Navigation – Plan du site
2009

L'alimentation en eau de Chassenon

Responsable(s) des opérations : Bernard Fabre
Notice rédigée par : Bernard Fabre

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204731

Date de l'opération : 2009 (PI)

1L’alimentation en eau de l'aqueduc principal des thermes de Chassenon. Les prospections pédestres réalisées durant l’année 2009, s’inscrivent dans le cadre de la recherche de l’alimentation en eau de l’aqueduc principal des thermes de Chassenon (Cassinomagus).

2 Une étude géophysique effectuée par Cécilia Bobée en 2007, a suggéré une zone de captage qui a donné lieu, en 2008, à des sondages réalisés par Gabriel Rocque pour vérifier cette hypothèse. Il s’est révélé qu’en fait, l’aqueduc se poursuit par un canal creusé dans la brèche, et donc indétectable par les moyens mis en oeuvre.

3L’aire de recherche retenue a été le départ des écoulements d’eau situés au-dessus de la courbe 230 NGF, correspondant au niveau de la couverture de l’aqueduc lorsqu’il passe en souterrain. Dans un premier temps, une étude de la documentation a été entreprise suivie d’une interrogation des propriétaires de l’aire concernée, en particulier des plus anciens pour relever leurs différentes observations (effondrements, remontées de matériel, etc.), la réalisation d’anciens travaux (comblement de mare, de puits, drainages, etc.), ou la connaissance de légendes.

4Les champs labourés ont fait l’objet, en fonction des labours (fin du printemps et fin d’automne) de prospections systématiques qui ont donné lieu à la découverte d’un fragment de caniveau et d’une pierre de couverture ou margelle de puits, ces deux éléments étant réalisés en brèche de Chassenon.

5D’autres indices ont été retenus car ils militeraient en faveur d’un passage d’une branche de l’aqueduc : bombés de terrain, puits anciens, sources et fontaines, lieux humides, etc. Plusieurs champs ont livré du matériel tel que fragments de céramique, tegulae,ainsi que des éléments lithiques isolés ou concentrés de la préhistoire ancienne ou récente.

6Suivant les courbes de niveau et les différents indices découverts, deux hypothèses verraient le jour :

7   - le captage en eau pourrait être réalisé par deux branches, l’une se dirigerait vers le village de Machat où se situe une source alimentant l’étang d’Épenèdre, cette branche recevant au passage l’écoulement d’une zone humide provenant de la partie nord «des Fonds»,

8   - l’autre pouvant être alimentée par les fossés de la voie d’Agrippa qui recueilleraient l’eau issue de zones humides depuis ou même au-delà des limites avec la Haute-Vienne, jusqu’au passage de la zone « des Fonds », zone sur laquelle J.-R. Perrin a remarqué des labours ou des drainages probablement antiques.

9En conclusion, faute d’éléments significatifs, des sondages ciblés ainsi que la vidange de puits supposés « à galeries », pourraient apporter de nouveaux éléments sur le passage de la ou des branches de l’aqueduc principal, ainsi que sur le ou les captages nécessaires à l’alimentation en eau des thermes de Chassenon.

10FABRE Bernard

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bernard Fabre, « L'alimentation en eau de Chassenon », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3313

Haut de page

Responsable d'opération

Bernard Fabre

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org