Navigation – Plan du site
2009

Prissé-la-Charrière – Tumulus C de Péré

Responsable(s) des opérations : Luc Laporte
Notice rédigée par : Luc Laporte

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204065

Date de l'opération : 2009 (FP)

1Le tumulus C de Péré mesure 100 m de long et présente une forme trapézoïdale. Il contient au moins trois chambres funéraires, fruit d’une histoire complexe.

2La campagne de fouilles programmées 2008 sur le tumulus de Péré concernait l’étude en profondeur de la masse tumulaire dans sa partie orientale. Ces travaux visent à démontrer à quel point, et dans quelle mesure, ces premiers monuments funéraires d’Europe occidentale peuvent être considérés comme de véritables architectures, au même titre que certaines constructions postérieures, jusqu’aux époques historiques. Il s’agissait aussi de revoir l’ensemble du système d’enregistrement de chaque paroi interne comme des comblements intermédiaires, l’ensemble constituant l’architecture de ce monument à chaque étape de sa construction ou des transformations successives qu’il a pu connaître. Un relevé scanner 3D de toute l’extrémité orientale du monument a été réalisé sur le terrain par le cabinet Perazio. Les données acquises représentent de l’ordre de 4 milliards de points topographiques. Leur modalité de traitement est cours de discussion. Des contacts ont été pris dans ce sens avec l’Archéopôle de Bordeaux, où une nouvelle structure institutionnelle est désormais en mesure d’assurer l’archivage sur le long terme de telles données numériques.

3Les acquis scientifiques les plus spectaculaires de cette campagne de fouilles portent sur deux points très différents. Le premier concerne le démontage du dallage de la chambre III. Plusieurs indices plaident désormais dans le sens d’un niveau d’inhumation antérieur à celui dégagé jusqu’à présent, dont seuls quelques vestiges sont conservés en place. Une petite armature triangulaire a également été recueillie contre la paroi ouest de la chambre. Il restera à définir si la juxtaposition d’un vase à embouchure déformé et d’un vase support sur le sol du dallage supérieur, trouve ici effectivement un élément d’explication, au même titre que certains des ossements humains rassemblés à proximité. Le résultat des études paléogénétiques menées par l’université de Bordeaux sur les ossements correspondant aux corps déposés en connexion, particulièrement novateur, fera prochainement l’objet d’une présentation au prochain colloque GALF.

4Un autre acquis important tient à la mise en évidence, dans la masse de la construction, d’un stock de dalles mises en forme et prêtes à l’emploi. Il est probable qu’elles proviennent du démantèlement du parement externe d’une construction antérieure. Certaines techniques de mise en forme de ces pierres calcaires ne sont pas sans rappeler celles mises en oeuvre pour le débitage de pièces en silex, évidemment beaucoup plus petites. La consolidation de toute la moitié occidentale du monument est désormais achevée. Une visite sur le site du Président du conseil général des Deux-Sèvres, au cours de l’automne 2008, illustre l’intérêt porté par cette collectivité territoriale à un patrimoine particulièrement spectaculaire et vieux de plus de 6 000 ans.

5LAPORTE Luc

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Luc Laporte, « Prissé-la-Charrière – Tumulus C de Péré », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 23 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3301

Haut de page

Responsable d'opération

Luc Laporte

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org