Navigation – Plan du site
2009

Sanxay – Théâtre

Responsable(s) des opérations : Adrien Montigny
Notice rédigée par : Adrien Montigny

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204885

Date de l'opération : 2009 (EX)

1L’ensemble gallo-romain de Sanxay correspond à un sanctuaire rural. Il est l’un des sites de ce type les mieux conservés en France. Ce sanctuaire semble s’être développé à la fin du Ier s. av. J.-C. ou au tout début de notre ère. Cet ensemble monumental était, entre autres, composé de thermes, d’un théâtre et d’un remarquable temple octogonal.

2Cet ensemble a été redécouvert au XIXe s. par le père Camille de La Croix qui a dès lors entrepris de vastes fouilles archéologiques mettant ainsi au jour divers bâtiments de cet ensemble. Faute de moyens financiers, plusieurs d’entre eux durent être ré-enfouis, seules les principales constructions sont encore visibles actuellement. Rapidement classé au titre des Monuments Historiques, ces bâtiments vont faire l’objet de restaurations et d’aménagements.

3Le théâtre, objet de ce diagnostic, est isolé du reste du sanctuaire par la Vonne, affluent du Clain, qui serpente à ses pieds. Il s’adosse à une colline permettant ainsi d’importantes économies de matériaux. Dégagé par le père Camille de La Croix, cet édifice n’a plus fait l’objet de fouilles archéologiques, en revanche plusieurs restaurations ont eu lieu afin de protéger des vestiges restés longtemps sans réel entretien.

4Ce théâtre est doté d’une orchestra circulaire de plus de 35 m de diamètre. En partie taillée dans la roche, la cavea pouvait accueillir plus de 6 500 spectateurs répartis sur trois zones de gradins accessibles par des vomitoires ou des portes pour les rangs supérieurs.

5L’intervention de diagnostic archéologique sur le théâtre antique résulte d’un projet de restauration et de pose de fourreaux électrique. Ce projet concerne plusieurs secteurs de l’édifice de spectacle et ponctuellement ses abords immédiats. En conséquence, l’un des buts de cette intervention est de situer les niveaux archéologiques en place de manière à communiquer au maître d’oeuvre des cotes précises de profondeur d’enfouissement des vestiges.

6Les secteurs concernés par ce projet correspondent à la majeure partie des espaces de circulation dans le théâtre (parodoïet vomitoires),à son orchestraet à des zones ponctuelles de la cavea.L’installation d’un réseau électrique concerne également un secteur situé au nord-est du théâtre, c'est-à-dire le long de l’actuel accès pour les visiteurs.

7Les sondages ont été réalisés par quatre agents de l’Inrap du 5 au 17 octobre 2008 à l’aide d’une pelle mécanique de 13 t et d’une mini pelle de 0,70 m de large permettant d’accéder à certains secteurs en passant par des portes antiques. Les terrassements ont été effectués par passes successives plus ou moins fines jusqu’au sol naturel en place ou au niveau d’apparition de couches archéologiques. Plusieurs sondages ont du être réalisés manuellement faute de pouvoir accéder à leur emplacement avec une pelle mécanique.

8Les principales contraintes de cette intervention sont liées à la nature même du site. Cet édifice, classé au titre des Monuments Historiques depuis 1882, nécessite un travail ne portant aucune atteinte aux vestiges architecturaux. L’emplacement et le type de sondage ont donc été fortement contraints par des problèmes de circulation et de mouvements des engins mécaniques. Au final trente-cinq sondages, de dimensions très variables, ont été ouverts couvrant une superficie totale de 353 m2. Ces sondages ont porté sur des profondeurs minimales de 0,20 m pour ponctuellement atteindre 2,20 m.

9L’un des premiers constats mis en évidence par ce diagnostic concerne l’importance des dégagements réalisés au XIXe s. Il apparaît en effet que les travaux de déblaiement et de découverte du théâtre de Sanxay ont été menés de façon quasi systématique jusqu’à des niveaux inférieurs aux sols antiques. Toutefois, au regard des niveaux de maçonneries et ponctuellement du substrat, il apparaît que les sols antiques devaient se trouver à des altitudes proches des actuels niveaux de circulation. Seule l’orchestraavec la présence d’un fin niveau pouvant correspondre à son niveau d’utilisation échappe à ce constat. Ces dégagements du XIXe s. ont également fait disparaître quasiment toute stratigraphie. Seuls quelques sondages ont livré des lambeaux de couches archéologiques antiques. C’est notamment le cas des sondages réalisés le long du mur d’orchestradu côté de la cavea.À cet endroit, des couches antiques subsistent en effet entre ce mur et les paliers aménagés dans le rocher. Quelques niveaux sont également conservés aux extrémités extérieures des parodoïà des endroits où des fondations plus puissantes devaient être nécessaires.

10Dans les aspects relatifs à la conservation d’éléments archéologiques il est également nécessaire d’aborder le sujet des maçonneries actuellement visibles du théâtre. Celles-ci ont subi plusieurs campagnes de stabilisation et de restauration mais également de restitution depuis leur mise au jour. Lors de ce diagnostic, une simple lecture des parements a permis de constater l’importance de ces restaurations. Par endroit, celles-ci sont clairement identifiables par la mise en oeuvre de moellons de dimensions différentes des maçonneries originelles ou par la mise en place de marqueurs installés entre les murs antiques et les éléments remontés. Il faut souligner que ces restaurations ont été réalisées plusieurs années après le dégagement des vestiges et les observations alors réalisées. Plusieurs clichés anciens montrent qu’entre les fouilles du XIXe s. et la stabilisation des vestiges alors mis au jour, ces derniers ont fortement souffert et ont parfois perdu une part non négligeable de leurs élévations.

11Par endroit, il s’est avéré difficile de différencier des maçonneries remontées et de simples rejointoiements. Il semble toutefois nécessaire de clairement identifier ces parties restaurées de manière à mieux comprendre le fonctionnement de ce théâtre. Ce constat est renforcé par les observations réalisées au sujet de la présence ou de l’absence de fondations dans différents sondages. Il peut, par exemple, sembler surprenant que les sondages réalisés dans les vomitoires, ou ceux réalisés dans les parodoï,ont montré la présence de fondations discontinues malgré l’importance des murs concernés. Face à ce constat, la présence d’une fondation continue pour le mur d’orchestra,y compris à l’emplacement de larges ouvertures, pose question notamment en ce qui concerne les indices mis au jour au XIXe s. permettant leur identification.

12L’un des derniers points relatifs au fonctionnement de cet édifice de spectacle concerne la présence de la source située dans l’orchestra.Si ce point est à l’origine de nombreuses hypothèses, il convient de souligner que la réalisation d’un sondage à cet endroit n’a pas permis de déceler d’indice d’aménagement particulier. L’importance donnée à cette source dans certaines hypothèses aurait pourtant laissé supposer la présence d’un captage aménagé mais également de système d’évacuation de l’eau de manière à réguler la présence de l’eau en fonction des besoins. Là aussi, les travaux de dégagement du XIXe s. ont pu s’avérer destructeurs bien qu’il semble probable que le père Delacroix se soit montré attentif à de telles structures. Là aussi, seuls des sondages de plus grandes ampleurs et plus particulièrement ciblés s’avéreraient nécessaires pour répondre catégoriquement à cette question de la présence d’une source dès la période antique.

13 (Fig. n°1 : Plan général de l’implantation des sondages dans le théâtre)

14MONTIGNY Adrien

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général de l’implantation des sondages dans le théâtre

Fig. n°1 : Plan général de l’implantation des sondages dans le théâtre

Auteur(s) : Montigny, Adrien (INRAP). Crédits : Montigny, Adrien, INRAP (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général de l’implantation des sondages dans le théâtre
Crédits Auteur(s) : Montigny, Adrien (INRAP). Crédits : Montigny, Adrien, INRAP (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Adrien Montigny, « Sanxay – Théâtre », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3270

Haut de page

Responsable d'opération

Adrien Montigny

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org