Navigation – Plan du site
2009

Saint-Varent – Le Noubleau

Responsable(s) des opérations : Emmanuel Moizan
Notice rédigée par : Emmanuel Moizan

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204882

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Cette opération de diagnostic est effectuée en amont du projet d'extension du site d'exploitation de la carrière de La Noubleau (S.A. Roy). L’intervention archéologique s’inscrit dans la continuité de deux précédentes phases de diagnostic, une première réalisée en 2006 et une deuxième phase effectuée en 2007.

2Les parcelles concernées sont situées au nord-ouest de l’actuelle fosse d’extraction. Le terrain est limité au nord et à l’ouest par la route départementale 135 et s’étend vers le sud jusqu’aux versants nord de la Viandière. Les terrains sondés lors de la phase 2 sont localisés immédiatement à l’est.

3Cette troisième opération révèle une topographie archéologique assez similaire à celle des deux premières phases. Ici encore, une zone, clairement délimitée au nord de l’ensemble des parcelles sondées, recèle le potentiel archéologique. Les terrains, situés au sud à proximité de la vallée, présentent quelques traces anthropiques, mais ces structures sont à rattacher à des aménagements parcellaires et agricoles qui paraissent très récents.

4Une première occupation est matérialisée par les vestiges d’un établissement rural de la fin du IIe s. à la première moitié du Ier s. av. J.-C. Un espace domestique, identifié sous la forme d’un bâtiment sur poteaux plantés, est installé au sein d’une zone délimitée par un fossé quadrangulaire.

5Plusieurs fosses, retrouvées en périphérie de cet édifice, sont associées à cette occupation. Le fossé quadrangulaire délimite une surface d’environ de 5 600 m2. Un deuxième fossé ceinture l’ensemble. Celui-ci est la suite de l’enclos curviligne, interrompu par une entrée en chicane, retrouvé plus à l’est en 2007. Ces deux opérations ont ainsi permis de circonscrire dans sa quasi-totalité un établissement protohistorique rural clos par deux enceintes, une centrale quadrangulaire et une extérieure curviligne.

6L’extension maximum se développe sur une superficie d’environ 2 ha. Cet habitat, par sa nature, ses dimensions, son organisation et le mobilier associé est à rapprocher de ceux connus dans la région comme sur les sites du Chemin Chevaleret (Echiré, Deux-Sévres), les Genâts (Fontenay-le-Comte, Vendée) ou les Natteries (Cholet, Maine et Loire).

7À l’ouest de l’établissement protohistorique, une deuxième occupation est caractérisée par la présence d’un fossé et de fosses datés de la période médiévale. Les vestiges, avérés sur une superficie d’un peu plus de 1 500 m2, n’apparaissent pas clairement organisés et restent difficiles à interpréter.

8Au final, cette opération confirme la continuité vers l’ouest des vestiges dégagés en 2007, atteste d’une occupation médiévale en limite occidentale des parcelles concernées par le projet et témoigne de l’absence de vestiges archéologiques en zone sud proche de la vallée de la Viandière.

9L’ensemble des vestiges archéologiques découverts lors des deux derniers diagnostics couvre une superficie totale estimée à plus de 4,5 ha.

10MOIZAN Emmanuel

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Emmanuel Moizan, « Saint-Varent – Le Noubleau », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3189

Haut de page

Responsable d'opération

Emmanuel Moizan

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org