Navigation – Plan du site
2009

Pons – Le Château

Responsable(s) des opérations : Alain Champagne
Notice rédigée par : Alain Champagne et Fabrice Mandon

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204740

Date de l'opération : 2009 (FP)

1La présente opération de fouilles s’inscrit à la suite de trois campagnes de sondages réalisés aux abords du donjon de Pons, dans le cadre du réaménagement paysager du site. La zone de fouille 2009 cernait le côté nord du donjon, secteur le plus prometteur pour la compréhension de l’occupation médiévale.

2Les terres noires antiques n’ont pas pu être fouillées intégralement faute de temps. En revanche, en atteignant dans certaines zones le substrat rocheux, des trous de poteau, fosses et rigoles et/ou empreintes de sablières basses ont été repérés, mais sans que nous puissions conclure sur la nature précise de l’occupation gauloise ou romaine.

3La principale découverte a été la mise en évidence d’un premier donjon sous l’actuel. Ses dimensions exactes ne sont pas connues, mais nous avons retrouvé sa largeur (13 m) puisque sa face nord a été fossilisée sous le mur nord de l’actuel donjon. Son mur ouest est lui conservé sur 12 m (le reste de la maçonnerie ayant été entièrement détruit au XVIIe s.). La longueur de l’édifice peut être estimée à 6 m : le mur sud se situerait ainsi exactement sous le mur sud de l’actuel donjon, ce qui n’est peut-être pas le fruit du hasard. Les murs font 1,7 m d’épaisseur et sont dotés de contreforts plats: deux ou trois sur la largeur, et au moins trois sur la longueur (vraisemblablement cinq). Contreforts et angles sont bâtis en pierres de taille, alors que l’élévation est en petits moellons, modules assez caractéristiques du Xe s. et surtout du XIe s. (Tour de Broue en Charente-Maritime par exemple).

4L’enceinte du castrum lui est accolée. La datation 14C de cette maçonnerie (Xe s. début XIe s.) reste sujette à caution, même si une datation précoce du premier donjon ne peut être exclue. Deux autres petits bâtiments carrés sont ensuite édifiés contre sa face nord, de part et d’autre de l’enceinte du castrum. Leur appareil et leur mode de construction sont proches de ceux du premier donjon, mais leur fonction est inconnue (annexe domestique, escalier, etc.). Les fondations d’un pilier isolé ont été retrouvées sous la chemise intérieure de l’actuel donjon, à l’est de l’annexe intérieure. Un trou de poteau datable de la même époque se trouve dans l’axe, entre le pilier et l’annexe. Cela pourrait correspondre à une structure d’accès, en relation avec l’annexe, voire à une passerelle vers un autre bâtiment, situé à l’est, en dehors de l’emprise de la fouille. Les niveaux antérieurs à leur démolition ont fourni un fragment de verre habituellement daté de l’époque carolingienne ou du XIe s. et l’extrémité d’une détente d’arbalète ouvragée. La présence de céramique à glaçure précoce jaune corrobore une datation XIe s. pour ces structures annexes.

5Devant la face ouest du donjon, un premier fossé est creusé, profond d’environ 3,3 m. Sa largeur est inconnue (moins de 18 m), mais nous avons pu cette année en vider une partie. Son comblement n’a pas fourni d’information quant à sa date de creusement (pas de dépôt antérieur au comblement). Il suit la face nord du donjon avant de longer l’enceinte du castrum, qui nous permet de le caler après l’édification de cet ensemble.

6Ce premier donjon est détruit au moins partiellement, peut-être vers 1136, comme nous l’indique les textes, par le comte de Poitou Guillaume (mention de deux turris).La chronologie de la construction du donjon actuel est complexe, l’importante restauration réalisée au début du XXe s. n’aidant pas à la lecture. Dans un premier temps, le nouveau donjon reprend le plan de l’ancien, en le décalant vers le sud-est : ses murs nord et ouest sont implantés à l’intérieur de l’ancien donjon, directement accolés aux maçonneries. Son mur oriental est par contre construit à l’extérieur. Le mur sud pourrait quant à lui avoir été construit à l’aplomb de l’ancien. Il semble que les anciens murs, ainsi que les annexes, aient été maintenus partiellement en élévation et renforçaient les fondations de la nouvelle construction.

7Dans un second temps, les annexes sont arasées. Le mur nord est épaissi et vient englober le mur nord primitif (son épaisseur totale passe alors à presque 5 m). Les latrines du donjon sont aménagées à ce moment là. Repentir en cours de chantier ou restauration du deuxième donjon, il est actuellement difficile de se prononcer, d’autant que le château de Pons aurait été détruit en 1178 par Richard Cœur de Lion suite à la rébellion des seigneurs aquitains. Hormis l’épaississement du mur nord en cours de chantier, la construction de l'ensemble du donjon est assez homogène, et ce malgré quelques différences de mise en œuvre. Traditionnellement, sa construction est attribuée à Geoffroy III, soit avant 1187. Cependant, dans une étude récente, Nicolas Faucherre propose d'y voir plutôt l'œuvre de son fils, Renaud II, après 1200 ; il s'apparenterait ainsi à la famille des donjons anglo-aquitains tardifs, tels celui de l'Isleau (Charente-Maritime).

8C’est vraisemblablement lors de la construction du deuxième donjon qu’est édifiée la chemise le cernant à l’intérieur de l’enceinte castrale. Ce mur, en grande partie récupéré, présente des similitudes avec les fondations du deuxième donjon du côté est. Le tracé de la chemise au sud du donjon est inconnu, étant déjà détruite lorsque Claude Massea réalisé le plan du château en 1714, et son côté oriental semble déjà ruiné.

9À une date encore mal fixée (entre les XIIIe s. et XVIe s.), le premier fossé laisse place à une chemise extérieure et son nouveau fossé, plus profond. Composée d’un beau parement maçonné et d’un blocage aux dimensions impressionnantes à la base (jusqu’à 5,5 m), sans véritable parement intérieur, elle vient prendre appui contre l’enceinte du castrum. Son tracé est ponctué de contreforts. Son profil se compose d’une partie basse verticale, suivie d’un parement en léger glacis d’où émergent les contreforts, et à nouveau un parement vertical. Comme pour le donjon, l’iconographie ancienne nous montre des créneaux à linteau. Cependant les maçonneries qui lui semblent associées à l’intérieur de l’enceinte lui sont en fait totalement étrangères. Ce rempart retenait d’importants remblais qui recouvraient ce qui restait du donjon primitif. Dénommé fausse-braie par Claude Masse, cette interprétation reste sujette à caution. Il présente des points communs avec l’enceinte urbaine retrouvée récemment lors d’un diagnostic du Service archéologique départemental de Charente-Maritime et qui daterait du XIIIe s. (appareillage, mortier, traces d’outils). Elle pourrait, de même que l’enceinte urbaine correspondre aux fortifications réalisées par Renaud de Pons vers 1230.

10La glacière indiquée sur les plans de Claude Masse à l’angle de l’enceinte et de la chemise extérieure a pu être retrouvée, dans le fossé alors comblé. Elle s’intègre dans le vaste programme de réaménagement du château et de son parc initié dans la deuxième moitié du XVIIe s. par César Phoebus d’Albret. De l’autre côté de l’enceinte, une cave a été mise au jour: comblée au XVIIe s. début XVIIIe s., plusieurs états de salles non datés viennent ensuite la recouvrir.

11L’ensemble du secteur a subi un important décaissement au XIXe s., lors de la démolition de l’enceinte et des chemises du donjon. Le donjon a alors connu une première campagne de restauration. Cela a entraîné la disparition presque intégrale des niveaux d’occupation postérieurs à l’époque antique, ainsi que d’une partie des maçonneries, récupérées. La grande restauration du donjon au début du XXe s. a fini de détruire des éléments essentiels pour la compréhension de l’édifice, éléments uniquement perceptibles sur d’anciennes photographies.

12 (Fig. n°1 : Secteur du donjon, état antérieur au milieu du XIIes.)

13 (Fig. n°2 : Vue d’ensemble des structures médiévales, depuis le nord)

14CHAMPAGNE Alain et MANDON Fabrice

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Secteur du donjon, état antérieur au milieu du XIIes.

Fig. n°1 : Secteur du donjon, état antérieur au milieu du XIIes.

Auteur(s) : Mandon, Fabrice (DOC). Crédits : Mandon Fabrice DOC (2009)

Fig. n°2 : Vue d’ensemble des structures médiévales, depuis le nord

Fig. n°2 : Vue d’ensemble des structures médiévales, depuis le nord

Auteur(s) : Mandon, Fabrice (DOC). Crédits : Mandon Fabrice DOC (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Secteur du donjon, état antérieur au milieu du XIIes.
Crédits Auteur(s) : Mandon, Fabrice (DOC). Crédits : Mandon Fabrice DOC (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. n°2 : Vue d’ensemble des structures médiévales, depuis le nord
Crédits Auteur(s) : Mandon, Fabrice (DOC). Crédits : Mandon Fabrice DOC (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3355/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alain Champagne et Fabrice Mandon, « Pons – Le Château », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 30 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3355

Haut de page

Responsables d'opération

Alain Champagne

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Fabrice Mandon

DOC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org