Navigation – Plan du site
2006

Aizier – Le Port

Responsable(s) des opérations : Jimmy Mouchard, David Sebag et Sérafina Sechi
Notice rédigée par : Jimmy Mouchard

Entrées d’index

Géographique :

Haute-Normandie, Eure (27), Aizier

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 285

Date de l'opération : 2006 (FP)
Inventeur(s) : Sebag David (SUP) ; Sechi Sérafina (SUP)

1Une troisième campagne de sondages archéologiques a été menée sur le « site portuaire », dans l’actuelle propriété de M. Laurent. Il s’agissait de poursuivre les premières investigations de 1987 (zone 3, secteurs A et B) non achevées pour cause de remontée des eaux et d’instabilité des parois. S'étendant sur 40 m2 et atteignant parfois 3 m de profondeur, la surface décapée a permis de mettre en évidence des aménagements de berges gallo-romains.

Résultats des sondages en zone 3

2Une structure en calcaire a été repérée à 3,7 m NGF, soit à 1,87 m sous le terrain actuel. Observée sur 5 m de long et 1,20 m de large. elle se présente sous la forme d’un aménagement en grandes dalles orientées sud-nord, plus ou moins polies, érodées et disposées à plat, servant d'assise dans sa partie sud à la mise en élévation d’un mur également composé de blocs en calcaire (Fig. n°1 : Le Port : aménagement de berge gallo-romain en dalles de calcaire - zone 3, secteur A). Situé au sud du secteur A, ce petit mur repose donc immédiatement sur certaines dalles et surtout sur une importante couche sableuse. Observé sur 2 m de long, il apparaissait à 4,46 m NGF, composé d’au moins trois assises de pierres en calcaire grossièrement équarries. Le mobilier céramique associé – étude confiée à Yves-Marie Adrian – permet de mettre en évidence une occupation gallo-romaine au cours des IIe s. et IIIe s. de note ère. Au sud de ce mur, diverses structures en creux, plus ou moins orientées est-ouest ont été repérées (fouille en cours).

3Au nord de l’aménagement dallé (côté Seine), d’autres blocs en calcaire plus imposants, peu ou prou équarris et disposés est-ouest ont été observés lors d'un dernier sondage à la pelle mécanique effectué en fin de campagne. Bien que situé à une altitude NGF inférieure, le mode de construction ainsi que les dimensions des blocs semblent proches et similaires de ceux étudiés en 2005 (zone 1, secteur C, MR1005). Au pied de ces vestiges, du mobilier céramique gallo-romain a été mis au jour. D'après la position NGF de cet aménagement, il semblerait fonctionner avec la structure en grandes dalles.

4Au-dessus des couches sableuses scellant l’abandon de l’aménagement en grandes dalles, signalons la présence d’une fine couche d'épandage (2 cm à 5 cm) de petits fragments de bois taillés ou non, répartie selon un pendage sud-nord. Enfin, d’importantes séquences de remblais sur plus de 1,20 m se succèdent jusqu’à la surface actuelle, caractérisées surtout par une épaisse couche de graviers très meuble, par un notable niveau argilo-limoneux humide et de teinte noire, mêlés à quelques moellons de silex, et marqués par la présence de matériel céramique médiéval et moderne.

Conclusion

5De cette campagne de sondages complémentaires, se dégagent ainsi trois grandes entités : un mur en calcaire (peut-être en gradins successifs), un aménagement en grandes dalles (suivant un pendage sud-nord vers l’ancien cours de la Seine), et un aménagement est-ouest en blocs monumentaux. Cet ensemble de vestiges en calcaire à joint vif pourrait évoquer un aménagement de terrasse (MR3029) couplé à un système de « rampe » (SB3083) au nord de laquelle se situerait un aménagement frontal de type « tête de quai » (à confirmer). Les trois campagnes de sondages (1987, 2005 et 2006) menées sur le site portuaire d’Aizier suggèrent un potentiel archéologique fluvio-maritime non négligeable pour l’époque gallo-romaine. Afin de cerner la nature et la fonction de ces aménagements estuariens, une fouille, cette fois-ci en aire ouverte, serait indispensable (projet 2009). Enfin, les prélèvements sédimentaires réalisés en 2006 par David Sebag (analyses en cours) pourraient servir de tremplin à de futurs travaux géomorphologiques menés sur ce secteur (par l’intermédiaire de Serafina Sechi, doctorante à l’université de Rouen).

6MOUCHARD Jimmy

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Le Port : aménagement de berge gallo-romain en dalles de calcaire - zone 3, secteur A

Fig. n°1 : Le Port : aménagement de berge gallo-romain en dalles de calcaire - zone 3, secteur A

Auteur(s) : Mouchard, Jimmy. Crédits : ADLFI (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Le Port : aménagement de berge gallo-romain en dalles de calcaire - zone 3, secteur A
Crédits Auteur(s) : Mouchard, Jimmy. Crédits : ADLFI (2006)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/5435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jimmy Mouchard, « Aizier – Le Port », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/5435

Haut de page

Responsable d'opération

Jimmy Mouchard

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org