Navigation – Plan du site
2009

Rennes – 3 rue des Carmes

Responsable(s) des opérations : Teddy Béthus
Notice rédigée par : Teddy Béthus

Texte intégral

1L'assiette du diagnostic est occupée actuellement par un bâtiment industriel. La destruction de ce bâtiment et la construction d'un nouvel immeuble sont susceptibles d'affecter les vestiges archéologiques du couvent des Carmes fondé au XVe s. dans ce secteur de la ville de Rennes (35).

2 Cette zone est très mal documentée par l'archéologie. Peu d'opérations se sont déroulées dans le centre ville de Rennes au sud de la Vilaine : une seule d'importance concerne la place de la République. L'essentiel de l'activité archéologique se concentre au nord de la ville, sur l'emprise de la ville antique de Condate.

3Les sondages réalisés mettent en évidence une stratigraphie médiévale bien conservée et relativement importante (fig. 1). Trois états de constructions sont observés, caractérisés par la présence de plusieurs niveaux d'occupations parfois associés à du bâti conservé en élévation (fig. 2).

Fig. 1 – Vue d'ensemble du mur 2001

Fig. 1 – Vue d'ensemble du mur 2001

Crédits : Teddy Béthus, Inrap (2009)

Fig. 2 – Orthophotographie du mur 2001

Fig. 2 – Orthophotographie du mur 2001

Crédits : Teddy Béthus, Inrap (2009)

4Le premier état présente un appareil de moellons de schiste assisés irrégulièrement et liés par un mortier orangé sableux parfois débordant et lissé en surface (2001).

5La moitié nord de ce mur est reprise par un appareil irrégulier de moellons de schiste liés par un mortier sableux de couleur brune (2002), état 2. Quelques gros blocs de schiste sont également employés. Cette phase de construction recoupe la couche organique 2065, dans laquelle du mobilier de la fin du XIIIe a été prélevé.

6Le dernier état de construction, état 3, se distingue par l'utilisation de moellons de schiste pourpre assisés régulièrement et liés par un mortier de chaux blanc. L'utilisation de ces matériaux, courante à partir du XIXe siècle, renvoie à des périodes relativement récente.

7Ces vestiges sont datés de la fin du Moyen Âge (XIVe s. et XVe s.). Leur étude apporterait des informations inédites sur un secteur de la ville médiévale encore méconnu par l'archéologie. Elle permettrait d'éclairer le processus d'urbanisation d'un ancien faubourg, intégré à la ville au milieu du XVe s. par la construction de la nouvelle enceinte. À l'inverse, les vestiges attendus et liés au couvent des Carmes, sont relativement faibles. Ils ont fortement subi les travaux de démantèlement menés à partir du XIXe s. La compréhension de cette occupation, sans pour autant être négligée, apparaît comme secondaire face au très bon état de conservation des vestiges antérieurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue d'ensemble du mur 2001
Crédits Crédits : Teddy Béthus, Inrap (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 2 – Orthophotographie du mur 2001
Crédits Crédits : Teddy Béthus, Inrap (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Teddy Béthus, « Rennes – 3 rue des Carmes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Bretagne, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3618

Haut de page

Responsable d'opération

Teddy Béthus

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org