détritique : les tessons de ce récipient formaient un ensemble très compact juste au-dessus du foyer.

9Les nombreux artéfacts en silex recueillis confirment des observations déjà évoquées concernant la composition de l’outillage ou la gestion de la matière première, conformément à ce que l’on observe sur d’autres gisements du Néolithique moyen II dans le Bassin parisien, l’approvisionnement fait principalement appel aux ressources locales directement accessibles. Un dégrossissage des rognons est probablement effectué sur place, mais pas de façon systématique, ce que montre la présence d’éclats entièrement corticaux. La production d’éclats est très largement majoritaire et révèle un mode de débitage très simple par percussion directe dure. Les outils sur produits de débitage sont donc principalement réalisés sur éclats, mais 5% d’entre-eux montre le maintien d’une tradition laminaire caractéristique des industries Michelsberg.

10Les pièces utilisées sans retouches préalables sont assez nombreuses. Parmi les produits de débitage avec façonnage, les éclats retouchés sont les plus nombreux, puis viennent les grattoirs et les couteaux à dos abattu ou naturel. Les haches polies sont principalement réalisées dans un silex tertiaire que l’on trouve dans le sud de l’Aisne (Bartonien) et un silex gris qui pourrait provenir de Belgique.

11La campagne 2007 a livré un abondant matériel céramique, mais très fragmenté, dans lequel 16 récipients plus ou moins complets ont été observés, ce qui porte à un peu moins de 80 le nombre total de formes identifiées. Les différentes familles de récipients sont assez bien réparties sur l’ensemble du site, à l’exception des jarres qui sont mieux représentées dans la partie occidentale. Cet ensemble céramique vient, renforcer les nombreuses comparaisons déjà établies avec les mobiliers de gisements qui caractérisent le Michelsberg ancien occidental et situés dans les vallées de l’Aisne et de la Vesle notamment les enceintes de Maizy, Concevreux et Bazoches et l’habitat ouvert de Cuiry-lès-Chaudardes.

12D’autres formes trouvent davantage de comparaisons dans le Chasséen septentrional, sur les sites de hauteur en éperon barré de Jonquières, Catenoy et Boury-en-Vexindans l’Oise, et aussi dans le Chasséen ancien de Bourgogne et le groupe de Noyen.

13Un rapprochement avec le Michelsberg de Belgique peut être évoqué en raison de l’emploi privilégié du silex brûlé comme dégraissant à Crécy-sur-Serre, parfois associé à un dégraissant organique identifié depuis peu comme une mousse.

14Les prochaines investigations sur ce gisement concerneront en particulier l’extrémité occidentale du fossé afin de préciser la forme générale de l’enceinte et de recueillir d’autres données qui permettront de mieux comprendre les dynamiques culturelles complexes qui s’établissent à cette période et les manifestations domestiques associées à ce type de retranchement.

15NAZE Gilles

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Le mobilier céramique

Fig. n°1 : Le mobilier céramique

Auteur(s) : Naze, Gilles (ÉDUC). Crédits : Naze Gilles ÉDUC (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Le mobilier céramique
Crédits Auteur(s) : Naze, Gilles (ÉDUC). Crédits : Naze Gilles ÉDUC (2007)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gilles Naze, « Crécy-sur-Serre – La Croix Saint-Jacques », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Picardie, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 29 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5475

Haut de page

Responsable d'opération

Gilles Naze

ÉDUC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org