Navigation – Plan du site
2006

Basse-Terre – Cale de l'Espérence

Responsable(s) des opérations : Martijn van den Bel
Notice rédigée par : Martijn van den Bel

Entrées d’index

Chronologique :

Temps Modernes

Géographique :

Guadeloupe (971), Basse-Terre

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 23237

Date de l'opération : 2006 (EX)

1Une demande de permis de construire a motivé la réalisation d’un diagnostic dans le quartier du Carmel à Basse-Terre, sur une parcelle située à l'angle de la cale l'Espérance et de la rue Amédée-Fengarol. Cette opération a permis la découverte de deux ensembles archéologiques. Le premier est localisé sur la partie haute de la parcelle, le second sur la pente et dans la zone basse vers la mer.

2 Ce second ensemble correspond à des constructions hydrauliques en pierres : un égout et un bassin dont le fond est tapissé de carreaux de terre cuite concassés, liés au mortier rose. Le mobilier découvert, associé aux données des cartes historiques, permet de situer ces constructions vers la fin du XVIIIe s., en lien avec le bâti de l'Intendance (selon la carte établie par Moreau de Saint-Méry, datée de 1787).

3 Le premier ensemble représente des structures en creux et en élévation. Il s'agit d'un mur parallèle à la rue Amedée-Fengarol (anciennement la Grande-Rue). Deux pièces ont été identifiées à l'est de ce mur. Une d'entre elles présente un sol de carreaux en terre cuite. Les pièces ont été comblées avec au moins deux couches de remblais. Une coupe stratigraphique dans la tranchée T2 a montré la présence d'un deuxième mur placé contre le premier. Une couche de démolition ou de comblement est également visible vers l'ouest de ce mur.

4 Sous le sol de carreaux, à la perpendiculaire du mur et parallèlement à la Ravine Espérance, se trouve un aménagement de l'ancienne berge, constitué de galets. Cet aménagement peut être rapproché de la mention, par le Père Labat, de l’existence d’un mur en pierres sèches dans la Ravine Espérance pendant l’attaque anglaise de 1702.

5 La rareté du mobilier découvert dans les structures ne permet pas d'affiner la datation. De plus, dans une zone fortement urbanisée depuis le début de la colonisation de la Basse-Terre, le mobilier présent dans les structures fouillées pourrait très bien être du mobilier résiduel.

6Martijn VAN DEN BEL

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Martijn van den Bel, « Basse-Terre – Cale de l'Espérence », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Guadeloupe, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/4995

Haut de page

Responsable d'opération

Martijn van den Bel

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org