Navigation – Plan du site
2009

Isle-Saint-Georges – Dorgès

Responsable(s) des opérations : Anne Colin et Thierry Mauduit
Notice rédigée par : Anne Colin, Thierry Mauduit et Vivien Mathé

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 0225496 et 0225689

Date de l'opération : 2009 (SU)

1En octobre 2008, un défonçage de vignes au lieu-dit « Dorgès » (parcelle 515), à la limite nord du village de l’Isle-Saint-Georges, a fait apparaître des dépôts charbonneux et des restes rubéfiés susceptibles d’appartenir à des structures de combustion ainsi que du mobilier protohistorique et antique. Ces vestiges, menacés de destruction par le passage des engins agricoles, ont fait l’objet d’un sauvetage urgent effectué du 21 au 28 février 2009 sous la direction d’Anne Colin (université de Bordeaux 3). Réalisé sous la forme d’un sondage de 5 m sur 3,80 m, celui-ci n’a pas mis en évidence de structures de combustion mais des niveaux de sol en cailloutis ou en terre, d’occupation et de destruction stratifiés sur au moins 0,80 cm d’épaisseur. L’abondant mobilier recueilli (5 664 artefacts et restes fauniques), datable de La Tène finale, n’a fait l’objet que d’un examen préliminaire. La couche la plus profonde observée a livré aussi, conjointement à ces derniers, des éléments céramiques du premier et du début du deuxième âge du Fer.

2En juin 2009, des prospections géophysiques ont été réalisées par Vivien Mathé et Marion Druez (université de la Rochelle) pour localiser d’éventuelles structures archéologiques situées dans le voisinage de celles mises en évidence par la fouille. Une surface supérieure à 2,5 ha a été cartographiée, dont plus de la moitié par deux méthodes complémentaires (parcelles 515, 63a, 509, 69, 70, 71).

3Une prospection électromagnétique couvrant presque l’intégralité de l’aire étudiée a permis de distinguer les zones humides et argileuses (au nord et à l’est) de celles plus riches en pierres (à l’ouest). C’est donc dans le secteur ouest qu’a été effectuée une prospection électrique afin de détecter des maçonneries. Un ensemble de linéaments résistants organisé selon deux directions perpendiculaires, probablement des vestiges de murs, et formant une structure quadrangulaire d’environ 30 m de côté y a été identifié. Une prospection magnétique mise en œuvre sur la zone non plantée de vignes a également permis de repérer plusieurs structures fossoyées et deux concentrations de structures de combustion.

4Les résultats de ces différentes investigations corroborent les découvertes faites lors des prospections inventaires menées dans ce secteur par Thierry Mauduit de2004 à 2008 (présence de mobilier céramique et métallique protohistorique et antique). Ils font également écho aux travaux de Richard Boudet qui, entre 1985 et 1987, avait mis en évidence à 500 m au sud, au lieu-dit « les Gravettes », des structures d’habitat et du mobilier de la même période mais aussi un assez abondant mobilier résiduel du Bronze final et du premier âge du Fer.

5L’espace compris entre « les Gravettes » et « Dorgès » recèle lui aussi des niveaux archéologiques comme l’attestent des témoignages anciens (notamment lors de l’implantation, en 1881, du nouveau cimetière) mais aussi la mise au jour, dans les années 1980, de tessons d’amphore Dressel 1A ainsi que le sondage positif effectué par Richard Boudet en 1985 (parcelle 481, section B). Tout récemment, la surveillance par Thierry Mauduit des travaux de terrassement d’une construction individuelle située à une cinquantaine de mètres de ce dernier a confirmé cette implantation archéologique.

6Préalablement au démarrage des travaux, une rapide prospection au détecteur de métaux, associée au ramassage de mobilier à l’emplacement d’arbres récemment arrachés, a permis la collecte de tessons de céramiques gallo-romaines, de tegulae,de trois demi-as de Nîmes et d’une monnaie gauloise (type CONTOVTOS), ainsi que d’un dé à jouer en bronze du type A de Biddle. Les tranchées de fondations n’ont qu’effleuré le premier niveau archéologique. Conformément à ce qui a été constaté pour les autres sites de la commune, celui-ci apparaît à 0,50 m de profondeur. Il se manifeste par la présence sporadique de cailloutis situés sur un niveau intégrant des débris de tegulae(à plat), de cailloux, de petits moellons calcaires, et de petits fragments d’amphores et de céramiques oranges ou à pâte claire. Dans l’angle nord-ouest des fondations est apparue une possible structure en moellons calcaires.

7Le mobilier mis au jour regroupe des céramiques antiques en petite quantité (sigillée, céramique commune) et de nombreux fragments de tegulae.Le passage du détecteur de métaux en fond de tranchée a révélé la présence de clous en fer et de lests de filets de pêche en plombs associés au niveau archéologique. Un fond de gobelet à paroi fine, pâte blanche kaolinique et engobe rouge, caractéristique des ateliers de Petit-Niort en Charente-Maritime et trouvé lors du creusement de fondation permet de situer la date du dernier niveau en place à l’époque flavienne.

8Ces travaux soulignent le fort potentiel archéologique des parcelles situées au nord-ouest du Bourg. Bien que modeste, la fouille de « Dorgès » permet en particulier de confirmer l’importance et l’excellent état de conservation des vestiges de l’âge du Fer sur la commune de l’Isle-Saint-Georges.

9ColinAnne, Mathé Vivien et Mauduit Thierry.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Anne Colin, Thierry Mauduit et Vivien Mathé, « Isle-Saint-Georges – Dorgès », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3995

Haut de page

Responsables d'opération

Anne Colin

SUP

Thierry Mauduit

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Vivien Mathé

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org