Navigation – Plan du site
2006

Saint-François – Résidence Kalenda

Responsable(s) des opérations : Thomas Romon
Notice rédigée par : Thomas Romon

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 23206

Date de l'opération : 2006 (EX)

1Ce diagnostic a été réalisé en amont de la construction de logements sur un terrain attenant à l'hôtel Kalenda à Saint-François, sur la côte sud de la Grande-Terre. Le terrain se situe en arrière de plage, à l'est de l'Anse Champagne, en bordure d'une ravine aujourd'hui détournée, et séparé par la marina du site archéologique de la Pointe des Pies (diagnostiqué en juillet 2005), autant d'éléments favorables aux occupations humaines.

2 Les sondages archéologiques ont permis de préciser la configuration géomorphologique de la parcelle. Le tiers nord-est renferme une épaisse couche d'argiles bleues (jusqu'à 4 m), témoins de l'embouchure de la ravine. Le reste du terrain montre le substrat calcaire (ou son altération) presque affleurant. L'ensemble a été terrassé lors de la construction de l'hôtel dans les années 1980.

3Les 34 sondages ouverts couvrent une surface de 550 m2 soit environ 4 % de l'emprise du projet. Ils ont été creusés jusqu'au substrat, y compris dans la partie argileuse. Il était possible qu'ils livrent des niveaux archéologiques profonds.

4Cinq tranchées ont livré des vestiges archéologiques, révélant un dépotoir dans les quarante premiers centimètres d'un paléosol dont la partie supérieure est arasée et qui est recouvert par 0,30 m de remblais récent. Il est localisé dans une dépression de la zone où le calcaire est presque affleurant, en limite de la zone argileuse. Il est conservé sur une surface d'environ 800 m2 et de façon plus ponctuelle (zones pièges dans les dépressions du substrat) sur 1 500 m2.

5Le dépotoir contient des fragments de mobilier céramique et lithique, ainsi que des restes alimentaires, coquilles, crabes et faune vertébrée. Son attribution chronoculturelle, basée sur le mobilier céramique, est Saladoïde, soit entre les Ve s. et IXe s. de notre ère. Cependant, la fragmentation et l'aspect très dégradé des surfaces, ainsi que la faible proportion d'éléments décorés, rendent cette interprétation délicate. Ailleurs les niveaux archéologiques ont été détruits par les terrassements.

6 (Fig. n°1 : Tessons de céramique attribués au Saladoïde)

7Thomas ROMON

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Tessons de céramique attribués au Saladoïde

Fig. n°1 : Tessons de céramique attribués au Saladoïde

Auteur(s) : Romon, Thomas (INRAP). Crédits : Romon, Thomas, INRAP (2006)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Tessons de céramique attribués au Saladoïde
Crédits Auteur(s) : Romon, Thomas (INRAP). Crédits : Romon, Thomas, INRAP (2006)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/4989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Thomas Romon, « Saint-François – Résidence Kalenda », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Guadeloupe, mis en ligne le 01 mars 2006, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/4989

Haut de page

Responsable d'opération

Thomas Romon

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org