Navigation – Plan du site
2009

Fouras – Place Carnot

Responsable(s) des opérations : Bastien Gissinger
Notice rédigée par : Bastien Gissinger

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204952

Date de l'opération : 2009 (EX)

1Un diagnostic archéologique a été prescrit sur la place Carnot à Fouras, en bordure de mer et jusque devant l’église Saint-Gaudens, sur une superficie de 2 650 m². La présente opération a permis de mettre en évidence, sur les niveaux de sable naturels du Secondaire, une fréquentation du site à partir de la fin du Néolithique ou de l’âge du Bronze. Plusieurs épisodes sableux, au travers de remblais et d’apports éoliens ou maritimes ont remblayé le secteur, probablement naturellement dans un premier temps. Quelques structures, peut-être déjà antiques, attestent de la fréquentation du lieu. Un fossé avait par exemple peut-être une fonction d’enclos, mais on ignore à quelle période exacte. Il était, de même que deux fosses dont la fonction nous échappe, peut-être antique.

2L’histoire du site est ensuite marquée, à l’est, par l’installation d’une église au XIe s. et XIIe s., d’après la datation communément admise. Un cimetière s’ouvrait au-devant, à l’ouest de l’édifice. Il est caractérisé par une forte utilisation, probablement un léger déplacement. Au XIXe s., on inhumait encore sur ces parcelles. Le diagnostic a permis de montrer la présence de sépultures remontant apparemment au XIIe s., recoupées par des sépultures d’orientation différente, datées sans conteste du XIXe s. Une médaille de Sainte-Hélène, décoration décernée à seulement dix Fourasiens en 1857 et 1858, a été mise au jour dans une tombe du XIXe s. Le cimetière fut purgé à la toute fin de ce siècle, après que l’église ait été remplacée par un nouvel édifice.

3À l’ouest, une redoute participant à la défense de la ville et de la côte fut construite entre la fin du XVIIe s. et le début du XIXe s., on ignore quand exactement. Elle tomba en désuétude dans la seconde moitié du XIXe s. et fut épierrée dans les toutes dernières années du siècle, en même temps que le cimetière fut déplacé et que la ville se transformait en la station balnéaire bien connue qu’elle est toujours (Fouras-les-Bains).

4Ce diagnostic a permis d’appréhender l’histoire de l’occupation dans ce secteur archéologiquement mal connu de la ville.

5 (Fig. n°1 : Vue d’une portion de l’élévation du mur de la redoute moderne et de sa tranchée de fondation)

6GISSINGER Bastien

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue d’une portion de l’élévation du mur de la redoute moderne et de sa tranchée de fondation

Fig. n°1 : Vue d’une portion de l’élévation du mur de la redoute moderne et de sa tranchée de fondation

Auteur(s) : Labastie, E. Crédits : Labastie E (2009)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue d’une portion de l’élévation du mur de la redoute moderne et de sa tranchée de fondation
Crédits Auteur(s) : Labastie, E. Crédits : Labastie E (2009)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/3147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bastien Gissinger, « Fouras – Place Carnot », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3147

Haut de page

Responsable d'opération

Bastien Gissinger

CG de l’Aisne

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org