Navigation – Plan du site
2009

Sanxay – Les Craches

Responsable(s) des opérations : François Blanchet
Notice rédigée par : François Blanchet

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204968

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Un projet d’enfouissement des réseaux électriques aux abords du site gallo-romain de Sanxay, a nécessité une surveillance des travaux. Situé à environ 150 m du théâtre antique et le long de la départementale D 3, une tranchée a été ouverte dans la partie haute du champ. C'est la proximité du théâtre qui a motivé cette intervention.

Contexte de l’intervention

2Sur ce terrain en herbe cultivé il y a une dizaine d’années, la société Ancelin a été chargée de l’exécution des travaux de terrassement. Partant d’un transformateur situé sur le parking du site, il restait à implanter cinq poteaux d’éclairage. Ceux-ci sont fixés sur des dés en ciment enterrés et répartis sur les 250 m de la tranchée. Cette dernière a été réalisée parallèlement à la départementale. Le contexte géologique est constitué par des argiles rouges à silex avec sable, graviers et galets, ainsi que des formations résiduelles d’altération.

Description de l’intervention

3Le premier tronçon de la tranchée, qui traverse le parking, n’a pas livré d’éléments archéologiques. En revanche, le second tronçon a livré du matériel antique réparti en trois secteurs sur les 230 m restants.

4   - Le premier secteur identifié commence à 18 m du parking, sur une distance de 8 m pour une profondeur de 0,65 m. Plus bas, l’argile rouge à silex est stérile. Le matériel découvert se compose de céramique commune à pâte rouge ou grise, dont un fragment de col (dolium),au total 7 tessons. Quelques fragments de tegulae qui proviennent de cet endroit n’ont pas été prélevés. Le niveau archéologique se poursuit dans les deux coupes de la tranchée, la même constatation a été faite pour les deux secteurs suivants.

5   - Le deuxième secteur se trouve à 12 m plus loin, sur 3,5 m de longueur. Le niveau archéologique se trouve à une profondeur de 0,55 m et repose sur l’argile rouge à silex. L’ensemble du matériel recueilli est constitué de céramique commune, quelques rares esquilles de faune et des fragments de tegulae, le tout dans le même type de sédiment que le précédent secteur. Le matériel céramique est constitué d’une quarantaine de tessons, dont un col de cruche, quatre lèvres de vases et un fragment de lèvre d’une jatte carénée du type Thésée-Pouillé III-4.

6   - Le troisième secteur s’étire sur 32 m de longueur. Le niveau archéologique apparaît à une profondeur de 0,50 m. Le sédiment qui compose ce niveau est brun, moins compacté que dans les deux autres locus. Sous cet ensemble, nous retrouvons l’argile rouge à silex. Le matériel archéologique est moins nombreux. Il se compose de 13 tessons, dont 5 à engobe blanche (3 anses, 1 fond de pot, 1 fragment de col de cruche). Trois tessons sont en pâte grise, dont une lèvre de vase ovoïde et une lèvre d’assiette (ces deux formes, de facture soignée ont un dégraissant à quartz blanc fin). Quatre tessons sont en pâte rouge, dont une lèvre de vase. Le dernier tesson s’apparente à une lèvre de mortier, de profil très anguleux, son engobe extérieure est brune.

Occupation antique à proximité

7Hormis le théâtre, qui se situe à environ 150 m au nord-est du parking du site, nous pouvons mentionner le lieu-dit « La Fontaine ». À une vingtaine de mètres au nord-est de cette maison, un niveau d’occupation antique dans un petit fossé de drainage, avait été reconnu dans les années 1990. La profondeur et l’épaisseur de la couche n’avaient pas été relevées en plan et en coupe. Du matériel céramique gallo-romain (une dizaine de tessons) avait été recueilli et conservé par le propriétaire Mr Claude Houmeau. La distance qui sépare cette maison et l’extrémité ouest de la tranchée est d’environ 50 m, ce qui rend particulièrement sensible toute cette zone en bordure de la route.

8Un autre point intéressant est la ferme de « La Marzelle », située à 250 m au sud-ouest de « La Fontaine ». Dans le champ à l’ouest de cette habitation, un sarcophage daté du Moyen Âge classique avait été trouvé dans les années 1980. Les prospections menées dans cette parcelle avaient aussi permis la découverte, sur toute la surface de ce champ alors cultivé, de plusieurs fragments de coffres cinéraires en calcaire de 0,30 m à 0,40 m de diamètre.

Conclusion

9Dans cette partie sud du site gallo-romain de Sanxay nous n’avions que peu de données concernant les occupations antiques. Avec la découverte de ces trois secteurs supplémentaires, en périphérie du site, nous avons pu caractériser un potentiel non négligeable d’une activité artisanale ou agricole qui reste cependant à déterminer.

10BLANCHET François

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

François Blanchet, « Sanxay – Les Craches », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 01 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3166

Haut de page

Responsable d'opération

François Blanchet

MCC

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org