Navigation – Plan du site
2009

Dignac – Église Saint-Cybard

Responsable(s) des opérations : Séverine Mages
Notice rédigée par : Séverine Mages

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204850

Date de l'opération : 2009 (SU)

1Dans le cadre de travaux de drainage et lors des premiers terrassements, de nombreux ossements sont apparus autour de l’église Saint-Cybard de Dignac. Suite à cette découverte le service régional de l’archéologie de Poitou-Charentes a prescrit une opération de fouille préventive.

2L’emprise de la fouille s’est limitée aux abords de la chapelle Saint-Jean-Baptiste située au Sud, puis au chevet et enfin à la chapelle nord, dédiée à Saint-Michel, dite aussi « chapelle aux Morts ».

3Les dimensions de la tranchée étaient de 1,50 m de large sur 30 m de long et d’1,50 m de profondeur. L’étude des vestiges s’est limitée à une fenêtre de 45 m2.

4 L’intervention a révélé la présence d’un cimetière avec 16 sépultures.

5 Six phases ont pu être mises en évidence. La première est représentée par une église antérieure au XIIes. La deuxième, entre 1150 et la fin du XIIe s., correspond à la reconstruction de l’église et à l’implantation d’une aire funéraire. La troisième, autour du XIIIe s., est relative à la période du développement du cimetière. Lors de la quatrième, au XIVe s., l’église est fortifiée. Au cours de la cinquième, entre le XVe s. et le XVIIIe s., elle est agrandie. Et enfin, la sixième phase, entre le XIXe s. et le XXe s., se caractérise par l’adjonction d’une sacristie à l’église.

6L’étude de l’espace funéraire aux abords de l’église n’a pas révélé de hiérarchisation funéraire. Trois sépultures d’enfants semblent attester l’absence de sectorisation par catégorie sociale, de sexe ou d’âge. Les inhumations des défunts s’effectuent dans des sarcophages ou des sépultures maçonnées entre le XIIe s. et le XIIIe s. C’est seulement à partir du XIVe s. que l’on privilégie les inhumations en cercueils ou en pleine terre. Certains individus étaient alors enveloppés dans des linceuls comme semble en témoigner la présence d’épingles en bronze. D’autres sont inhumés dans des cercueils, comme l’atteste la présence de clous en fer répartis autour des squelettes. Les défunts sont orientées tête à l’est. Au XVe s., les sépultures ne sont plus orientées et se chevauchent. Les premières réductions apparaissent. Sur le plan sanitaire, la population du cimetière ne présente pas de pathologie lourde.

7Le mobilier céramique est relativement rare et fragmentaire : 156 tessons. Cependant, deux pichets à glaçure verte et à bec ponté sont archéologiquement complets. Par ailleurs, un chapelet constitué de perles, en pâte de verre bleue et jaune, muni d’une croix en argent et quelques perles isolés en pâte de verre blanche ont été trouvés dans les déblaisissus du creusement de la tranchée.

8Ainsi, cette étude a permis de préciser les phases de l’évolution du cimetière et de l’église paroissiale de Dignac.

9 (Fig. n°1 : Vue du chevet )

10MAGES Séverine

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue du chevet

Fig. n°1 : Vue du chevet

Auteur(s) : Mages, Séverine (EP). Crédits : Mages, Séverine, EP (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue du chevet
Crédits Auteur(s) : Mages, Séverine (EP). Crédits : Mages, Séverine, EP (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Séverine Mages, « Dignac – Église Saint-Cybard », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3182

Haut de page

Responsable d'opération

Séverine Mages

EP

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org