Navigation – Plan du site
2009

Chassenon – Thermes de Longeas (parc archéologique)

Responsable(s) des opérations : Gabriel Rocque
Notice rédigée par : Sandra Sicard et Gabriel Rocque

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204714

Date de l'opération : 2009 (SU)

1Comme en 2007 et 2008, l'aménagement du parc archéologiquede Chassenon a nécessité une surveillance des travaux durant la moitié de l'année environ. Les interventionsont cependant été de moindre importance.

2Des chemins d'accès aux thermes ont été crées. Les décapages ont été faits sur une dizaine de centimètres afin d'enlever la terre végétale pour permettre une meilleure adhérence du revêtement. Aucune structure ni mobilier n'a été mis au jour.

3Une passerelle métallique a été mise en place à cheval sur l'aqueduc. Celle-ci a été placée au niveau des vestiges les mieux conservés et sans aucune incidence sur ceux-ci.

4Des travaux de restauration ont été menés sur une partie de l'aqueduc fouillée en 2005 et 2006. Une tranchée a été ouverte le long du parement nord du mur de fondation sur une longueur d'environ 40 m. Cela a permis de constater que la construction est homogène sur toute la longueur dégagée. L'essentiel des terrassements a eu lieu sur la place de Longeas. Une plateforme de terre a été créée. Des tranchées périphériques ont été creusées pour installer des caniveaux. D'autres tranchées ont été pratiquées afin de mettre en place un réseau d'évacuation de l'eau.

5Dans les thermes, les frigidariaainsi que le tepidariumcentral et le vestibule ont été sablés. Le long de l'ancienne route de Longeas, le caniveau a été enlevé. Cette intervention a permis de dégager le prolongement vers l'est du mur nord de la palestre P3 et des murs nord et sud de la salle de service Sv1.

6Au sud du site, une carrière d'extraction d'impactite a été rouverte afin de sortir des blocs qui doivent servir à la réfection des bordures de caniveaux des thermes. Un sondage dirigé par J. Gaillard a été pratiqué au pied du front de taille. Il a eu pour but de confirmer la datation antique de la période d'exploitation de la carrière. L'autre intérêt est que l'on a pu observer les différentes traces laissées par les outils (pics, coins, etc.) ainsi que des tranchées de havage en U.

7Un autre gisement a été ouvert afin d'extraire d'autres blocs d'impactite. Celui-ci se situe au nord-ouest du bourg.

8 L'opération de surveillance menée avait pour objectif de suivre le décapage superficiel et de voir s'il existait des traces d'occupation humaine. Aucun vestige anthropique n'a été observé. D'un point de vue géologique, l'impactite présente un aspect rouge, différent de ce que l'on connaît de la brèche d'impact de Chassenon qui est de couleur gris-vert. Sur 0,80 m d'épaisseur, la roche est désagrégée.

9Plus bas, elle présente un aspect beaucoup plus compact. C'est dans ce niveau sous-jacent que l'entreprise d'extraction a découpé les blocs.

10ROCQUE Gabriel et SICARD Sandra 

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sandra Sicard et Gabriel Rocque, « Chassenon – Thermes de Longeas (parc archéologique) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/3142

Haut de page

Responsables d'opération

Sandra Sicard

Articles du même responsable de fouilles

Gabriel Rocque

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org