Navigation – Plan du site
2009

Blainville-sur-Orne – Basse vallée du Dan

Responsable(s) des opérations : Cécile Allinne
Notice rédigée par : Cécile Allinne

Texte intégral

Date de l'opération : 2008 (SD)

1L’exploration des vestiges gallo-romains en bordure du cours d’eau du Dan s’est poursuivie en 2009, à côté de la zone de fouille de 2008, en suivant des objectifs précis : d’une part comprendre en extension l’articulation entre l’esplanade pavée, le Dan et d’éventuels bâtiments adjacents ; d’autre part tester en profondeur la puissance des couches archéologiques et dater les niveaux les plus anciens. L’opération de cette année a débuté par une prospection géophysique. Les résultats, sensés guider le choix de l’ouverture de la zone de fouille en août, n’ont pas été extrêmement éclairants. Ils ont essentiellement entériné les hypothèses sur les formes de l’occupation formulées à partir des opérations de fouilles déjà menées (2005 et 2008). Deux pôles d’occupation se distinguent : la berge du Dan et la partie la plus occidentale du versant nord de la vallée. Sur ce dernier secteur, plusieurs traces linéaires se croisant à angle droit (voies, chemins) et plusieurs formes quadrangulaires évoquant des bâtiments confirment l’extension du hameau vers le nord-ouest.

2La fouille a apporté des réponses à l’essentiel des questions posées. Les dimensions et la vocation de l’esplanade empierrée ont d’abord été précisées. Large de 6 m à 8 m, elle est bordée au nord par un ensemble construit comprenant un bâtiment de5,40 m de long disparaissant sous la limite ouest du chantier, un long mur est-ouest limitant au nord cette zone construite et, dans l’angle formé par les constructions, d’une sorte de cour au sol en terre battue. Au sud, la jonction avec le Dan ne se fait pas par un quai construit, comme cela avait été vu en 2008, mais simplement par l’empierrement continu de la pente de la berge. L’amorce d’un large mur perpendiculaire au cours d’eau et lié à l’esplanade a également été dégagée. Cette découverte conforte les observations de l’année dernière : le parement extérieur de ce même mur avait été suivi dans l’un des sondages profonds mais mal compris. Sa vocation reste cependant en suspens (appontement ? activités artisanales liées au cours d’eau, type moulin ?). Enfin, l’extension minimale de l’espace empierré longeant le Dan antique a pu être observée par photo-interprétation, sur le fond orthophotographique en ligne du conseil général du Calvados (Géoservices), sur lequel il est bien visible. Le cours d’eau apparaît ainsi aménagé sur au moins 80 m de long d’ouest en est, donnant une nouvelle ampleur au site. Dans l’ensemble, ce dernier connaît sa plus importante période d’occupation de la fin du IIe s. à la seconde moitié du IVe s. Le IIIe s. apparaît comme la phase de pleine activité, tandis que quelques éléments de mobilier, encore peu nombreux et dispersés, permettent d’envisager une première implantation dès la seconde moitié du Ier s.

3Les observations effectuées cette année ne contredisent pas l’interprétation générale du site proposée en 2008, alors essentiellement fondée sur l’analyse de l’abondant mobilier archéologique. L’écrasante proportion de matériel en relation avec un environnement domestique et l’absence d’indices d’une activité de transbordement ou de transport en lien avec le cours d’eau montraient que l’esplanade empierrée n’avait apparemment pas servi activement de quai de déchargement. Au contraire d’un site aux activités économiques soutenues attendu, c’est l’image d’un hameau d’habitation à la maille d’occupation dispersée, s’étendant au moins sur la rive gauche et tout le long de la pente du vallon, qui prédominait. Le mobilier découvert en 2005 en rive droite atteste toutefois la fréquentation des deux berges du Dan et la présence des aménagements de berge d’un lien avec la rivière qui ne peut être minimisé, même si sa nature n’est pas encore élucidée. La découverte cette année d’édifices construits sur une étroite bande d’une dizaine de mètres de large en arrière de l’esplanade empierrée et également liés à la vie domestique s’inscrit correctement dans ces premières interprétations.

4 (Fig. n°1 : Plan général)

5ALLINNE Cécile

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général

Fig. n°1 : Plan général

Auteur(s) : Alline, Cécile (SUP). Crédits : Allinne Cécile SUP (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général
Crédits Auteur(s) : Alline, Cécile (SUP). Crédits : Allinne Cécile SUP (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Cécile Allinne, « Blainville-sur-Orne – Basse vallée du Dan », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3911

Haut de page

Responsable d'opération

Cécile Allinne

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org