Navigation – Plan du site
2009

Périgny – Le Fief des quatre Chevaliers

Responsable(s) des opérations : Ludovic Soler
Notice rédigée par : Ludovic Soler

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204533

Date de l'opération : 2009 (SP)

1Le projet d’extension de la zone industrielle des quatre Chevaliers de La Rochelle, sur la commune de Périgny et la réalisation d’un diagnostic en 2008, a conduit à la prescription d’une fouille d’une enceinte néolithique non répertoriée jusqu’alors, sur une emprise d’environ 6 ha. La phase terrain a été menée par le Service archéologique du conseil général de la Charente-Maritime du 20 octobre 2008 au 06 février 2009.

2Située sur un large éperon calcaire délimité par deux petits cours d’eau et dominant les anciens marais de Villeneuve, cette vaste enceinte à fossé interrompu unique a pu être suivie sur 460 m de longueur (4 m de large pour 2 m de profondeur). Cette opération offrait l’opportunité de réaliser une exploration sur une large surface de part et d’autre de l’enceinte grâce à des décapages mécaniques et manuels. Malheureusement, l’érosion importante touchant souvent ce type de plateau n’a pas permis de conserver et de retrouver des structures d’habitat à l’intérieur de cette enceinte. En revanche, une palissade interne en bois identifiée par une série de larges trous de poteau fut découverte et conservée sur tout le tiers occidental de l’enceinte ainsi que deux interruptions présentant un aménagement des entrées et la présence d’un possible talus de terre effondré dans le fossé.

3Au moins deux relevés de coupe ont été effectués sur seize tronçons (dix-sept furent mis au jour) afin de discuter du remplissage du fossé et de son évolution. Trois portions ont été dégagées manuellement, d’autres à la pelle mécanique.

4Ce fossé d’enceinte s’est révélé très pauvre en mobilier : les os de faune excessivement mal conservés sont rares, un dépôt humain fut mis au jour lors du diagnostic, plusieurs lots de malacofaune se répartissent sur l’ensemble de la stratigraphie, le mobilier lithique est peu diagnostiqué et la céramique témoigne d’une occupation principalement au Néolithique moyen, plus ponctuellement au Néolithique récent-final, et au cours de l’âge du Fer.

5Cette fouille aura également permis de mettre en place des travaux sur l’évolution de l’environnement immédiat du site et l’évolution du littoral aux abords de la baie de La Rochelle grâce à des carottages effectués dans le marais de Tasdon. Ces analyses encore en cours pourront être mises en parallèle à l’étude malacologique et aux réflexions qu’elle suscite à propos de l’exploitation du littoral par l’homme ainsi que sur la question du régime alimentaire complétée ici par des analyses isotopiques à partir du squelette humain mis au jour lors du diagnostic.

6Une réflexion a également été menée sur les modes d’extraction du calcaire pour réaliser ces grands fossés (utilisation du feu pour fracturer la roche ?) et sur la présence d’une structure en pierre indéterminée et retrouvée sur une large portion du remplissage du fossé.

7Enfin, un vaste programme de datations 14C a pu être mené sur des supports classiques (os, charbon) comparés aux résultats obtenus sur des supports coquillages afin de discuter des effets réservoirs connus mais encore mal définis pour la région. Les échantillons classiques et coquillages sont issus des mêmes unités stratigraphiques voire retrouvés au contact les uns des autres et concernent l’ensemble de la chronologie rencontrées sur le site : Néolithique moyen, récent, final, âge du Bronze, âge du Fer, Moyen Âge, époque moderne. Les datations ont également été réalisées à partir d’espèces de coquillages marins différents et provenant des mêmes niveaux afin de discuter de cet effet réservoir également en fonction des espèces. C’est donc un riche référentiel diachronique qui aura été réalisé à partir de cette opération utilisable sur d’autres sites coquillés et qui bien sûr ne demande qu’à être enrichi.

8Enfin, une partie du temps de l’opération aura également été consacrée à la caractérisation de fossés médiévaux et modernes associés à la présence du Fort des Salines construits lors du siège de La Rochelle au cours des années 1626 et 1627.

9 (Fig. n°1 : plan des structures)

10SOLER Ludovic

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : plan des structures

Fig. n°1 : plan des structures

Auteur(s) : Gay, C.. Crédits : Gay C. (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : plan des structures
Crédits Auteur(s) : Gay, C.. Crédits : Gay C. (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Ludovic Soler, « Périgny – Le Fief des quatre Chevaliers », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3319

Haut de page

Responsable d'opération

Ludovic Soler

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org